Qu’est-ce qu’un vote québécois à l’élection fédérale?

«Lorsque nous avons appuyé le Bloc Québécois une première fois, cela a ouvert la seule période où nous avons eu, au sein du Parlement canadien, un vrai jeu de cartes dans les mains», soulignent les auteurs.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne «Lorsque nous avons appuyé le Bloc Québécois une première fois, cela a ouvert la seule période où nous avons eu, au sein du Parlement canadien, un vrai jeu de cartes dans les mains», soulignent les auteurs.

Les Québécois auraient intérêt, à l’élection fédérale du 21 octobre, à voter en se guidant sur l’essentiel et à éviter les stratégies opportunistes à courte vue. Celles-ci sont la maladie des sociétés non véritablement libres, mais qui croient qu’elles réussiront toujours à tirer leur épingle du jeu. Même si le jeu obéit à des règles qui ont été précisément établies à leur encontre.

Quel est le fondement essentiel du Québec ? Par-delà son statut juridique ou constitutionnel, il se révèle, face à l’ensemble de l’humanité, comme une entité particulière, non réductible à une autre identité que la sienne, singulièrement pas la canadienne. Il préexiste à cette dernière de quasiment deux siècles. Seul un télescopage sémantique a entretenu l’ambiguïté et la confusion avec elle. Peut-on vraiment en fait sérieusement confondre les deux nations en cause ?

Que peut faire ce Québec fondamentalement distinct dans cette galère (où il rame, enchaîné sur un banc secondaire) que constitue pour lui une élection fédérale en 2019 ?

Le Québec porte sur les épaules le poids de sa destinée spécifique ainsi que sa part des problèmes d’ensemble de la communauté humaine. Être confiné dans le Canada alors qu’il faut maîtriser ces deux dossiers constitue un des pires handicaps possible. Pour l’instant, il faut faire avec, comme on dit. L’important est de faire aussi au mieux.

En ce qui concerne ses difficultés propres, le Québec n’a absolument aucun allié réel et consistant au Canada. Et quant à sa part de responsabilité dans les problèmes de la marche générale du monde, il aurait évidemment tout intérêt à s’exprimer par lui-même plutôt que de se trouver remplacé par un voisin pas plus amical et respectueux qu’il ne faut.

Voter dans cette optique pour un parti canadien, c’est d’une part lourdement se revendiquer comme minoritaire. C’est d’autre part légitimer gracieusement ce mandat de nous représenter que s’est attribué celui qui nous planifie un avenir où le point final a été tapé au départ en bout de paragraphe.

C’est la voie que le Canada nous a imposée à sa création en 1841. Nous avons souvent regimbé, mais il a continué à nous traîner de force, y compris après notre refus de signer la dernière Constitution (1982). Qui nous fut enfoncée dans la gorge comme les deux précédentes sans aucune forme d’approbation populaire.

Allons-nous jouer une fois de plus la partie grotesque des petits enjeux conjoncturels où même sur ce plan nous nous réveillons, à chaque occasion, plus perdants que gagnants ?

Adversaire résolu et féroce.

Il ne faut pas oublier que, des deux seuls partis jamais portés au pouvoir par les Canadiens depuis la deuxième Constitution (1867), l’un, le Parti libéral du Canada, s’est toujours comporté en adversaire absolu et implacable de la nation québécoise, l’autre, le conservateur, est tellement replié sur la protection d’intérêts étroits qu’il ne montre aucune sensibilité véritable pour la question environnementale devenue pourtant d’une urgence criante. Appuyer un parti canadien, un de ces deux-là ou tout autre candidat à les remplacer, c’est livrer sa force politique à qui sera tôt ou tard un adversaire résolu et féroce.

Alors, allons-nous garder sous notre contrôle cette puissance politique qui est à nous ? Et l’utiliser au service de nos propres intérêts nationaux ? Au lendemain de l’échec de la fumeuse tentative de réconciliation qui a suivi l’imposition de la troisième Constitution, nous avons adopté cette ligne de fermeté. Nous avons voté Bloc conséquemment sur la base de notre réalité vraie. Comme les Canadiens qui, sans davantage chercher midi à quatorze heures, ont toujours soutenu l’alternance au pouvoir des deux mêmes partis, parce qu’ils sont satisfaits du Canada tel qu’il est, et que c’est le choix politique qui leur convient.

Lorsque nous avons appuyé le Bloc Québécois une première fois, cela a ouvert la seule période où nous avons eu, au sein du Parlement canadien, un vrai jeu de cartes dans les mains. C’est ce qu’écrivait au fond Pierre Vadeboncoeur en 2010 un peu avant sa mort : « Quant à nous, il n’est pas question de laisser tomber cette formation essentielle, atypique, fonctionnelle, irremplaçable, seule capable d’entraver sur le terrain électoral et dans l’enceinte parlementaire les grands partis, hostiles au souverainisme et à d’autres intérêts populaires. »

Un représentant du Québec à Ottawa est amené inévitablement à devoir faire primer une loyauté. Il est impératif que celle-ci aille au Québec. Le Canada, depuis son origine britannique jusqu’à aujourd’hui, s’est consacré à l’effacement de la nation québécoise, un obstacle à son propre projet national maximal. C’est pourquoi il n’a fait aucune offre au Québec avant, pendant et après le référendum de 1995. En conséquence, le Canada ne veut pas d’une double loyauté de la députation québécoise à Ottawa. Le Québec, lui, minoritaire, en régression et en danger permanents au Canada, n’a pas les moyens de se la permettre.

*Appuyé par Jocelyne Couture, Micheline Labelle, Anne-Michèle Meggs, Jean-Philippe Meloche, Florent Michelot, Ercilia Palacio-Quintin, Jean-François Payette, Michel Rioux et Pierre Serré, membres du conseil d’administration des Intellectuels pour la souveraineté (IPSO)

À voir en vidéo