Lettres : La vie a primauté sur la loi

La tentative de la ministre Judy Sgro d'interpeller le choix des églises de donner asile à des gens particulièrement fragilisés a quelque chose d'indécent.

Si tout fonctionnait dans les normes du respect de l'être humain et de son droit d'appel essentiel en cas de refus, je comprendrais mieux la démarche de Mme Sgro. Or, au ministère de l'Immigration, tout est loin d'être rassurant: fonctionnaires aux agissements douteux et aux décisions souvent étonnantes; évaluation trop «légaliste» de la situation des réfugiés alors que chaque cas est très personnel et demande une approche respectueuse et prudente. Au-delà de ces considérations, toutes les églises doivent protéger leur droit de protection et d'accueil aux plus démunis et désemparés d'entre nous.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.