Rompre avec l’immobilisme

«Au lieu de miser sur un référendum dans un premier mandat, le PQ doit donc forcer la main du Canada anglais sur la Constitution», affirme l'auteur. 
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne «Au lieu de miser sur un référendum dans un premier mandat, le PQ doit donc forcer la main du Canada anglais sur la Constitution», affirme l'auteur. 

Au cours de son dernier congrès, les membres du Parti québécois ont clairement exprimé leur volonté de recentrer l’action du parti vers l’objectif d’indépendance. Tout le monde au PQ s’entend là-dessus. La question essentielle est de savoir comment.

La meilleure façon de manquer notre coup serait de se lancer dans une nouvelle séance de palabres. Combien de fois dans le passé, des ténors du parti ont appelé les militants à parler d’indépendance tandis qu’eux-mêmes multipliaient les mots comme souveraineté et pays dans leurs interventions.

Après chaque défaite, nous avons entendu qu’il fallait « mieux expliquer l’indépendance » ou encore que nous devions « sortir, parler, convaincre », pour reprendre une incantation qui était déjà employée quand je militais au PQ dans les années 1980, sans parler des formules comme « les conditions gagnantes », « la gouvernance souverainiste » et j’en passe.

Tout cela nous a condamnés à l’attentisme. On peut bien promettre les meilleures mesures du monde sur des sujets importants comme l’environnement, la santé, l’éducation, pour le Parti québécois rien ne remplacera des propositions concrètes pour réaliser la souveraineté. Si celui-ci n’incarne pas son combat pour la nation de façon tangible, il ne pourra rassembler les nationalistes de gauche et de droite et continuera de vivoter.

En ce qui touche l’indépendance, le geste concret par excellence est la tenue d’un référendum. Il y a dans la population une attente incontournable à ce que notre parti soit clair quant à ses intentions. Bien sûr, on doit parler de souveraineté, mais on doit surtout dire quand se tiendra le référendum pour la faire.

Certains choix sont ici possibles. On peut promettre un référendum dans un premier mandat, une option utilisée lors de notre défaite de 2007 ou prônée plus récemment par Martine Ouellet. On peut aussi se réfugier dans le flou. On refuse de s’engager et, en guise de faux-fuyant, on dit vouloir s’en remettre aux militants et / ou à la société civile. On a vu ce que cela a donné avec Pauline Marois en 2014.

La menace solidaire

La position floue était déjà la pire, mais elle fera encore plus mal au PQ en raison du nouveau discours de Québec solidaire sur l’indépendance. Toujours prompts à s’attaquer aux péquistes, les solidaires plastronnent : ils proposent de poser des gestes de rupture dès leur arrivée au pouvoir.

Par exemple un gouvernement QS empêcherait les institutions fédérales au Québec de fonctionner. Bien sûr, ils ne le feront jamais. D’abord parce qu’ils ne pourraient rien faire pour stopper les fonctionnaires fédéraux se rendant au travail. De plus, l’immense majorité serait en désaccord avec cette approche.

Mais devant un PQ qui se réfugierait dans l’indécision, le fade et le mou, les propositions fantaisistes de QS pourraient suffire à convaincre une partie des souverainistes qui sont toujours péquistes.

Comme je l’ai expliqué dans mon dernier livre, Après le naufrage, le PQ peut se démarquer de QS et des autres partis. Comme il est indépendantiste, il doit s’engager dans la contestation du régime fédéral. Comment ? En forçant une négociation constitutionnelle.

Bien sûr les fédéraux et les autres provinces n’ont aucune envie de parler du statut politique du Québec. Ils savent trop bien qu’une négociation remettrait cet enjeu au centre du jeu et c’est bien la dernière chose qu’ils souhaitent.

Depuis Meech, Charlottetown et 1995, ils n’ont de cesse d’endormir les Québécois en nous disant qu’il faut parler « des vraies affaires ». Mais nous pouvons leur forcer la main. En vertu d’une décision de la Cour suprême datant de 1998, tout ce dont le Québec a besoin pour forcer un nouveau round de négociation est d’une motion parlementaire votée par la majorité de ses députés. Il y aurait alors, suivant le plus haut tribunal, une « obligation faite à toutes les parties de venir à la table des négociations ».

Au lieu de miser sur un référendum dans un premier mandat, le PQ doit donc forcer la main du Canada anglais sur la Constitution tandis que le référendum se tiendrait dans un second mandat. La grande majorité des Québécois est contre le statu quo et contre la loi constitutionnelle de 1982 qui s’applique à nous contre notre gré. Il faut partir de cette situation.

À l’heure où la loi 21 est menacée par les tribunaux fédéraux, alors que notre langue recule, il est essentiel de faire en sorte que le multiculturalisme et le bilinguisme canadien cessent de s’appliquer au Québec, tout comme il importe de gagner des pouvoirs en immigration. Ces questions sont pressantes et seul un changement constitutionnel peut nous protéger. Il en va de la survie de notre nation.

J’ai la conviction que c’est en tentant de faire des gains, en faisant des gains, en menant le combat contre le régime que nos concitoyens se remettront à considérer l’indépendance comme une option pertinente, crédible et nécessaire. Pour que notre idéal puisse se réaliser un jour, il est toutefois primordial que le Parti québécois rompe avec les palabres et l’immobilisme.

À voir en vidéo