Effritement des langues officielles, effritement du pays

La place du français au pays s’érode, constate l'auteur, bien que 80% des Canadiens et des Canadiennes considèrent nos langues officielles comme une valeur fondamentale.
Photo: iStock La place du français au pays s’érode, constate l'auteur, bien que 80% des Canadiens et des Canadiennes considèrent nos langues officielles comme une valeur fondamentale.

Moins de deux semaines avant les élections du 21 octobre, il est étonnant et décevant de voir le peu d’espace qu’occupe dans la campagne l’érosion de la place du français au pays, 50 ans après l’adoption de la Loi sur les langues officielles. Certes, la question a été brièvement abordée au débat des chefs jeudi soir. Mais les réponses des chefs sont restées, pour la plupart, dans les généralités, sans plan précis pour freiner cette érosion au moyen d’une modernisation musclée de la loi.

Pourtant, il y a matière à débat sur la question — urgemment. Selon un sondage réalisé pour le compte de la FCFA du 26 au 29 septembre, 78 % des Canadiens et des Canadiennes estiment que nos langues officielles font partie de l’identité du pays et qu’il faut réaffirmer leur importance.

Or, cette donnée entre en contradiction avec l’expérience pratique des francophones par rapport au respect du français comme une des deux langues officielles du pays. Pas plus tard que la semaine dernière, au Nouveau-Brunswick — la seule province officiellement bilingue au Canada —, un parti dont l’objectif avoué est d’éroder les droits linguistiques des Acadiens et des Acadiennes a menacé de faire tomber le gouvernement Higgs s’il osait suivre les recommandations du rapport du commissaire provincial aux langues officielles.

La semaine précédente, devant la Cour suprême, six provinces et un territoire se sont déclarés contre des écoles de langue française de qualité équivalente. L’essence de leur message : il est justifié de limiter des droits constitutionnels s’il coûte trop cher de les respecter. Si la Cour soutenait cette position odieuse, cela aurait un impact non seulement sur les minorités francophones, mais sur plusieurs groupes historiquement défavorisés, dont les peuples autochtones.

Une semaine avant cela, on apprenait qu’un Albertain avait été la cible d’un déluge de haine et de menaces après que les médias eurent couvert ses démêlés avec l’agence de transport en commun de Calgary au sujet de la validité de billets d’autobus imprimés en français.

Valeur fondamentale du pays

Tout cela est arrivé à peine quelques semaines après le 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles de 1969, le 7 septembre dernier. Quand on pense aux années d’empiétements sur les droits linguistiques et de plafonnement dans la croissance du bilinguisme, il y a là un argument de poids pour une transformation en profondeur de l’approche en matière de langues officielles.

Comment expliquer, donc, que près de 80 % des Canadiens et des Canadiennes considèrent nos langues officielles comme une valeur fondamentale du pays alors même que la place du français au pays s’érode ? Il y a que cet appui masque une indifférence et une complaisance qui se manifestent, entre autres, par l’hibernation législative dans laquelle se trouve la Loi sur les langues officielles depuis sa dernière mise à jour en 1988. Les Canadiens et les Canadiennes considèrent qu’il s’agit d’un dossier réglé, alors que la réalité est tout autre.

Mais devant les attaques répétées contre la légitimité même du français comme langue officielle, la complaisance ne tient plus. Et quand six provinces et un territoire s’opposent à des écoles de langue française de qualité équivalente, c’est précisément à cette légitimité qu’on s’en prend.

Les francophones, et tous ceux et toutes celles qui tiennent à nos langues officielles, sont en droit de savoir comment les partis s’attaqueront à ce problème. Souhaitons-nous, collectivement, que les médias talonnent les chefs sur cette question dans la dernière semaine de campagne ?

Souhaitons aussi que ceux et celles qui iront voter réaliseront qu’il est dans leur intérêt d’exiger des partis un engagement à réaffirmer avec force que le français, comme langue officielle, a un statut égal à l’anglais.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Cyril Dionne - Abonné 12 octobre 2019 07 h 45

    Adieu cher président

    Bon. Il y a deux pays au nord du 45e parallèle. Le nier, c’est se mentir en invoquant des lois comme celle sur les langues officielles. Les francophones hors Québec sont entrés dans les rangs du folklore canadien. C’est la Louisination d’un pays, le ROC, qui n’a jamais été le nôtre avec sa constitution et sa charte que nous n’avons jamais signées.

    Chers subventionnés, où étiez-vous lorsque le Québec est passé à quelques votes d’une indépendance bien mérité ? Vous étiez dans le camp adverse en train de comploter avec ceux que vous critiquez maintenant. Sans un Québec qui se tient debout, vous n’existeriez plus. Toutes vos supposés victoires découlent du fait que votre grand frère est intervenu en votre faveur. Ces temps-là sont résolus. Que j’ai honte de ces gens comme francophone hors Québec depuis 3e génération qui ridiculisaient, rabaissaient, vilipendaient et diabolisaient une cause aussi noble que de vouloir vivre dans sa propre maison.

    Vous récoltez ce que vous avez semé et je ne pleure pas pour vous. Le futur de la langue et culture française est au Québec. Ailleurs, ce n’est seulement qu’un mirage que les contribuables pourraient bien se passer. Aucun jeune ne parle français hors Québec par cœur.