cache information close 

La désinformation et les médias sociaux, le couple qui inquiète

<p>«Les " height="530" width="828" class="img-responsive">
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne

«Les "désinformés" vivent dans une bulle, alimentée par les médias sociaux (Facebook, YouTube et Twitter) qu’ils privilégient pour s’informer sur l’actualité», écrivent les auteurs.

La désinformation et les fausses nouvelles, très répandues aux États-Unis, sont aussi présentes au Québec, où un peu plus de 20 % des répondants à notre enquête, menée en novembre dernier avec la firme CROP et le Centre d’études sur les médias, n’hésitent pas à dire leur accord avec diverses affirmations pour le moins douteuses qui circulent sur Internet. Ces « désinformés » vivent dans une bulle, alimentée par les médias sociaux (Facebook, YouTube et Twitter) qu’ils privilégient pour s’informer sur l’actualité.

Nos données nous permettent, pour la première fois à notre connaissance, non seulement d’évaluer l’ampleur du phénomène au sein de la société québécoise, mais d’en décrire les contours. Qui sont ces « désinformés ? Comment leur diète d’information contribue-t-elle au phénomène ?

Mesurer la désinformation

Quatre énoncés choisis parmi des informations sans fondement largement répandues sur la COVID-19 ou attribués au groupe QAnon, généralement qualifiés de théories « complotistes », ont été soumis à un échantillon représentatif de la population québécoise (N = 1000). Voir le tableau. Une proportion appréciable de répondants, soit plus de 20 %, se sont dits très ou assez d’accord avec ces idées non fondées, souvent farfelues. Un noyau dur estimé à environ 7 % des répondants les partage sans réserve. Ces résultats, qui coïncident avec ceux d’autres enquêtes, témoignent de l’ampleur des croyances approximatives qui circulent au Québec.

Aux fins de l’analyse, nous avons construit un indice regroupant les quatre questions en pondérant les réponses (3 points à la réponse « très d’accord », 2 à « assez d’accord », 1 à « assez en désaccord » et 0 à « très en désaccord »). Les scores quant à l’indice varient de 0 (rejet des opinions fausses) à 12 (acceptation sans réserve). Nous avons constitué quatre groupes de personnes, selon qu’elles rejettent sans réserve les quatre énoncés douteux (groupe 1) jusqu’au groupe qui les accepte sans hésitation (groupe 4).

Les jeunes (18-34 ans) sont nettement plus nombreux à adhérer à ces idées contestables. L’écart observé entre les groupes d’âge est considérable et préoccupant. Environ 40 % des 18-34 ans partagent les quatre opinions problématiques (groupe 4), alors que la proportion baisse sous les 10 % chez les répondants âgés de 55 ans et plus. Les « désinformés » se retrouvent aussi chez les répondants ayant le niveau de scolarité et les revenus les plus bas, mais la désinformation sévit dans tous les groupes d’âge, chez les diplômés universitaires comme chez les plus fortunés, à des niveaux toutefois moins élevés.

Les sources d’information

Les répondants étaient invités à nommer les trois principaux médias fréquentés pour s’informer sur l’actualité. Ces sources d’information ont été regroupées en trois catégories : la télévision, les journaux et les médias sociaux.

Considérons d’abord les médias cités par les répondants comme première source d’information. Les personnes du groupe 4 (désinformées) se tournent surtout vers les médias sociaux, soit près de 40 % d’entre elles, loin devant la télévision. Par contraste, moins de 10 % des personnes du groupe 1 (rejetant les opinions douteuses, selon l’indice) donnent les médias sociaux comme première source d’information. Les écarts sont une fois encore significatifs et considérables.

Sans surprise, les « désinformés » font aussi bande à part quand on les interroge sur la confiance qu’ils accordent à ces mêmes médias sociaux : 46 % leur font confiance comparativement à 18 % seulement chez les personnes qui rejettent les idées fausses. Nos données confirment de façon nette le mariage annoncé entre la désinformation et les médias sociaux et appuient les analyses qui mettent l’accent sur la bulle d’information.

On ne s’étonnera pas que les « désinformés » consultent moins souvent les médias traditionnels (télévision, radio et journaux) que les autres répondants à l’enquête. Mais ils regardent tout de même la télévision, le plus souvent TVA, mais aussi LCN, à peu près pas Radio-Canada ou RDI. Les deux chaînes du groupe Québecor sont écoutées en proportion relativement égales, comme première source d’information, par les « désinformés » ou les autres, soit autour de 20 % dans chacun de nos quatre groupes pour TVA et autour de 15 % pour LCN. S’il leur arrive de lire des journaux, les « désinformés » consulteront plutôt Le Journal de Montréal ou Le Journal de Québec que La Presse ou Le Devoir.

Les médias du groupe Québecor (télévision et journaux) rejoignent tous les groupes de la société et on y trouve tout autant de gens désinformés que de personnes rejetant les énoncés contestables. Radio-Canada, RDI, La Presse et Le Devoir rejoignent d’abord et avant tout des personnes hostiles aux idées approximatives et douteuses.

La télévision, TVA en particulier, reste le média que privilégient la majorité des Québécois pour s’informer, mais son rôle de « rassembleur » des dernières décennies est érodé chaque jour un peu plus par les médias sociaux, dont l’influence n’est pas que négative, mais dont la propension à répandre les fausses informations a contribué à créer un monde à part. Alimentés par les amis qui partagent les mêmes angoisses et par les algorithmes qui les inondent d’informations de même nature, les « désinformés » s’enferment dans leurs croyances et en viennent à vivre dans un univers parallèle. Celui des faits alternatifs.

5 commentaires
  • Pierre Boucher - Inscrit 30 janvier 2021 06 h 08

    Noam

    Le grand Chomsky en sait quelque chose sur les médias.
    Comme désinformation, il ne donnent pas leur place.

    • Christian Roy - Abonné 30 janvier 2021 13 h 52

      @ M. Boucher,

      C'est "profond" ce que vous écrivez-là !

      Salutations !

  • Daniel Derome - Inscrit 30 janvier 2021 11 h 12

    Distorsion idéologique dans ce sondage

    Ce sondage interroge la désinformation qui vient de la droite.
    QU'en est-il de celle qui vient de la gauche?

    • Christian Roy - Abonné 30 janvier 2021 13 h 49

      @ M. Derome,

      Si vous creusez longtemps et avec ardeur à droite; vous parviendrez éventuellement à identifier l'extrême-gauche. C'est d'ailleurs au coeur de la défense des illuminés du GOP qui accusent Antifa de s'ëtre déguisés en Trumpistes déchaînés lors de l'invasion du 6 janvier au Capitole. Au royaume de la distortion, il faut se méfier des apparences. Tout dépend de l'intérêt du moment et des états d'âme de "Q". La Gauche se retrouve à Droite et vice-versa. Me suivez-vous ?!!!

      Plus sérieusement, si j'ai bien lu l'article, il est préférable de s'informer à l'aide de "Radio-Canada, RDI, La Presse et Le Devoir (qui) rejoignent d’abord et avant tout des personnes hostiles aux idées approximatives et douteuses."

      Votre commentaire est l'éloquente illustration que vous vous informer à la bonne place !

      Mes salutations.

      On lâche pas !

    • Pierre Fortin - Abonné 31 janvier 2021 11 h 15

      Un curieux sondage en effet !

      Il est inévitable que la population cultive des préjugés lorsqu'elle ne dispose pas de l'information suffisante pour établir un jugement éclairé fondé sur des faits avérés. Ce phénomène est encore plus important si la personne perçoit qu'elle est l'objet d'une menace comme c'est le cas avec la Covid-19. Son gros cerveau lui proposera alors toutes les explications possibles pour rationnaliser ce qui lui arrive, incluant les hypothèses les plus farfelues et les moins crédibles : psychololgie 101.

      Si on peut faire une constatation quant aux résultats à ces quatre questions, c'est que plus de 90% des réponses oscillent de "Assez d'accord" à "Très en désaccord", ce qui montre qu'il n'y a pas de conviction ferme et encore moins de certitude. Comment serait-ce même possible dans l'état actuel des connaissances ?

      D'autre part, le sondage serait plus crédible si on avait proposé le choix de réponse "Ne sais pas", ce qui aurait pu refléter un manque de connaissance réel sur le sujet. Et sur ce point, il faut reconnaître que les divers médias n'offrent que très peu de données fiables en ce qui a trait à la nature, à la cause ou aux conséquences de ce virus; ce qu'on ne peut leur reprocher quand les virologues eux-mêmes nagent dans l'inconnu.

      Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce sondage, mais il serait pertinent de savoir qui l'a commandé, surtout lorsqu'on voit que l'étude semble focaliser sur Québecor, ses médias et le réseau TVA. Quant à la théorie QAnon, a-t-on seulement pris soin de vérifier si les répondants savent de qui il s'agit ?

      Surtout, ce genre de sondage ne montre pas de marge d'erreur statistique, ce qui le prive de sa signifiance réelle, et ne délivre que des conclusion non-démontrées.

      « Un sondage n'est pas un substitut à la réflexion. » — Warren Buffett