Lettres : L'eau, partie du patrimoine

J'ai été soulagée par l'annonce du ministère de l'Environnement, indiquant que le Québec va retarder l'exportation massive de l'eau. Je suis toutefois alarmée de constater que le Québec continue d'envisager l'exportation de l'eau en vrac, malgré les incidences environnementales bien documentées des diversions massives d'eau et les menaces que ces exportations pourraient signifier pour la totalité de l'eau du Canada en vertu de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Malgré ce que le ministre Mulcair peut croire, si le Québec décide d'exporter son eau, toutes les provinces du Canada pourraient y être forcées également en vertu des grands accords commerciaux.

Selon l'ALENA, dès qu'une seule province commence à exporter de l'eau, la totalité de l'eau du Canada devient assujettie au droit commercial international, ce qui signifie que les compagnies étrangères peuvent poursuivre notre gouvernement si jamais nous voulons les empêcher de prendre notre eau dans le futur. Cela signifie aussi que nous ne pourrions jamais mettre fin au commerce de l'eau, peu importe les besoins des Québécois et Québécoises.

Le commerce de l'eau est mauvais écologiquement, économiquement et moralement. Les plus démunis ne profiteraient pas de ces exportations massives, dont les incidences environnementales seraient dévastatrices. Elles créeraient peu d'emplois et pourraient même drainer des ressources de projets plus profitables pour le Québec.

En 2002, le Québec a démontré son leadership en reconnaissant que l'eau est une partie du patrimoine collectif de tous les Québécois et Québécoises. Ce serait une tragédie pour le gouvernement de revenir sur cela mettant ainsi en danger la totalité de notre eau par son exportation massive ou en vrac. Le Québec est doté d'une richesse hydraulique merveilleuse qu'il faut protéger et préserver pour les générations qui suivront, plutôt que de la privatiser, la transformer en bien et la vendre aux plus offrants sur le grand marché mondial.

J'espère sincèrement que vous allez mettre un terme immédiatement à ces discussions sur l'exportation d'eau au Québec et travailler avec tous les Canadiens et Canadiennes pour que notre eau demeure publique et protégée.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.