Faire ce que doit, en région

Après 40 ans de journalisme, M. Achille Hubert est décédé le 23 mai à l’âge de 81 ans.
Photo: Le Radar Après 40 ans de journalisme, M. Achille Hubert est décédé le 23 mai à l’âge de 81 ans.

Alors que l’archipel des Îles-de-la-Madeleine pleure le décès d’un communicateur d’exception, le Québec perd l’un de ses plus grands artisans de l’information régionale. Reconnu chevalier de l’Ordre national du Québec en 2012 après 40 ans de...

La couverture de la COVID-19 et les 7 premiers articles sont gratuits.

Vous devez avoir un compte pour en profiter.

Créer un compte

?Déjà abonné? .

2 commentaires
  • Claude Bariteau - Abonné 1 juin 2019 07 h 06

    Achille, comme vous le dites si bien, M. Joël, fut un journaliste de combat. Pour lui, un phare ou une boussole n'étaient que des guides dans la brume. Un radar, par contre, permettait d'avoir un cap et de voir qu'on s'y dirige. Il fut ce radar aux Îles et sut le protéger et l'alimenter, mais aussi en faire part hors des Îles.

    J'ai connu Achille au début des années 1970 et, chaque fois que l'occasion se prêtait, nous avons eu des échanges constructifs. Nous apprenions l'un de l'autre. Je dirais que j'ai appris plus de lui que lui de moi. Il avait un cœur de Madelinot nourri de l'air des Îles, du vent du large et des discussions entre les gens des Îles.

    Sa mort fait ressortir son legs de combattant, qui est le plus important lorsqu'on navigue avec un radar parce qu'entre la position de départ et le cap en vue, il y a une distance et des obstacles que le combattant détecte et défie parce que l’atteinte le cap est son engagement.

    M. Achille a fait de sa vie ce combat comme le font les Madelinots sur un archipel devenu leur ancrage au Québec. Sa mort m’attriste. Son legs me console. Je salue su fond du cœur Achille le combattant parce que je sais qu’aux Îles et au Québec son combat se poursuit.

    • Claude Bariteau - Abonné 1 juin 2019 07 h 18

      Lire au 3ième paragraphe : l'atteinte du cap, et au dernier : du fond du cœur. Mes excuses.