Notre fierté culturelle: les enjeux numériques de l’audiovisuel

«Le soutien à la création, à la production et à la distribution de contenus originaux de langue française en ligne est une priorité du ministère de la Culture et des Communications», réitère la ministre Nathalie Roy.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir «Le soutien à la création, à la production et à la distribution de contenus originaux de langue française en ligne est une priorité du ministère de la Culture et des Communications», réitère la ministre Nathalie Roy.

Il ne fait plus aucun doute aujourd’hui que le numérique a transformé le paysage de la culture et des communications. Cette modification en profondeur a entraîné l’apparition de nouveaux acteurs, de nouveaux produits et de nouveaux modes de consommation.

Depuis toujours, le Québec est proactif dans le soutien et la défense de ses industries culturelles, et aujourd’hui plus que jamais, nos artistes, nos artisans et nos producteurs peuvent compter sur l’appui du gouvernement. Il en va de la nécessaire croissance de nos entreprises et de notre économie. Il en va de notre fierté culturelle !

Les défis posés sont profonds et structurels et ils exigent de la part du gouvernement une réponse globale. Plusieurs actions sont en cours, d’autres seront réalisées dans les prochaines semaines.

D’abord, avec mon homologue français, monsieur Franck Riester, nous avons lancé une mission franco-québécoise sur la découvrabilité des contenus culturels francophones en ligne. Nous avons l’intention de proposer et de mettre en oeuvre des actions qui assureront un meilleur positionnement des artistes et des oeuvres francophones sur Internet.

Ensuite, nous avons ajouté 25 millions de dollars sur cinq ans pour appuyer la production originale à Télé-Québec et nous avons réinjecté une somme de 15 millions sur cinq ans dans le secteur de la musique afin de soutenir nos entreprises et de financer des travaux essentiels au rayonnement de nos oeuvres musicales sur le Web.

Finalement, nous avons annoncé un montant de 32,5 millions sur cinq ans pour développer les compétences entrepreneuriales des artistes et des entreprises culturelles.

Bref, le soutien à la création, à la production et à la distribution de contenus originaux de langue française en ligne est une priorité du ministère de la Culture et des Communications et le restera pour les prochaines années.

Le régime législatif et fiscal

Nous pensons que des règles assurant à nos entreprises un environnement équitable en matière de compétitivité sont désormais essentielles.

Le gouvernement fédéral a mis sur pied un groupe d’experts chargé de l’examen du cadre législatif en matière de radiodiffusion et de télécommunications. Ce processus d’examen est nécessaire, j’en suis certaine, mais il n’est pas garanti que cela suffise.

Nous sommes convaincus que le Québec devrait avoir pleine compétence sur la production et la distribution des produits culturels et sur les entreprises de ce secteur d’activité.

Nous sommes surtout convaincus qu’il est plus que temps que le gouvernement du Québec propose des solutions concrètes afin de mieux répondre aux immenses défis de l’ère numérique auxquels nous faisons face. Nous sommes déjà à pied d’oeuvre à l’égard de ce grand chantier, des annonces en ce sens suivront.

Notre gouvernement a une responsabilité historique envers nos créateurs et nos produits culturels, et c’est pourquoi nous sommes prêts à tout mettre en oeuvre pour les défendre et les promouvoir.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.