Rapport annuel 2018: «Le Devoir» est rentable pour une deuxième année

«La modernisation de la structure juridique annoncée aujourd’hui, représente un acte de transparence et une marque de reconnaissance à l’égard de nos lecteurs et donateurs», affirme le directeur du journal «Le Devoir», Brian Myles.
Photo: Catherine Legault Le Devoir «La modernisation de la structure juridique annoncée aujourd’hui, représente un acte de transparence et une marque de reconnaissance à l’égard de nos lecteurs et donateurs», affirme le directeur du journal «Le Devoir», Brian Myles.

Le Devoir poursuit la tradition en publiant ses résultats financiers annuels. Nous avons rédigé notre bilan 2018 à l’encre noire. D’un noir pâle, mais quand même ! Le Devoir a enregistré un bénéfice après impôts de 107 707 $, selon les états financiers vérifiés produits par la firme RCGT.

Pour une deuxième année consécutive, votre quotidien est rentable. En 2017, Le Devoir avait enregistré un bénéfice après impôt de 510 952 $. Ces résultats sont dus à un attachement profond des lecteurs et des donateurs pour Le Devoir, au dévouement de son équipe, à un contrôle rigoureux des dépenses et à un modèle d’affaires basé sur les abonnements qui est viable à l’imprimé et au numérique.

Au bilan positif pourraient s’ajouter près de 250 000 $ de bénéfices une fois l’effet du crédit d’impôt provincial sur le développement numérique pleinement encaissé.

Pour l’année qui s’est terminée au 31 décembre 2018, les produits des activités courantes sont en croissance de 6 % par rapport à l’année précédente. Notre actif est en hausse de 5,4 %.

Ces performances sont principalement liées à l’augmentation de nos ventes en kiosque et de nos ventes publicitaires. Dans le secteur des médias, équilibrer les budgets constitue déjà un défi en soi. En effet, les médias traditionnels se heurtent au double défi d’investir dans leur transformation numérique tout en gérant la stagflation des revenus de publicité numérique captés en large partie par les entreprises étrangères.

À ce chapitre, l’année 2018 nous a réservé de belles surprises. Les ventes publicitaires (imprimé et numérique) sont en hausse de 3,8 % par rapport à 2017. Nous devons ce résultat à une réorganisation du travail au sein de l’équipe des ventes et au leadership de la nouvelle direction de ce service.

De toutes les époques, Le Devoir a considéré la publicité comme une source complémentaire de revenus. En 2018, elle représentait 30 % de nos revenus totaux, comparativement à 70 % pour les abonnements et la philanthropie.

Fait à souligner, nous comptons désormais plus d’abonnés numériques en semaine (22 000) que d’abonnés à nos éditions imprimées (16 000). Les revenus d’abonnement numérique ont progressé de 133 % depuis 2013. Toutes les semaines, Le Devoir est lu par un cumul de 672 000 lecteurs à l’imprimé et 705 000 au numérique.

Les lecteurs attachés à leur édition imprimée n’ont pas à s’inquiéter. Le papier est là pour rester, d’autant plus que nous bénéficions de services exemplaires de distribution et d’impression de Québecor. Le Devoir maintient sa stratégie multiplateforme, en offrant des contenus imprimés et numériques. Grâce à l’appui d’actionnaires patients, qui ont injecté un peu plus de deux millions de dollars dans la recapitalisation de l’entreprise, nous avons pu investir avec confiance dans des projets aussi variés que la refonte de la grille graphique, la refonte du site Internet et la mise à jour de notre application tablette.

Les Amis du Devoir

À la suite de l’incendie qui a perturbé notre quiétude le 14 mai 2018, nous avons été submergés par un élan de générosité sans précédent. Notre campagne annuelle de philanthropie a rapporté 427 000 $, alors que l’objectif était de 450 000 $. Nous sommes reconnaissants à tous les donateurs et aux bénévoles qui gravitent au sein des Amis du Devoir, un organisme à but non lucratif (OBNL). L’attachement dont nos lecteurs ont fait preuve est une source constante de motivation pour tous nos employés et collaborateurs. Merci mille fois !

À l’initiative de son fondateur, Jean-Marc Eustache, Transat a versé un don de 500 000 $ sur cinq ans afin de permettre aux journalistes du Devoir de partir en reportage à l’étranger, dans le respect total de l’indépendance rédactionnelle. Ce geste de dirigeant citoyen responsable a suscité un élan d’enthousiasme parmi les lecteurs et les journalistes du Devoir. Il témoigne d’une prise de conscience du milieu des affaires quant à l’importance des médias d’information pour la vitalité du tissu démocratique et à la nécessité de les épauler dans leur effort de diversification des revenus. Une autre donation de même nature est d’ailleurs en voie d’être annoncée.

En matière de philanthropie, nous allons redoubler d’efforts, en 2019 et 2020, puisque le gouvernement fédéral accordera le statut d’organisme aux médias à but non lucratif et aux fondations qui soutiennent le journalisme.

Remerciements

La présentation des résultats, de même que la modernisation de la structure juridique annoncée aujourd’hui, représente un acte de transparence et une marque de reconnaissance à l’égard de nos lecteurs et donateurs.

Cette reconnaissance s’étend aussi à l’ensemble du personnel et au comité de direction formé de Marie-Andrée Chouinard (rédactrice en chef), Christianne Benjamin (vice-présidente au développement et aux revenus), Stéphane Roger (vice-président aux finances) et Sylvain Coutu (chef des technologies). Les conseils d’administration des Amis du Devoir et du Devoir inc. sont formés d’actionnaires et de bénévoles dévoués. Le Devoir peut enfin compter sur Me André Ryan, un président du conseil généreux de son temps et de ses conseils, véritable architecte du volet juridique de notre modernisation. Comme son père avant lui, il porte Le Devoir près de son coeur.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 22 juin 2019 11 h 20

    … librement penser !

    « Merci mille fois ! » (Brian Myles, Le Devoir)

    De cette généreuse citation, douceur yahou :

    De ce Rapport-bilan sur les activités 2018 du Le Devoir, et aussi depuis l’arrivée de l’auteur de cet article, M Myles, on-dirait que la volonté d’initier de nouveaux défis techno-médiatiques, susceptibles d’aider à circuler l’information, aurait été une des démarches florissantes de ce quotidien … indépendant et critique : bravo !

    Toujours de ce bilan, il me fait plaisir de saluer et remercier toutes ces personnes (Donateurs, AuteurEs d’articles, Gestionnaires … .) qui, avant-pendant-après 2018, ont fait, font et feront du Le Devoir des occasions en or pour le lectorat de …

    … librement penser ! - 22 juin 2019 –

    Ps. : Bonne Fête Nationale du Québec chère Le Devoir !

  • Gilbert Talbot - Abonné 23 juin 2019 08 h 32

    Continuons!

    Le Devoir est mon journal que je lis et commente chaque jour presque. Félicitations pour ce bon rendement financier. Vous êtes un exemple de bonnes gestions pour les OBNL québécois. Continuons ensemble à promouvoir l' information de qualité et surtout la liberté de penser.

    Bonne et heureuse St-Jean! Un bel été bien ensoleillé et reposant pour tous et toutes, lecteur-trice-s.