Condamner la guerre en Ukraine

«Les membres de la communauté internationale ont le devoir de coopérer pour mettre fin à ces violations et de s’abstenir de reconnaître toute situation de fait qui pourrait en résulter», estiment les signataires.
Photo: Dimitar Dilkoff Agence France-Presse «Les membres de la communauté internationale ont le devoir de coopérer pour mettre fin à ces violations et de s’abstenir de reconnaître toute situation de fait qui pourrait en résulter», estiment les signataires.

À l’initiative des professeurs et d’universitaires de la Faculté de droit de l’Université Laval, alarmés par les graves événements en cours en Ukraine et soucieux du respect des buts et des principes inscrits dans la Charte des Nations unies, tout comme du droit international humanitaire et du droit international des droits de la personne, nous, les soussignés, condamnons fermement l’agression armée perpétrée par la Fédération de Russie contre l’Ukraine.

Les actions de la Fédération de Russie constituent une violation flagrante de l’interdiction du recours à la force dans les relations internationales, une norme impérative consacrée à l’article 2, paragraphe 4, de la Charte des Nations unies et en droit international coutumier. Ces actions constituent également des violations graves de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance politique de l’Ukraine.

Les membres de la communauté internationale ont le devoir de coopérer pour mettre fin à ces violations et de s’abstenir de reconnaître toute situation de fait qui pourrait en résulter.

Nous dénonçons également la manière dont le droit international est utilisé par les dirigeants russes pour justifier ces violations graves, alors que la Fédération de Russie est un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, chargé de maintenir la paix et la sécurité internationales.

Nous tenons aussi à exprimer nos vives préoccupations quant aux conséquences pour la population civile. Cette agression est un affront à la dignité humaine. Déjà, un nombre élevé de morts est rapporté, des milliers de personnes fuient les affrontements et des bâtiments de caractère civil ont été touchés. Les civils doivent être tenus loin des hostilités et protégés en tout temps, de même que les organisations qui leur viennent en aide.

Nous rappelons, dans ce contexte, que les actions susmentionnées sont susceptibles d’engager non seulement la responsabilité internationale de la Fédération de Russie, mais aussi la responsabilité individuelle de ses dirigeants pour les crimes internationaux, y compris le crime d’agression et les crimes de guerre.

Nous lançons un appel à tous les ministères des gouvernements du Québec et du Canada pour qu’ils prennent d’urgence toutes les mesures à leur disposition pour faire cesser les violations commises par la Fédération de Russie en Ukraine. En particulier, nous demandons au Canada de renforcer la coopération avec ses partenaires internationaux en vue de parvenir à une résolution du conflit en Ukraine et au rétablissement de la paix, dans le respect du cadre offert par le droit international. Nous invitons le Québec à soutenir les efforts du Canada, y compris en facilitant l’accueil de réfugiés ukrainiens sur son territoire.

La paix et la sécurité internationales et le maintien de l’ordre juridique international, en Europe et à l’échelle mondiale, fondés sur des valeurs communes et la primauté du droit, dépendent aussi de l’engagement des gouvernements québécois et canadien.

* Cette lettre est appuyée par plus de 100 professeurs de différentes universités.

À voir en vidéo