La STM, une entreprise rigoureuse et responsable

«Les grands exploitants de transport de la région métropolitaine ont été appelés à se réinventer durant la pandémie, et plus que jamais nous avons besoin du soutien de l’Autorité régionale de transport métropolitain, plutôt que des critiques», écrit l'auteur.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne «Les grands exploitants de transport de la région métropolitaine ont été appelés à se réinventer durant la pandémie, et plus que jamais nous avons besoin du soutien de l’Autorité régionale de transport métropolitain, plutôt que des critiques», écrit l'auteur.

À titre de directeur général et FCPA, avec plus de 28 ans passés au service de la STM, et pour les quelque 11 000 employés mobilisés et dévoués qui contribuent à faire bouger les Montréalais chaque jour, il est de mon devoir de rétablir les faits et de mieux expliquer le rôle de la STM face aux allégations infondées et non signées qui circulent.

Gestion responsable

 

La saine gestion financière est au cœur des décisions de l’entreprise, et la Société gère de façon responsable et avisée un portefeuille de projets totalisant 16 G$. Pour chaque dollar dépensé, la STM s’assure rigoureusement que ses clients, qui sont aussi des contribuables, en ont pour leur argent. Au cours des cinq dernières années, nous avons ainsi mené à terme 88 % de nos projets en respectant le budget prévu — voire avec un coût en deçà des prévisions budgétaires —, tout en devançant ou respectant l’échéancier. C’est un bilan qui montre tout notre sérieux, et des associations reconnues comme le Project Management Institute (PMI) ont souligné à plusieurs reprises la qualité de notre gestion de projet, notamment pour le projet des trains AZUR, réalisé pour un montant de 2 G$, soit 500 millions de dollars de moins que le budget prévu, en respectant l’échéancier et avec deux trains supplémentaires sans frais.

Quant au projet de prolongement de la ligne bleue, bien que nous ayons été mandatés pour agir à titre de maître d’œuvre, ce n’est pas le projet de la STM. Le tracé du tunnel, l’emplacement et le nombre de stations ainsi que le budget, notamment, ont été définis à l’étape du Dossier d’opportunité par l’AMT — maintenant ARTM et plusieurs de ces paramètres ont malheureusement été mal planifiés (omission des taxes à payer, sous-évaluation des coûts d’acquisitions, etc.). Rapidement, alors que nos analyses et études progressaient afin de mieux définir les éléments clés du projet, nous avons avisé à plusieurs reprises les autorités que le budget prévu avait été sous-estimé. Il était de notre devoir d’en aviser les autorités, et notre bureau de projets est rapidement passé en mode solution. Dès 2020, avant la formation du comité d’experts, qui a par ailleurs été demandé par la STM, nous proposions déjà des pistes d’économies de l’ordre de 800 M$.

La STM fait face aux mêmes contraintes et défis que les grands donneurs d’ouvrages au Québec, avec la surchauffe du marché de la construction et la hausse des coûts immobiliers. S’il en a coûté plus cher pour construire votre terrasse cet été, il en est malheureusement de même pour nos infrastructures.

Depuis le début de la pandémie

 

Finalement, je suis particulièrement consterné de lire qu’on accuse la STM de nuire à la reprise du transport collectif. Depuis le début de la pandémie, la STM et ses employés continuent d’être présents jour après jour pour assurer les déplacements de centaines de milliers de Montréalais. En quelques mois seulement, nous avons changé nos façons de faire et adapté nos réseaux de transport et notre service de transport adapté face à une crise sanitaire mondiale. Les grands exploitants de transport de la région métropolitaine ont été appelés à se réinventer durant la pandémie, et plus que jamais nous avons besoin du soutien de l’Autorité régionale de transport métropolitain, plutôt que des critiques.

Dans l’urgence au printemps 2020, des gestionnaires et des employés de tous les secteurs ont répondu présents pour prêter main-forte au personnel d’entretien pour désinfecter nos véhicules et nos installations. Alors que nos réseaux continuaient de fonctionner pour assurer les déplacements des travailleurs essentiels, votre bus ou votre rame de métro a peut-être été désinfecté par un comptable, un contremaître, un gestionnaire ou un architecte. Et malgré la baisse d’achalandage importante et les défis financiers auxquels nous avons fait face, nous avons pris l’engagement auprès de nos clients de continuer à offrir une offre de service optimisée dans les circonstances, pour favoriser une distanciation adéquate et contribuer à protéger clients et employés. Pour nous, les exigences de sécurité et de santé publique primaient, et priment encore, sur les impératifs financiers.

J’invite donc personnellement la source non autorisée, et visiblement mal informée, à l’origine des allégations à venir passer une journée avec nos équipes, à parcourir nos réseaux de bus, de métro et notre service de transport adapté ainsi qu’à visiter nos bureaux de projets. Elle sera à même de constater de ses propres yeux que la STM met tous les efforts nécessaires pour contribuer à la reprise et que chaque dollar investi va au bon endroit.

À voir en vidéo