cache information close 

Lettres : Que vive l'orthographe rectifiée!

Dans sa lettre du 26 juillet, Richard Weilbrenner refuse les rectifications orthographiques proposées par le Conseil supérieur de la langue française en1990 et qui refont surface. Permettez-moi d'exprimer mon total désaccord. La langue française est une langue vivante et comme tout organisme vivant, elle évolue et s'adapte aux circonstances. La façon d'orthographier au XXe siècle n'est pas celle du XVlle.

En plus du phénomène de l'évolution, il y a l'incohérence et les anomalies de l'orthographe française. Par exemple, pourquoi chariot ne prend-il qu'un r alors que charrette en prend deux? Ne sont-ils pas des mots de même famille?

Pourquoi cône a-t-il droit à un accent circonflexe alors qu'on le refuse au mot zone?

N'est-il pas normal de placer le tréma sur la voyelle qui est prononcée pour lui donner de l'importance. Ex.: cigüe.

Enfin, il est logique que la prononciation corresponde à l'accent. On prononce cèleri, alors pourquoi écrire céleri?

Ces rectifications, loin de semer incohérence et confusion, augmenteront la qualité du fançais et contribueront à sa promotion, à son épanouissement.