Soutenir la culture et ses publics en temps de pandémie

«Les bibliothèques, les salles de cinéma, les salles de spectacle, en d’autres mots, les fréquentations et pratiques culturelles, pas moins que les pratiques sportives, contribuent au bien-être mental et corporel de la société», écrivent les auteurs.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir «Les bibliothèques, les salles de cinéma, les salles de spectacle, en d’autres mots, les fréquentations et pratiques culturelles, pas moins que les pratiques sportives, contribuent au bien-être mental et corporel de la société», écrivent les auteurs.

L’art et la culture font du bien, l’échappée dans l’imaginaire et la sensibilité qu’ils procurent permettent à nombre d’entre nous de garder le cap sur l’espoir en ces temps difficiles. Il est donc légitime de nous demander si la culture et ses publics reçoivent tout le soutien qu’ils méritent de la part de nos gouvernants et de chacun d’entre nous à l’heure actuelle.

La pandémie produit une vie raréfiée, alors que tout individu aspire à la vie riche du sens que provoquent en lui expériences et rencontres. La culture, grâce aux expériences esthétiques qu’elle propose, mais aussi par les pratiques culturelles qu’elle suscite pour les personnes de tous les âges, apporte à la vie une part de densité, de sens, de chaleur, bref, de sa vitalité. Plus important en cette période trouble, elle crée du lien et de la communauté dans une atmosphère où l’on nous demande de rester à distance et de nous isoler les uns des autres. En tant que chercheurs intéressés aux publics de la culture, nous sommes donc vivement préoccupés par l’ensemble des mesures gouvernementales qui touchent le champ culturel en temps de pandémie.

Dans notre esprit, le souci de ne pas réduire la vie culturelle et artistique au-delà de ce qui est nécessaire participe de l’équilibre qu’il faut tenter de garder entre santé physique et mentale. Pour ses publics, la culture joue un rôle essentiel dans cette dynamique qu’elle irrigue et enrichit de la multiplicité de ses manifestations et de ses pratiques. Et la culture participe d’ailleurs aussi bien à notre santé physique que mentale. En effet, la culture est un besoin vital pour de nombreux êtres humains qui ont du mal à être privés de ce dialogue qui se crée à tant de niveaux entre les artistes et les publics. Les événements artistiques et culturels répondent ainsi à des besoins essentiels : besoins d’expression, de contemplation, de réunion et de réflexion sur la cité, mais permettent aussi de réduire l’anxiété sociale, d’aller à la rencontre de l’autre et d’adoucir l’isolement vécu par les individus.

Or, certaines de ces activités culturelles ont été davantage touchées que d’autres par des mesures gouvernementales sans que nous ayons toujours eu l’impression qu’on a suffisamment pris au sérieux leur importance sociale, comme on l’a fait par exemple pour les écoles, les commerces et d’autres services essentiels. Nous ne voulons pas ici entrer dans des comparaisons avec d’autres secteurs économiques de manière à monter un secteur contre l’autre. Mais nous voulons redire que les bibliothèques, les salles de cinéma, les salles de spectacle, en d’autres mots, les fréquentations et pratiques culturelles, pas moins que les pratiques sportives, contribuent au bien-être mental et corporel de la société. Et il va de soi pour nous que le numérique ne suffit pas à la tâche en matière culturelle. Il faut avoir de bonnes raisons pour limiter les contacts entre la culture et ses publics quand cela est fait dans le respect des règles sanitaires en vigueur et qu’il n’est pas démontré que ces rencontres sont des sources d’éclosions.

Nous prenons acte des mesures de compensation du gouvernement Legault et de la prestation d’urgence versée par le gouvernement Trudeau à des travailleurs culturels. Mais nous aimerions rappeler que de grands pans de la vie culturelle et artistique au Québec — et cela veut dire des milliers de personnes — doivent maintenir depuis des années leurs activités avec un financement insuffisant, poussant sans cesse les artistes et tant d’autres à vivre à la pointe d’eux-mêmes, à produire sans cesse juste pour se maintenir à flot, sans toujours échapper à la précarité. Jusqu’ici, nous ne croyons pas que nos gouvernements et que les mesures qu’ils ont prises montrent qu’ils ont compris la gravité de la situation pour l’ensemble du milieu culturel.

Alors qu’un semblant de vie culturelle reprenait depuis septembre, beaucoup de portes se sont refermées dans les zones rouges avec le reconfinement. Au-delà de savoir si bloquer l’accès à certains lieux culturels était vraiment la meilleure chose à faire pour contrer l’épidémie, nous voulons réitérer notre solidarité avec le monde culturel et plaider pour que l’on prenne vraiment au sérieux ce qu’il fait. Jamais peut-être n’avons-nous eu davantage besoin du réconfort que procure la rencontre entre la culture et son public. Il est donc essentiel qu’on s’efforce de limiter le moins possible son expression et que nos gouvernants prennent tous les moyens à leur disposition pour aider le milieu culturel à sortir de cette crise.

1 commentaire
  • Solange Bellemare - Abonnée 9 octobre 2020 07 h 34

    La Culture? Qu'est-ce que c'est que ça?

    Vous trouvez les mots pour exprimer absolument ce que je ressens, avec beaucoup d'autres. Le malheur est que les gouvernemtns n'ont pas attendu la pandémie pour traiter ce secteur avec la "légèreté" et le manque de considération, je dirais même la condescendance qui crève les yeux actuellement. Merci de voir et de nommer! Heureusement, les artistes ne disparaîtront jamais!