Lettres : Quelques chiffres

Entre 80 et 90 % des ressources hydriques utilisées par l'humain sont utilisées dans le secteur de l'agriculture. Il faut environ 1160 m3 d'eau pour produire une tonne de blé et 13 500 m3 d'eau pour produire une tonne de viande de boeuf.

Transporter une tonne de blé est drôlement plus facile et économique que transporter 1160 m3 d'eau! Les pays pauvres en eau ont compris ça depuis longtemps. Dans les années 1970, les ressources hydriques des pays de la région du Nord de l'Afrique et surtout de certains pays du Moyen-Orient tel que Israël ont cessé d'être suffisantes pour que ces pays puissent subvenir à leurs besoins alimentaires sans avoir recours aux importations. Depuis, ces pays importent du blé et autres denrées qu'ils ne peuvent se permettre de cultiver sur leur propre territoire faute de manque d'eau. C'est d'ailleurs en partie grâce à la possibilité qu'ont ces pays de recourir au marché alimentaire international pour subvenir à leurs besoins qu'il n'y a jamais eu de ces fameuses guerres internationales d'eau dont on entend constamment parler.

L'humain n'utilise qu'un faible pourcentage d'eau pour subvenir à sa soif et à ses besoins sanitaires. Pour les pays extrêmement pauvres en eau, la dessalaison de l'eau de mer ou de l'eau sale, bien que dispendieuse, demeure quand même plus économique que l'importation d'eau en vrac pour subvenir à ces besoins essentiels. En conclusion, pour venir en aide aux pays et régions pauvres en eau, mieux vaut exporter nos produits alimentaires ou les aider à financer leurs installations de dessalaison que d'exporter notre eau.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.