Les fonctionnaires fédéraux sont sous-exploités et l’État doit agir

«Devant le peu d’appui offert à l’employé soucieux de donner un rendement à la hauteur de ses talents, la sécurité d’emploi et les excellentes conditions de travail du fédéral ont un effet pernicieux», croit l'auteur.
Photo: iStock «Devant le peu d’appui offert à l’employé soucieux de donner un rendement à la hauteur de ses talents, la sécurité d’emploi et les excellentes conditions de travail du fédéral ont un effet pernicieux», croit l'auteur.

Juste avant Noël, le gouvernement du Canada me confirmait par lettre que je cessais d’être un employé de l’État. Quelques semaines plus tôt, j’avais renoncé — à 50 ans — à un emploi à vie, à un salaire de 120 000 $, à un mois de congé payé et à des régimes d’assurances et de pension parmi les meilleurs au pays. Je choisissais de tenter ma chance comme consultant indépendant en finances publiques dans les pays en développement. Est-ce que j’étais tombé sur la tête ?

J’ai lu la lettre, puis l’ai déposée sur la table pour songer à ce qui m’avait poussé à quitter mon emploi. Simple : j’étais devenu malheureux. Et cela crevait les yeux depuis déjà trop longtemps.

Pourtant, en presque 18 ans de service à Ottawa, j’avais connu des moments forts. J’avais conseillé de brillants ministres et hauts fonctionnaires, voyagé, appris à mieux connaître mon pays et ses gens, perfectionné mon anglais… La liste est longue d’expériences et de connaissances que mes fonctions m’ont apportées. Je serai toujours reconnaissant envers cette noble institution qu’est l’État canadien.

Jusqu’à l’aube de la quarantaine, ma carrière pointait vers le haut. Puis, différentes circonstances m’ont amené à occuper des postes où, pour faire court, je ne me sentais plus à ma place. Petit à petit, ma confiance en moi s’effritait et une lassitude s’installait. Je me voyais sous-exploité et mes forces mal alignées avec mes tâches. Mais avec 360 000 postes répartis dans des dizaines de ministères et d’organismes publics, j’ai fait le pari qu’il devait bien y en avoir un dans lequel je serais plus efficace et utile, donc plus heureux. Je me suis mis à utiliser mon réseau et à participer à de multiples concours pour tenter de trouver un travail mieux aligné avec mon profil, mais sans véritable succès. Je tournais en rond.

Effet pernicieux

Quand tu te lèves le matin avec le moral dans les talons et que tu ne vis que pour les week-ends ou les vacances, quelque chose ne va pas. Le pire était de ne pas voir quand la situation était pour s’améliorer, malgré mes efforts. Je réalisais aussi à quel point beaucoup de mes collègues étaient dans une situation comparable. J’aurais souhaité alors être appuyé par un quelconque service de placement interne. Une organisation souple et dynamique (et pourquoi pas payante), dont le mandat aurait été de mettre en contact le chercheur de défis avec le chercheur de talents, pour tendre vers ce que les économistes appellent « l’optimum de Pareto » : une allocation des ressources pour laquelle il n’existe aucune meilleure option possible pour les deux parties.

Hélas, un tel « optimisateur de talents » n’existe pas au sein de l’État. De plus, à l’heure actuelle, les gestionnaires ne sont pas incités à appuyer un employé qui, dans un réel effort d’optimisation, voudrait changer d’équipe. En général, cela est laissé à leur discrétion et ils le feront s’ils y voient un avantage pour eux ou leur équipe. Servir l’intérêt supérieur de l’État n’est pas un facteur systématiquement pris en compte.

Devant le peu d’appui offert à l’employé soucieux de donner un rendement à la hauteur de ses talents, la sécurité d’emploi et les excellentes conditions de travail du fédéral ont un effet pernicieux. Elles incitent les employés à demeurer dans des postes qui ne leur conviennent pas. En interne, on appelle ça : avoir les « menottes dorées ». L’employé reste alors dans un mariage de raison, où souvent il finit par se sentir démotivé et malheureux à exécuter des tâches qui ne l’amènent pas à exploiter son plein potentiel.

Le gestionnaire n’est pas plus incité à mettre un terme à une union sous-optimale, dans la mesure où il dispose de l’argent pour payer son employé, que le statu quo lui évite un conflit à gérer et que les tâches qu’on demande à son équipe sont malgré tout exécutées. Dans les faits, tout le monde est perdant avec un tel contrat qui ne répond plus aux besoins d’aujourd’hui. Bien sûr, l’intention de protéger les fonctionnaires contre des abus politiques était (et reste) pertinente, mais les temps ont changé et des améliorations sont plus que nécessaires.

Dans mon cas, je me voyais lentement glisser vers ce groupe d’employés sous-exploités et insatisfaits, et ce, bien malgré moi. J’étais horrifié. J’ai alors demandé un congé sans solde et suis allé travailler dans le privé. Pendant trois ans, j’y ai vécu une expérience extraordinaire, d’abord comme consultant à l’international, puis comme directeur de projet et ensuite, comme directeur principal. De retour au gouvernement, j’ai été rapidement confronté aux mêmes problèmes qu’avant. Je suis reparti, cette fois pour de bon.

Optimisation

À mes ex-collègues fonctionnaires heureux au travail, je leur dis bravo ! Aux autres, je veux leur rappeler que le salaire et la sécurité d’emploi sont certes importants, mais que le bonheur n’a pas de prix. Qui plus est, rester malheureux et attendre la retraite salvatrice peut s’avérer un piège : la maladie, la dépression, ou que sais-je s’invitent parfois au moment où on se croit enfin libéré de nos menottes dorées.

Résumons : l’employé a sa part de responsabilité, mais c’est à la fonction publique que revient le devoir d’optimiser l’allocation de ses ressources humaines pour en tirer le maximum de bénéfices pour les Canadiens. La sous-exploitation actuelle de talents est encore moins acceptable en cette période de rareté de la main-d’oeuvre et de déficit budgétaire.

De plus, l’effort d’optimisation doit inclure une modernisation du processus de dotation interne. C’est un secret de polichinelle : beaucoup de concours sont « organisés », c’est-à-dire qu’ils sont écrits pour un candidat en particulier. Tolérer pareil processus hypocrite est non seulement coûteux, mais il mine la confiance des employés envers le système et génère frustration et cynisme. Enfin, l’optimisation doit aussi passer par un changement de culture organisationnelle, où la prise de risques est encouragée plutôt qu’inhibée.

En 2020, nous avons besoin d’un État souple et moderne pour accompagner notre développement dans un monde où tout change à la vitesse grand V. Sans mesures concrètes pour optimiser l’allocation de ses effectifs, la fonction publique du Canada peinera à évoluer au rythme exigé par la société qu’elle doit servir. Elle doit prendre le risque du changement et de la transparence, et elle dispose de tous les moyens qu’il faut pour réussir ce pari.

Quant à moi, je reviens du Burkina Faso pour mon tout premier contrat de consultant indépendant. Satisfaits de mon travail, mes clients viennent de m’offrir un deuxième mandat. Je suis redevenu heureux ! Dommage qu’il ait fallu que je quitte la fonction publique pour en arriver là : nous avions tant investi l’un dans l’autre. Mais le bonheur n’a pas de prix.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

10 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 9 janvier 2020 02 h 35

    Sous-exploités?

    Le titre rend mal le texte de M. Houle. Lui a peut-être et même sûrement été sous-exploité, mais cela ne veut pas dire que tous les fonctionnaires fédéraux le sont. J'ai travaillé 38 ans pour cet employeur, dont une vingtaine en tant qu'économiste, comme M. Houle, et jamais je ne me suis senti sous-exploité. S'il y a quelque chose, ce fut le contraire!

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 9 janvier 2020 07 h 31

    Témoignage intéressant

    Trudeau devrait le lire.

  • Rose Marquis - Abonnée 9 janvier 2020 08 h 02

    Ressources humaines

    En lisant cet article j'ai repensé à comment je déteste ce terme ''Reesources humaines'', car cela met sur le même pied les humaines et les humains que les ressources forestières, pétrolières, financières, etc. On ne se soucie pas du bonheur des RESSOURCES....

  • Marc Davignon - Abonné 9 janvier 2020 08 h 42

    Hum! Vraiment!

    Une question d'équité?

    120 000, c'est vraiment de la sous-exploitation. En revanche, vous devriez faire l'expérience de ce que représente la sur exploitation : proposé vos services dans un CHSLD comme préposé.

    Il y a aussi le question du <patron> qui gagne aussi 800 fois le salaire de ses employés. Il y a là assurément une question de sous-exploitation de la ressource <patron>! Il représente à lui seul une moyenne entreprise, c'est une question productivité.

    • Jean-François Trottier - Abonné 10 janvier 2020 10 h 10

      M. Davignon, vous êtes injuste. Pire encore, vous jugez.

      Ben oui, il y a des postes qui sont bien payés! Ben oui, des différences aussi abyssales ne devraient pas exister! Ben oui, il y a des injustices à travers tout ça. Évidemment.

      Savez-vous que plus de 50% de la population étudie uniquement pour faire plus d'argent éventuellement ? Savez-vous que vous ne changerez pas les gens?
      Savez-vous que les "conscientiser" réussira probablement à les rendre jaloux mais pas plus riche d'un rond, seulement plus enclins à détester les plus riches tout en rêvant de prendre leur place?
      Ça s'appelle le syndrome Engels-Marx. Il s'agit de rendre chaque riche individuellement responsable de tous, tous, tous les problèmes du monde. Comme vous faites quoi.

      Il s'agit de ne trouver aucune solution autre que de tout casser, sous le nom "lutte des classes", et de réduire l'individu à une unité économique de façon surtout à ne pas lui donner plus de chances de réussite qu'aux autres(1). Une vision infiniment négative, hé oui. Comme votre intervention.
      La susnommée perte de nom permet aussi de broyer l'individu au nom du bien commun. Ah! La Kause! Ah!
      Le marxisme est un anti-humanisme. Les faits sont les faits.

      Je ne sais pas si vous parlez en son nom ici, mais disons que ça sent fort.

      Ça sent aussi la petit revanche victimisante.

      En fait vous devriez être content pour ce monsieur, qui a par exemple la possibilité d'élever une famille dans un confort tout relatif.
      Savez-vous où se situe le seuil de pauvreté ?
      Souhaitez-vous vraiment à monsieur Houle de le rejoindre?

      Dit autrement, faites-vous partie de ces "X" qui victimisent à mort et rendent les boomers responsables de tous leurs malheurs? Si c'est le cas, ben... Je ne vous plains même pas.

      (1) Le but de la social-démocratie est de donner autant de chance de réussite que possible à tous, ce pourquoi les sociaux-démocrates sont appelés "social-traîtres" par les marxistes.

  • Jacques de Guise - Abonné 9 janvier 2020 09 h 44

    Ni sous-exploité, ni surexploité, mais en conflit perpétuel intenable entre travail prescrit et travail réel contraint.

    Si, et seulement si, on pouvait accorder quelque crédibilité que ce soit audit questionnaire, il y aurait lieu, pour avoir une meilleure idée générale, si cela avait la moindre importance, d’obtenir les résultats des questionnaires de satisfaction des employés que l’on faisait parvenir inutilement à chaque année auxdits fonctionnaires.

    En euphémisant au maximum, mon expérience de la fonction publique fédérale en tant que traducteur juridique durant 20 ans fut des plus décevante, des plus négative et des plus coûteuse psychiquement.

    Inutile d’en dire davantage.

    Pour tout autre renseignement, on peut consulter toute la documentation relative aux effets pervers de la société malade de sa gestion.