Vladimir Poutine a déjà gagné

«Le tandem Poutine-Lavrov maîtrise le jeu des rapports internationaux non seulement en Europe de l’Est, mais aussi au Moyen-Orient et en Asie», écrit l'auteur.
Photo: Alexander Nemenov Agence France-Presse «Le tandem Poutine-Lavrov maîtrise le jeu des rapports internationaux non seulement en Europe de l’Est, mais aussi au Moyen-Orient et en Asie», écrit l'auteur.

À partir du moment où les États-Unis ont déclaré qu’ils recourraient aux sanctions et non à l’affrontement armé, Poutine a su qu’il n’avait plus rien à craindre. Des sanctions ? Pour les Russes, toutes les sanctions du monde ne valent pas un pied carré du territoire de la sainte et grande Russie : envahis à l’est par les Tatars au XIIIe siècle, au nord par les Suédois au début du XVIIIe siècle, à l’ouest par les Français en 1812 et par les Allemands en 1941, les Russes n’ont eu de cesse d’étendre leur domaine cadastral vers la Sibérie, la Baltique, la mer Noire et le Caucase afin de créer un glacis défensif face aux envahisseurs. D’autant plus que les sanctions donneraient à Poutine le prétexte de renforcer son pouvoir et d’imputer à ses adversaires tous les malheurs de son pays !

Dans la crise actuelle, Poutine n’est pas assez fou pour envahir toute l’Ukraine : il n’en a que faire, il n’est intéressé que par les territoires qu’il peut contrôler sans risque de guérilla ou d’intervention de l’Ouest. Dans cette logique, deux scénarios sont possibles. Le premier, c’est le statu quo, on se regarde de part et d’autre, les choses piétinent, les milices russes continuent de s’agiter dans le Donbass, y créant un abcès de fixation et y perpétuant l’emprise russe, et la souveraineté russe sur la Crimée (pour rappel, la Crimée fait depuis plus longtemps partie de la Russie que la Californie des États-Unis), l’Abkhasie et l’Ossétie du Sud est actée de facto. Poutine gagne, sans douleur ni sanctions. Le deuxième scénario voit la Russie envahir le Donbass et répéter l’annexion de la Crimée en 2014 : les sanctions pleuvent, mais Poutine agrandit son territoire, au plus grand plaisir du peuple russe et pour la plus grande gloire de Vladimir. Et, dans les deux cas, l’Ukraine ne fera pas partie de l’OTAN (d’ailleurs, l’Allemagne et la France s’opposent à l’entrée de l’Ukraine dans l’organisation atlantique).

Les inconsistances de l’Ouest

La validité d’une diplomatie tient à la constance de ses objectifs, à l’adaptation de ses moyens aux réalités et, surtout, à la conscience de ses limites. Le tandem Poutine-Lavrov maîtrise le jeu des rapports internationaux non seulement en Europe de l’Est, mais aussi au Moyen-Orient et en Asie : la Russie a réussi le tour de force d’avoir de bons rapports avec Israël et avec les ennemis de celui-ci, à savoir l’Iran et la Turquie ; elle flirte avec la Chine, négocie son vieux contentieux avec le Japon sur les îles Kouriles ; elle continue de traiter de diplomatie et de commerce avec les pays de l’Europe de l’Ouest. Elle ne fait la morale à personne quant aux droits et aux libertés, elle ne sanctionne aucun État sous prétexte que les institutions de celui-ci ne lui plaisent pas : c’est ce qu’on appelle la diplomatie classique d’inspiration westphalienne (traités de Westphalie de 1648, qui mettent fin à la guerre de Trente Ans).

À l’opposé, les États-Unis, depuis le début du siècle, veulent faire de la diplomatie à la manière des guerres menées contre les Sioux : assauts de la 1re cavalerie, victoire écrasante, capitulation sans conditions et traités matraques humiliants. Résultats : ratages complets en Irak et en Afghanistan, suivis de débandades honteuses ! Les Américains seraient-ils capables un jour d’être forts sans être arrogants et d’être souples sans être mous ? D’autre part, alors que Poutine et Lavrov assurent la continuité de la diplomatie russe depuis 2004, les États-Unis sont passés de Bush fils qui fait le contraire de Bush père, à Obama qui fait le contraire de Bush fils, à Trump qui fait le contraire d’Obama, à Biden, enfin, qui a l’air d’aimer être entre le zist et le zest.

La Russie, le chagrin de l’Europe

À cause du Rideau de fer qui a séparé les deux moitiés du continent, l’Ouest a oublié que la Russie est, depuis le XVIIIe siècle, une grande puissance européenne et que, chaque fois que l’Europe boude la Russie, celle-ci « s’asiatise ». Au sortir de la guerre froide, l’occasion était unique d’arrimer la Russie au continent européen en signant un pacte de sécurité collective liant l’OTAN et l’ancien bloc de l’Est : Gorbatchev, Eltsine et Poutine (le chancelier allemand Kohl aussi) y étaient favorables, à condition que leur pays ne fût pas à la traîne de l’OTAN. Mais les néoconservateurs de G. W. Bush ne l’entendaient pas de cette façon : ils avaient gagné la guerre froide et rêvaient d’une hégémonie incontestée sur le monde. Ils auraient dû y penser à deux fois quand ils ont vu l’axe continental Allemagne-France-Russie s’opposer à l’axe atlantique sur la guerre en Irak : mais Donald Rumsfeld l’écarta d’un revers de la main (« ça, c’est la vieille Europe ») et Condoleezza Rice pontifia (« Il faut ignorer l’Allemagne, pardonner à la Russie et punir la France »). De la diplomatie d’amateurs de bistrots ! Depuis, les rapports entre la Russie et l’Ouest sont conflictuels ou, au mieux, crispés.

Quant au Canada, nous souhaitons beaucoup de courage à Mme Mélanie Joly, notre ministre apprentie diplomate, qui hérite d’un ministère sérieusement amoché depuis Stephen Harper et qui doit mener une diplomatie dont personne ne connaît les tenants et aboutissants !

À voir en vidéo