La science n’est pas un enjeu électoral, mais elle devrait l’être

Les investissements en recherche scientifique ne sont pas simplement importants pour les scientifiques, ils ont surtout une incidence sur la vie quotidienne de nous tous.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Les investissements en recherche scientifique ne sont pas simplement importants pour les scientifiques, ils ont surtout une incidence sur la vie quotidienne de nous tous.

Nous sommes plus qu’à mi-chemin de la campagne électorale fédérale et la recherche scientifique n’a été guère plus qu’une lueur sur le radar des partis fédéraux. Alors que les débats des chefs à venir pourraient offrir aux partis une tribune pour articuler leur position sur cet enjeu, les scientifiques de partout au pays ont jusqu’à présent été plus que déçus.

Les investissements en recherche scientifique ne sont pas simplement importants pour les scientifiques, ils ont surtout une incidence sur la vie quotidienne de nous tous. Des traitements novateurs pour guérir les maladies qui touchent des millions de Canadiens aux nouvelles technologies qui pourront nous aider à faire face à la crise climatique mondiale, la recherche scientifique est essentielle pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui et ceux que nos enfants devront affronter. Ces investissements ne sont pas simplement des dépenses, mais contribuent de manière significative à la prospérité de notre pays qui profite de la présence de scientifiques hautement qualifiés et des connaissances qu’ils génèrent pour stimuler l’économie moderne basée sur l’innovation.

Les pays concurrents du Canada, qui investissent davantage en recherche, commencent à nous distancer. Les investissements du Canada en recherche et développement ont progressivement diminué au cours des 10 dernières années, faisant de nous le seul pays du G7 à détenir cette distinction peu enviable. En fait, le Canada ne consacre que 1,5 % de son PIB à la recherche et au développement, ce qui signifie que nous ne sommes même plus dans les 30 premiers pays en ce qui concerne l’intensité de recherche totale.

Tendance inquiétante

Alors, que faut-il faire pour remédier à cette tendance inquiétante ? Comment les partis fédéraux peuvent-ils remettre le Canada sur les rails ? La réponse existe déjà. En 2017, l’examen du soutien fédéral aux sciences (communément appelée le rapport Naylor) démontrait le besoin urgent pour le gouvernement fédéral de mettre en oeuvre une stratégie d’investissements majeurs, sur plusieurs années, dans les activités liées à la recherche au Canada. Ce rapport propose des mesures à prendre rapidement pour que le Canada ne soit plus à la traîne dans la course aux nouvelles découvertes dans tous les domaines de la recherche scientifique.

Jusqu’à présent, l’adoption des recommandations du rapport Naylor par le gouvernement fédéral n’a été que partielle, et franchement inadéquate. À l’approche des élections fédérales, la campagne #VoteScience exhorte tous les partis politiques à s’engager pleinement à mettre en oeuvre les recommandations de l’examen du soutien fédéral aux sciences.

Premièrement, le prochain gouvernement doit augmenter de manière significative les investissements dans la recherche scientifique et la découverte conformément aux recommandations du rapport. Cet investissement résoudrait la baisse constante du financement de la recherche au Canada et favoriserait une plus grande collaboration internationale, un travail multidisciplinaire et des projets à risques élevés afin de préparer notre pays aux défis à venir.

Deuxièmement, le prochain gouvernement doit investir davantage dans la formation de la prochaine génération de scientifiques. Ceci est essentiel si le Canada veut pouvoir miser sur son talent et stimuler l’innovation et la découverte. Sans un engagement envers les jeunes chercheurs de demain, le Canada risque de voir ses meilleurs et plus brillants esprits partir pour être formés ailleurs dans le monde.

Enfin, le prochain gouvernement doit accroître ses investissements dans le Fonds de soutien à la recherche afin d’aider les établissements du Canada à soutenir leurs chercheurs de la manière la plus productive et efficace possible.

Les Canadiens ont beaucoup à gagner d’un solide appui des gouvernements à la science — c’est dans l’intérêt de tous, aujourd’hui et demain — et il est temps d’agir.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

3 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 9 octobre 2019 09 h 09

    Essentiel

    Le Canada en général et mon bien-aimé Québec en particulier ne financent pas la science au niveau des pays les plus développés. Notre prospérité est fallacieuse, elle est dûe à l'abondance de nos ressources naturelles. Mais on a vu ce que ça donne, au Québec quand l'amiante a été interdit, en Alberta quand le pétrole est devenu 'sale'.

  • Pascal Barrette - Abonné 9 octobre 2019 13 h 25

    Le vert ou le noir

    Pleinement d’accord avec les professeurs Möröy et Toth. Si le Canada croit en la science pour notamment diagnostiquer et guérir la fièvre climatique, il devrait mettre en cette urgence un centre, un commando, un projet Manhattan de recherche, non pour créer la bombe atomique mais pour désamorcer la bombe climatique. En plus de nos meilleurs scientifiques, de nos prix Nobel, le pays devrait convoquer en ce commando les esprits les plus brillants du monde. Après la Grande Noirceur énergétique, tous les pays de la COP 21 pourraient déclarer à la Kennedy «avant la fin de cette décennie, nous irons sur la Terre verte».

    Ce commando doit être sous l’égide de l’État, non des industries qui ont tendance à acheter, à désinformer, voire à tuer des recherches innovatrices pour maintenir leur fief. Combien de brevets éco-prometteurs sont gardés enfouis dans les coffres-forts des multinationales du fossile? Si celles-ci étaient intelligentes, avant qu’il ne soit trop tard, elles déverrouilleraient ces brevets et les activeraient elles-mêmes. Le profit est toujours le profit, qu’il soit vert ou noir.

  • Louis Major - Abonné 9 octobre 2019 23 h 16

    Plus de science dans les écoles

    Non seulement le gouvernement devrait-il plus investir en science et recherche, mais il devrait aussi éliminer l'inutile cours d'ECR (principalement la branche sur les croyances religieuses) des écoles et le remplacer par des cours de sciences. Il faut encourager les jeunes à s'intéresser aux sciences et accorder plus de temps d'éducation à ces matières.
    La compréhension des sciences est de plus en plus importante pour vivre dans ce monde et la maîtrise de cette branche de l'éducation sera essentielle aux nouvelles générations pour régler les futurs problèmes de notre civilisation.