La fierté malhonnête de François Legault en matière de climat

En se comparant aux États et provinces d’Amérique du Nord, le gouvernement justifie sa propre inaction et contribue à freiner l’action climatique des citoyennes et citoyens, déplorent les signataires.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne En se comparant aux États et provinces d’Amérique du Nord, le gouvernement justifie sa propre inaction et contribue à freiner l’action climatique des citoyennes et citoyens, déplorent les signataires.

En se comparant aux États et aux provinces d’Amérique du Nord, cancres du climat, non seulement le gouvernement justifie sa propre inaction, mais il contribue à freiner l’action climatique des citoyennes et citoyens, en sous-entendant qu’au Québec, en matière de climat et de biodiversité, tout va très bien, Madame la Marquise !

Cette semaine, dans une entrevue à La Presse, notre ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, affirmait que, même si le Québec réduisait ses émissions, « ça changera peu de choses si les États-Unis, la Chine, le Brésil et l’Inde ne modifient pas leur approche ». On aura vu des responsables de « luttes » plus motivés !

François Legault alléguait récemment « quand on regarde les GES par habitant, sur 60 États et provinces […] le Québec est premier. On peut-tu être un petit peu fiers ? ». Benoit Charette nous avait fait le même discours lors d’un passage à Tout le monde en parle. « On est les meilleurs en Amérique du Nord », devant une Laure Waridel pantoise : « Mais on se compare aux pires ! »

Qui dit vrai ?

D’abord, précisons que les empreintes carbone « par habitant » du Canada et des États-Unis sont semblables, et parmi les plus élevées de la planète, selon les récentes méthodes de calcul, qui tiennent compte de la consommation des biens importés. Notre empreinte carbone s’avère effectivement plus basse que celles de nos voisins immédiats, une réalité attribuable à notre électricité renouvelable, et non à d’ambitieux programmes de lutte contre les changements climatiques. Et nous figurons tout de même parmi les plus grands émetteurs de GES au monde : la moyenne annuelle des émissions par habitant au Québec est deux fois plus élevée qu’en Europe ou en Chine, six fois celle de l’Inde et du Brésil et trois fois la moyenne mondiale. Pas de quoi pavoiser !

La post-vérité, dire ce que les gens préfèrent entendre plutôt que de présenter les faits de façon complète et honnête, est un outil utilisé par les politiciens populistes pour manipuler l’opinion publique. Et justement, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), dans un récent rapport, évoque la désinformation comme facteur retardant la mise en place de mesures d’atténuation et d’adaptation en Amérique du Nord. « La résistance à la science du changement climatique persiste dans le domaine public en Amérique du Nord, en dépit d’un consensus scientifique d’experts. »

Le GIEC nous dit aussi que chaque tonne de CO2 évitée compte et que chaque fraction de degré de réchauffement en moins va épargner des catastrophes, sauvant des vies et des drames humains. Dans ce contexte, toute affirmation ayant pour intention ou pour conséquence de freiner l’action climatique est immorale et pernicieuse.

Revenons à la fierté. Soyons fiers des choix qu’ont faits nos ancêtres visionnaires pour nous léguer l’hydroélectricité, ce qui place aujourd’hui le Québec dans une position énergétique avantageuse. Nos petits-enfants pourront-ils en dire autant des choix d’aujourd’hui ?

L’actualité récente nous démontre le contraire : la CAQ met des bâtons dans les roues des projets de transport collectif à Montréal et à Québec, autorise une minière à déverser ses déchets dans les lacs et cours d’eau, prône une augmentation des taux de nickel dans l’air, ne parvient pas à protéger des espèces menacées, comme le caribou et la rainette, a rejeté les projets de protection d’aires protégées essentiels à la biodiversité du sud du Québec, n’a pas agi à la suite des dénonciations de l’ingérence de l’industrie des pesticides, laisse les industries pomper notre eau à un taux dérisoire, ne donne pas suite aux propositions de réglementation pour lutter contre l’obsolescence programmée.

Sans compter le nombre d’économistes, de médecins, de biologistes, et d’autres experts qui dénoncent le manque d’ambition du plan et du budget alloué à la crise climatique : non seulement les objectifs ne sont pas à la hauteur d’un avenir viable et de la juste part des efforts que le Québec doit fournir, mais les moyens ne permettent même pas de les atteindre.

Il est bon de rappeler à nos élus qu’il n’y a pas d’économie sans ressources naturelles, et qu’une croissance économique infinie sur une planète aux ressources limitées, ça n’a pas de sens. La vie dépend d’eau potable, de terres fertiles, d’air pur.

Finalement, malgré les messages trompeurs de la part de nos dirigeants, agissons. Décarbonons nos vies : évitons la surconsommation, diminuons notre consommation de viande, réduisons nos transports motorisés, sortons nos épargnes des énergies fossiles, transformons nos entreprises de l’intérieur.

Informons-nous, impliquons-nous, militons pour la protection du vivant et la mise en place de mesures sociétales structurantes. Et surtout, votons pour des politiciennes et politiciens qui placent la lutte contre les changements climatiques au centre de leur programme. La santé et le bien-être de nos enfants, ça devrait être la seule priorité.

 

* Les signataires :
 

Cécile Roy, Mère au front Rive-Sud pour Aude, Léandre, Flavie et tous les enfants de la terre

Anne-Marie Chapleau, au nom du groupe des Mères au front du Saguenay et pour mes petites-filles Daphné, Lily et Agathe.

Laure Waridel, mère au front Cantons-de-l’Est, pour Theodora, Alphée, Colin, Justine et tous les enfants du monde

Clélia Sève, Mère au front Montréal pour Luce, Millie et le vivant

Denise Cloutier, mère au front de Rouyn-Noranda, pour Emile et Charles et Salomé et Émilie

Elsa Moreau, Mère au front ville de Québec pour Ophélie. Héloïse et leurs futurs enfants

Johanne Saucier MAF Arthabaska-Érable pour Marie-Ève, Angélique, Évan et Kael

Marie-Hélène Cloutier, mère au front Laval pour Agathe et Raphaëlle

Louise Lacroix, Mère au front Montréal pour ma petite-fille à naître et les générations à venir

Josée Barlow, mère au front de la Baie-des-Chaleurs, pour Nathan, Émie et Elyo Bujold

Dominique Forget, mère au front de Sherbrooke, pour Alexis et Mathis

Marie-Claude Brouillette, Mère au Front Les Moulins pour Étienne et Jérôme

Catherine Beauce, Mère au front de St-Jean-sur-Richelieu pour Nikki et Anthony

Lysanne Villemure, mère au front pour Romi et bébé à venir

Carole Mainville, Grand-mère au front pour Clarence et tous les enfants du monde

Lise Gagnon, Mère au front Montréal pour le vivant

Marianne Picard, Mère au front Rive-Sud de Montréal pour Marie-Lys Bélisle et des centaines d’élèves

Claude Hamel, mère au front de Brome-Missisquoi pour Étienne, Alice, Maxime et Ariane.

Louise Condrain, grand-mère au front la Rive-Sud pour Alix, Loïc, Émile, Élisabeth, Gabriel, Esmée et Alexis

Amelie Bousquet, Mère au front Rive-Sud pour Clara et Dimitri

Arielle Drissen Mère au front Sherbrooke pour Lodrik et Sanaé

Marie-Hélène Joannette Cartier, mère au front de Québec pour Céleste

Marie-Andrée Foucreault-Therrien MAF des Cantons de l’Est pour Gabrielle, Raphaelle, Marie-Soleil et Audrey

Clémence Roy-Darisse, mère au Front Montréal pour tous les enfants du monde

Stéphanie Burelle, Mère au front Montréal pour Henri

Brigitte Hannequin, Mère au front de Québec, pour Catherine, Gabrielle et Geneviève

Danielle Dansereau, mère au front des Cantons de l’est, pour Thomas, Noémi, Amy, Léonie, Théodore, Bettina, Anaïs, Léopold et Basile

Louise Morel MAF Canton de l’Est pour Sarah-Ève, Béatrice. Benjamin

Valérie Nault pour Émy, Éloi et Hubert

Johanne Saucier pour Marie-Ève, Angélique, Évan et Kael

Rosemary Gagné pour Zéphyr

Julie-Ève Proulx pour Malik, Raphaëlle et Guillaume

Marie Claude Goudreault pour Matéo et Zaya

Audrey Larochelle pour Alfred

Shanelle Raby pour Lovanie

Jocelyne Alarie, Mère au front des Cantons de l’Est pour Annie, Aymeric et Didier

Valérie Nault MAF Arthabaska-Érable pour Émy, Éloi et Hubert

Mylène Roy, Mère au front Montréal pour tous nos enfants et pour le vivant

Caroline Létourneau, Mère au Front Montréal pour tous les enfants de la planète

Rosemary Gagné MAF Arthabaska-Érable pour Zéphyr

Julie-Ève Proulx MAF Arthabaska-Érable pour Malik, Raphaëlle et Guillaume

Marie Claude Goudreault MAF Arthabaska-Érable pour Matéo et Zaya

Audrey Larochelle MAF Arthabaska-Érable pour Alfred

Shanelle Raby MAF Arthabaska-Érable pour Lovanie

Carole Singher, mère au front de Laval pour mes fils: Charles et Ugo Dionne

Julie Métivier mère au front de Mères au front rive sud pour mes filles, mes neveux et mes petits cousins

Sylvie Cantin, grand-mère au front pour Jérémie et Éliane

Marie Motte, Mère au front Rive-Sud, pour Zoé et Maud

Mères au Front Témiscouata pour Marie-Laure et Simon

Sophie Devost, Mères au front des Cantons de l’est pour tous les enfants de Frelighsburg

Claire Moran, Mère au front Montréal pour mes enfants et TOUS les enfants

Julie Kalt, Mère au front Montréal pour Léa et Thomas

Marise Mathieu, mère au front de Rosemère et environs pour William, Léo, Noémie, Ophélie et Romane.

Sophie Daunais-Ouimet, Mère au front de Rosemère et environs pour Olive et Pauline.

Marie-Josée Racine, mère au front de la Baie-des-Chaleurs pour Adam, Éloi et Adélie

Maryève Charland-Lallier pour Émi et Méo

Marie-Eve Bégin, mères au front de la baie-des-chaleurs pour Evan et Kaël

Mireille Elchacar, mère au front de Sherbrooke pour Albert et Alexandra

Jena Webb, Mère au front de Rosemère et les environs pour Emerik, Mikaël, Joakim et tous les enfants

Chantal Archambault, Mère au front Montréal pour Olive

Kareen Guillaume, Mère au front Montréal pour Oscar et le vivant

Sylvie Van Brabant, Katharine Cukier, Geneviève Chagnon, Sarah Brown, Emmanuelle Trépanier, Sophie Dansereau, Julie Tremblay, Cathia Pagotto, Mères au front Montréal pour nos enfants et le vivant

Geneviève Piché, mère au front Les Moulins pour Marie Tremblay

Lise Larouche Mère au front Saguenay pour Thomas

Johanne Alarie, MAF de Rouyn-Noranda, pour Paulin et Maude

Stéphanie Couture, Mère au front Montréal pour Édouard et Camille

Emilie Robert, mère au front de Rouyn-Noranda, pour Jeanne et Hugo

Stéphanie K/Bidi, Mère au front - Rive Sud, pour Céliane et Damien

Julie Côté, Tatie au front de Rouyn-Noranda, pour Layla,Marley, Clovis et Léonie

Edith Smeesters, MAF des Cantons-de-l’Est, pour Antoine, Florence, Vincent, Alex, Olivia, Alice et Nellie

Julie Tremblay, mère au front de Simone et Édouard et pour le vivant

À voir en vidéo