cache information close 

Lettres : Ne pas toucher à la québécitude

Alors que dans les autres provinces, à majorité anglophone, beaucoup de compromis peuvent se faire avec le gouvernement central sur les compétences qu'elles prétendent vouloir défendre, en autant que l'argent suive, le Québec n'a pas ce choix.

Pour le seul territoire où habite une majorité francophone vacillante et fragile, altérer une compétence qui lui est propre est la porte ouverte à une progressive assimilation. Il est d'une évidence, tant de fois proclamée, que le peuple que nous sommes encore, à défaut de se donner un pays, doit être clairement reconnu par les autres provinces et le gouvernement central: «Société distincte à promouvoir et à respecter de toute urgence». Sinon, le Québec se perdra dans le grand tout nord-américain et ses enfants, un jour, demanderont à leurs parents de raconter l'histoire ancienne de ce que nous aurons été.