Amener la létalité de la guerre dans la société civile

«Les fusils d’assaut sont prisés par les tueurs de masse comme l’ont démontré ici les tueries de Polytechnique (1989), Dawson (2006), l’attentat au Métropolis (2012) et à la mosquée de Québec (2017)», relève l'auteur.
Photo: Shaney Komulainen La Presse canadienne «Les fusils d’assaut sont prisés par les tueurs de masse comme l’ont démontré ici les tueries de Polytechnique (1989), Dawson (2006), l’attentat au Métropolis (2012) et à la mosquée de Québec (2017)», relève l'auteur.

Le 19 novembre dernier, la Russie célébrait le 100e anniversaire de la naissance de Mikhaïl Kalachnikov, l’inventeur du AK-47. En 1947, personne n’avait remarqué le concours secret ayant mené à la création de l’Avtomat Kalachnikov, l’arme légère ayant probablement fait le plus de victimes au XXe siècle.

Selon la légende, Kalachnikov conçoit cette arme lors d’une convalescence après de rudes combats contre les armées nazies. Il avait remarqué que la majorité des combats se faisait à courte ou à moyenne portée et que les carabines semi-automatiques alliant un fort calibre à une grande précision étaient mal adaptées à ce type d’affrontements. Mieux valait sacrifier la puissance et la précision au profit de la rapidité de tir, de la facilité d’utilisation et de la capacité du soldat à transporter des munitions.

Kalachnikov s’inspire du Sturmgewehr 44, une arme allemande ayant toutes ces caractéristiques et dont le nom signifie fusil d’assaut, expression aujourd’hui utilisée pour désigner la plupart des armes militaires faisant un compromis entre la puissance de feu des armes automatiques et la précision des carabines.

Les fusils d’assaut ont plusieurs caractéristiques communes. D’un point de vue ergonomique, ceux-ci ont généralement une « poignée-pistolet », une crosse qui peut être ajustable, un canon assez long pouvant accueillir une variété d’accessoires, une baïonnette, un lance-grenade ou une poignée par exemple.

Les fusils d’assaut ont tous un chargeur détachable dont la capacité peut aller jusqu’à 100 cartouches. Aujourd’hui, plusieurs fusils d’assaut ont une configuration « bullpup » plaçant le chargeur et le système de tir derrière la poignée, ce qui réduit la taille totale de l’arme et répartit son poids vers l’arrière, augmentant ainsi sa stabilité et sa maniabilité.

Le système de tir des fusils d’assaut est quant à lui sélectif. Afin d’augmenter la puissance de feu des soldats, ils peuvent tirer en mode automatique (l’arme tire tant qu’on appuie sur la gâchette), semi-automatique (chaque fois qu’on appuie sur la gâchette) ou en rafales (un certain nombre de balles est tiré chaque fois que l’on appuie sur la gâchette). En mode automatique, l’AK-47 peut tirer 600 balles à la minute.

Classification

Dans la plupart des pays occidentaux, la possession de ces armes est réglementée. En Australie, elles sont prohibés alors qu’ailleurs, seules les versions semi-automatiques sont disponibles pour les civils. En mode semi-automatique, un chargeur de 30 balles peut être vidé en une quinzaine de secondes. Il est aussi possible d’augmenter la cadence de tir en les modifiant ou par des dispositifs comme celui utilisé à Las Vegas (2017).

Au Canada, les armes à feu sont essentiellement catégorisées selon la longueur du canon. Les armes trop courtes sont prohibées ; les armes de poing et certaines versions civiles de fusils d’assaut sont restreintes ; les armes « longues » sont non restreintes. Pour cette raison, plusieurs fusils d’assaut semi-automatiques sont catégorisés comme non restreints en fonction de la longueur de leur canon plutôt que des caractéristiques énumérées précédemment.

Puisque le permis pour ce type d’armes est lié à la personne plutôt qu’à l’arme, il est impossible pour les autorités de connaître le nombre d’armes d’assaut non restreintes en circulation au pays. Tout aussi absurde, certaines armes comme le Beretta CX4 Storm, utilisé au collège Dawson, sont non restreintes dans leur version longue, mais restreintes dans leur version courte (6,4 cm de moins). À la mosquée de Québec, le tireur avait en sa possession un VZ58, une arme non restreinte qui est une version modifiée de l’ancien fusil d’assaut tchèque, le CZ858, qui est quant à lui restreint.

Les fusils d’assaut sont rarement utilisés dans les crimes commis avec des armes à feu. Ils sont cependant prisés par les tueurs de masse comme l’ont démontré ici les tueries de Polytechnique (1989), Dawson (2006), l’attentat au Métropolis (2012) et à la mosquée de Québec (2017). Comme le fusil d’assaut M16 qui fut sélectionné par l’armée américaine pour sa létalité jugée « phénoménale », toutes les armes d’assaut ont été conçues pour tuer plus facilement et plus rapidement. Contrairement à ce qu’en disent certains militants pro-armes à feu, les caractéristiques de ces armes ne sont pas qu’esthétiques.

Si le gouvernement canadien entend mieux contrôler les armes d’assaut militaires, il doit modifier son système de classification. Dans sa nouvelle définition, il devra tenir compte de l’ensemble des caractéristiques qui ont guidé Kalachnikov afin d’y inclure la panoplie d’armes qui se trouve sur le marché, les fabricants contournant sans cesse les législations basées strictement sur une simple caractéristique physique.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

8 commentaires
  • Raymond Labelle - Abonné 27 novembre 2019 05 h 21

    Pourquoi un particulier voudrait-il avoir une telle arme?

    Pour la chasse au chevreuil?

    Au cas où un cambrioleur tenterait de lui voler sa télé dans le salon?

    • Raymond Labelle - Abonné 27 novembre 2019 12 h 48

      Ce n'est même pas intéressant pour un club de tir, en ce sens qu'il ne faut même pas savoir viser.

      À part faire une tuerie de masse, je ne vois pas trop ce qu'un particulier peut vouloir faire avec ça.

  • Françoise Labelle - Abonnée 27 novembre 2019 07 h 43

    Devenons tous policiers d'élite

    Les pires tueries de massacre sont une gracieuseté des semi-automatiques, dont celle de Sandy Hooks où Adam Lanza, 20 ans, a tué sa mère, plus d'une vingtaine d'enfants de 6 et 7 ans en plus du personnel de l'école, à l'aide d'un semi-automatique Bushmaster. L'ado souffrait de problèmes de comportement mais feu sa mère préférait lui montrer à tirer. Si les américains sont restés putréfiés (sic) devant un tel massacre, il y a peu d'espoir pour eux.
    James Holmes, le joker d'Aurora, avait utilisé divers semi-automatiques. Holmes avait été vu par trois psys avant de passer à l'acte. Voilà pour un des mantras des amateurs d'armes. Et imaginez le carnage si un spectateur avait été armé d'un semi-automatique pour tirer au hasard dans le noir de la salle de spectacle, comme le suggère la NRA.
    Ce genre d'arme sert à tuer ou à blesser en masse quoiqu'en dise la NRA. La chasse au semi-automatique n'a rien d'un sport et il est impossible de montrer que les armes en général servent pour l'auto-défense. La NRA brandit une étude de 1995 dans laquelle les chercheurs sont incapables de nommer les personnes mortes ou blessées par l'utilisation d'un semi-automatique en légitime défense. Certains policiers sont entraînés pour intervenir dans de telles situations. Devenons tous policiers, vous répondra la NRA.
    «Why the AR-15 keeps appearing at America's deadliest mass shootings», USA Today, 2018

  • Françoise Labelle - Abonnée 27 novembre 2019 08 h 02

    La tuerie d'Hungerford

    Après la tuerie d'Hungerford, dont on peut trouver une reconstitution sobre sur youtube, les britanniques ont banni les semi-automatiques.
    Le tueur, qui se sentait socialement exclu a abattu 15 de ses voisins, et sa mère, au semi-automatique.
    Ça nous rappelle aussi Anders Brevik, un autre raté exclu, qui a tué 77 personnes, une majorité d’ados, alors qu’il était plus armé que les services d’élite de la police norvégienne.
    Une personne en crise fait beaucoup plus de dégâts armée d'un Bushmaster que d'un Willy Waller 2006.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 27 novembre 2019 08 h 47

    Bon texte

    La photo dans le journal papier est mauvaise. On ne voit même pas le chargeur incurvé devant la détente. Pourtant, c'est lui qui fait peur.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/AK-47#Mikha%C3%AFl_Kalachnikov

  • Eric Durand - Inscrit 27 novembre 2019 16 h 00

    Mensonges et calomnies

    L'AK 47 est interdite au Canada depuis fort longtemps, nul part on explique que les chargeurs sont bloqués à 5 coups. En défaut de cela de lourdes conséquences s'abattraient sur le fautif. On ne parle pas des semi-automatique comme les brownings BAR qui n'ont pas de look méchant mais qui ont aussi un même système inspiré d'armes militaires tout comme les fusils de chasse aux oiseaux migrateurs. La vraie question est comment gérer les causes des violences de Toronto et ailleurs au Canada? Les gangs de rue sont des gens qui se tournent vers la criminalité car ils se sentent exclus de la société tout comme les communautés touchées par des troubles de violence. Le droit à l'équité sociale et un emploi sécurisant tout en étant valorisant sont un investissement pour la paix sociale. Vous pouvez installer n'importe n'importe quelle législation, les criminels iront au sud s'équiper sans problème avec notre frontière poreuse. Savez-vous que les ports du pays ont un faible pourcentage de contrôle physique ? Beaucoup de peur par ce bilan mais pas de logique seulement des émotions et des lobbyistes qui de concert avec la classe politique veulent faire un gain politique sans régler les causes.