Lettres : Le CRTC ne doit pas reculer

Depuis des années, dans la région de Québec, deux cracheurs de haine profitent des ondes publiques pour jeter quotidiennement leur fiel sur des personnages publics (politiciens, artistes, etc.) ou sur des groupes en particulier (homosexuels, personnes de race noire, personnes handicapées, journalistes, professeurs d'université). André Arthur et Jeff Fillion, en cultivant la haine et les préjugés, sont parvenus par l'injure à se bâtir une renommée et une généreuse rémunération. Les propriétaires des stations qui les emploient, comme ceux de CHOI, ont pu également s'en mettre plein les poches sur le dos des innocentes victimes sur qui ces deux énergumènes crachent quotidiennement.

Cette utilisation systématique des ondes à des fins de dénigrement ciblé a contribué à faire naître un climat de rumeur malsaine et de peur qui a culminé durant l'affaire Gilet. Toute personne qui osait s'élever contre les propos outranciers des deux animateurs, ou émettre une opinion différente, était alors associée aux personnes accusées et traînée à son tour dans la boue.

La diffamation est un crime. L'utilisation des ondes publiques est un privilège qui doit être exercé avec dignité, responsabilité et respect de la population et de ses différentes composantes. Les propriétaires de CHOI avaient été prévenus il y a très longtemps et à plusieurs reprises. Ils ont continué avec arrogance à défier le CRTC et à se faire les complices de Jeff Fillion dans ses excès qui se traduisaient pour eux par une augmentation des cotes d'écoute et des profits. Aujourd'hui, ils n'ont qu'eux-mêmes à blâmer.

Ceux qui s'opposent à la fermeture de CHOI se font induire en erreur par les propriétaires de la station. Le privilège de pouvoir diffamer quotidiennement sur les ondes publiques à des fins de profits faciles n'a rien à voir avec la liberté d'expression. Et n'ayez crainte, les emplois perdus seront rapidement retrouvés lorsque le CRTC aura remis une nouvelle licence à des propriétaires plus responsables. Si le CRTC reculait, le message envoyé aux propriétaires des stations de radio serait désastreux, ce serait le feu vert à la radio irresponsable et démagogique qui ne vise qu'à élever les cotes d'écoute et les profits sur le dos d'innocentes victimes.