Le Québec, fier et en affaires partout dans le monde

Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie
Photo: Julien Besset Agence France-Presse Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie

Il y a plus d’un an, le premier ministre, François Legault, m’a fait l’honneur de me confier le poste de ministre des Relations internationales et de la Francophonie. Du même souffle, il me confiait la responsabilité de faire le virage économique dans les représentations du Québec à l’étranger.

Voilà l’esprit et l’ambition qui s’expriment dans la nouvelle vision internationale du gouvernement, Le Québec : fier et en affaires partout dans le monde ! Le but poursuivi : réduire et éliminer à terme l’écart de richesse entre le Québec et les autres provinces du Canada afin d’élever le niveau de vie des Québécoises et des Québécois.

Le projet économique du gouvernement repose sur la croissance de la productivité et des investisseurs privés ; il nous faut attirer davantage d’investisseurs étrangers et de main-d’oeuvre, et accroître les exportations. De même, l’innovation québécoise sur les marchés internationaux et l’appui aux établissements d’enseignement et aux jeunes seront mis en avant. Le gouvernement s’engage également à maintenir, voire à intensifier sa lutte contre les changements climatiques dans une perspective économique durable.

Leviers économiques

La nouvelle vision suggère aussi de miser davantage sur l’ensemble de nos réseaux à l’international pour renforcer l’action économique de notre gouvernement. Pour ce faire, nous allons augmenter l’action du Québec dans la Francophonie.

Plusieurs moyens seront privilégiés, dont une promotion plus accrue de la culture et des artistes québécois. Nous allons aussi consolider le positionnement du Québec comme destination touristique de calibre mondial et bonifier notre politique d’accueil des organisations internationales en l’élargissant aux événements internationaux.

Pour atteindre tous ces objectifs, le Québec s’engage également à moderniser son action gouvernementale internationale. Nous fonctionnons depuis plus de 50 ans de la même façon, il faut s’actualiser et mieux s’équiper pour faire face aux défis économiques de l’heure. Le gouvernement posera des gestes concrets en ce sens, d’où notamment la création de la filière internationale d’Investissement Québec.

Toujours dans un objectif de mieux performer sur le plan économique, nous allons également mieux servir les régions et nos partenaires. Il faut être plus concret et pertinent aux yeux des Québécoises et des Québécois.

Le réseau des représentations du Québec à l’étranger doit devenir l’outil par excellence en appui aux ambitions des citoyens et des partenaires qui souhaitent faire des affaires dans le monde. Ceux-ci doivent se sentir mieux appuyés. C’est pourquoi les représentations du Québec à l’étranger deviendront des carrefours économiques et culturels en appui aux villes, aux établissements d’enseignement, aux artistes ou aux producteurs culturels, aux investisseurs et aux entrepreneurs. Voilà notre ambition.

Cette nouvelle vision économique internationale est ambitieuse et sera profitable à l’ensemble des Québécoises et des Québécois. Je suis très fière des travaux réalisés. Il s’agit d’une vision forte qui nous permettra de bâtir de nouveaux liens avec l’étranger, des liens d’affaires gagnant-gagnant. Le Québec sera fier et en affaires partout dans le monde !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Marc Davignon - Abonné 30 novembre 2019 09 h 28

    Quoi?

    Autre suggestion au journal : ne pas accepter tout texte provenant d'organisme propagandiste. S.V.P.

    Voilà pourquoi : <Cette nouvelle vision économique internationale est ambitieuse et sera profitable [...]> (ouache!), <[...] doit devenir l’outil par excellence en appui aux ambitions des citoyens [...]> (ho la la), <[...] le Québec s’engage également à moderniser son action [...]> (a quand la modernisation du mode de scrutin, hein!).

    Tout le reste du texte ... quoi!

  • Hélène Somma - Abonnée 1 décembre 2019 12 h 24

    En affaires partout dans le monde?

    Le Québec doit s'opposer également à la politique de certains de ces pays qui baffouent le droit internationale et les valeurs humaines qui sont si chères au Québec. L'Arabie Saoudite qui continue à protéger le Prince coupable des atrocités connues, et Israel qui continue à voler les terres palestiniennes en construisant des colonies illégales ne devraient pas faire partie de nos liens d'affaires. L'économie c'est parfait, mais pas au détriment de nos principes de base.Ce n'est que de cette manière que nous pourrons construire un pays solide qui attire le respect des autres et du peuple Québécois. Hélène Somma