Les Québécois devraient appuyer le projet de sables bitumineux Frontier

Le projet Frontier de l’entreprise Teck Resources permettrait de produire du pétrole pendant quatre décennies.
Photo: David Boily Agence France-Presse Le projet Frontier de l’entreprise Teck Resources permettrait de produire du pétrole pendant quatre décennies.

Quel prix économique et politique le gouvernement fédéral est-il prêt à payer pour atteindre ses cibles de réduction de gaz à effet de serre ?

La réponse se pose avec acuité au moment où des groupes environnementalistes font pression pour qu’Ottawa rejette le projet Frontier de développement des sables bitumineux par l’entreprise Teck Resources. Ce projet de 20 milliards de dollars permettrait de produire du pétrole pendant quatre décennies.

Pour mettre les choses en perspective, disons que c’est l’équivalent de trois fois le gigantesque projet hydroélectrique de La Romaine sur la Côte-Nord, en construction depuis une décennie au coût de 6,5 milliards de dollars, dont les quatre barrages permettront d’alimenter en électricité un demi-million de foyers.

Les Albertains, qui voient depuis des années les investissements fuir leur province, tiennent évidemment mordicus à ce que le projet se réalise. Ceux qui, au Québec, professent une vision réaliste des arbitrages à faire entre développement économique et protection de l’environnement devraient aussi l’appuyer.

Le principal argument des opposants est que Frontier produira environ quatre mégatonnes d’équivalent CO2 par année, une nouvelle source d’émissions qui compromettrait les cibles de l’Accord de Paris. Ce n’est toutefois qu’une fraction de 1 % des 716 mégatonnes que le Canada a produit en 2017 et de la cible de 517 mégatonnes que le gouvernement s’est donnée pour 2030.

Rappelons aussi que le Canada ne produit au total que 1,6 % des émissions mondiales. Justin Trudeau a lui-même reconnu à l’émission Tout le monde en parle que, même si on arrêtait toute activité au Canada demain matin, cela ne changerait pas grand-chose à l’évolution du climat à l’échelle mondiale. La Chine ne met que quatre heures environ à produire quatre mégatonnes. Est-on prêt à sacrifier des dizaines de milliards de dollars en retombées économiques pour compenser ce que font les Chinois en un avant-midi ?

D’autres pays augmentent leur production de CO2, dont le Japon qui prévoit de construire jusqu’à 22 centrales électriques au charbon. Celles-ci produiraient autant de carbone que l’ensemble des voitures vendues annuellement aux États-Unis.

Malgré tous les beaux discours sur la transition énergétique, les prévisions internationales les plus réalistes indiquent que la consommation mondiale de pétrole va continuer d’augmenter pendant encore quelques décennies. Si ce n’est pas l’Alberta qui produit ce pétrole et qui enrichit les Canadiens en le faisant, ce seront d’autres pays, des pays avec des standards environnementaux et sur le plan des droits de la personne souvent moins élevés.

Réputation

Les Québécois devraient aussi se préoccuper d’autres effets négatifs d’un éventuel refus d’Ottawa.

La compagnie a déjà dépensé un milliard de dollars pour obtenir le feu vert de tous les organismes réglementaires fédéraux et provinciaux après un processus d’évaluation qui a duré une décennie. Malgré des répercussions inévitables sur l’environnement, l’Agence canadienne d’évaluation environnementale et l’Agence de réglementation de l’énergie de l’Alberta ont récemment conclu que le projet était « dans l’intérêt public ».

Quel signal enverra-t-on aux investisseurs canadiens et internationaux si, pour des raisons politiques, on dit non à Teck Resources après un investissement aussi considérable et après qu’elle se fut conformée à toutes les étapes du processus ?

Le Canada traîne de la patte depuis plusieurs années sur le plan des investissements directs étrangers. L’avantage compétitif que nous avions sur les États-Unis a disparu depuis les baisses d’impôt et la réduction du fardeau réglementaire entreprises par le président Trump. La réputation du Canada risque d’en prendre un autre coup. Et cela touchera inévitablement le Québec, qui cherche à attirer les investisseurs étrangers pour développer son secteur minier.

La meilleure garantie d’un environnement mieux protégé est l’enrichissement. La pollution est un problème endémique dans les pays pauvres, qui n’ont pas les moyens de s’y attaquer. Au contraire, les pays prospères peuvent se permettre d’y consacrer beaucoup plus de ressources. Ils peuvent aussi investir davantage dans les technologies d’avenir moins polluantes. L’arbitrage qu’on doit faire dans l’immédiat entre développement économique et protection de l’environnement s’efface en fait lorsqu’on étire la perspective sur le long terme.

Le gouvernement fédéral doit annoncer d’ici la fin de février s’il donne ou non son feu vert au projet Frontier. Ceux qui se préoccupent de l’avenir économique et environnemental du Canada devraient l’appuyer.

À voir en vidéo