Le désastre Airbnb

Selon les plus récentes données de la SCHL, le taux d’inoccupation se situait à 1,9% dans la région montréalaise en octobre dernier.
Photo: Catherine Legault Le Devoir Selon les plus récentes données de la SCHL, le taux d’inoccupation se situait à 1,9% dans la région montréalaise en octobre dernier.

Madame la Ministre du Tourisme, Caroline Proulx, vous avez récemment fait connaître vos intentions de mieux réglementer les plateformes de location de logements à des fins d’hébergement touristique. Airbnb est la plus connue, mais il y en a plusieurs autres. Nous croyons qu’il est urgent de serrer la vis à ces plateformes afin de protéger le parc de logements locatifs et limiter la spéculation immobilière.

Nous sommes actuellement confrontés à une sévère pénurie de logements dans plusieurs régions du Québec. Or, des milliers de logements sont actuellement retirés du marché locatif traditionnel pour être loués à des touristes à des fins commerciales. Certains propriétaires évincent même des locataires dans le but de transformer leur logement en hôtel Airbnb pour ainsi augmenter rapidement leurs profits. Non seulement ce phénomène vient accentuer la pénurie de logements, mais il participe à la hausse rapide du prix des loyers environnants et cause de nombreux troubles de voisinage.

De plus en plus de locataires se demandent très sincèrement si leur ville ou leur quartier leur appartient encore. Sommes-nous rendus au point où les projets d’expansion de l’industrie touristique ont préséance sur le droit des citoyens à demeurer dans leur ville, contribuant ainsi à défigurer les quartiers, à les rendre inabordables et à les vider de leurs habitants ? Le droit à la ville serait-il en train de devenir un luxe que seule une poignée d’individus au portefeuille bien garni peuvent se payer ?

Nous croyons pour notre part que les villes et quartiers appartiennent d’abord et avant tout aux personnes qui y résident. Ayant un statut plus vulnérable, les locataires doivent être plus protégés contre cette marchandisation à outrance du logement. Puisque nous considérons le logement comme un droit fondamental qu’il faut garantir et protéger, il est primordial d’agir contre les Airbnb de ce monde.

Disons-le bien franchement : Airbnb n’est ni une économie collaborative ni une économie de partage. La grande majorité des hôtes Airbnb ne le font pas pour arrondir leur fin de mois, mais au contraire pour maximiser leurs profits. Selon une étude menée par le professeur d’urbanisme à l’Université McGill David Wachsmuth, la grande majorité (69 %) de l’offre Airbnb à Montréal est constituée de logements entiers loués une grande partie de l’année. De plus, la proportion de superlocateurs (hôtes qui gèrent plusieurs offres) augmente constamment. Contrairement à l’image qu’elle veut se donner d’elle-même, Airbnb est une véritable business. Mais une business aux conséquences désastreuses.

Sur le Plateau Mont-Royal, à Montréal, on estime qu’environ 5 % du parc de logements est réservé aux touristes. Or, selon les plus récentes données de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le taux d’inoccupation dans le secteur était de 1,5 %, et de seulement 0,3 % pour les grands logements (3 chambres et plus). La même histoire se répète dans d’autres quartiers montréalais, villes canadiennes ainsi qu’ailleurs dans le monde. Alors que de nombreuses personnes sont désespérément à la recherche de logement, des milliers de logements se voient retirés du parc locatif pour être réservés à des touristes fortunés, très souvent en contravention avec les règlements de zonage municipaux existants.

Madame la Ministre, vous avez le devoir de remédier à la situation. Nous estimons pour notre part que la location de logements à des fins d’hébergement touristique devrait être tout simplement interdite. À défaut d’une telle interdiction, il devient cependant impératif de limiter la location touristique à la seule résidence principale d’une personne physique (et non pas aux compagnies), tout en limitant le nombre de jours permis de location par année à une période raisonnable (la limite la plus faible étant la meilleure). Les hôtes devraient par ailleurs être tenus d’obtenir un numéro d’enregistrement délivré par les villes pour pouvoir publier une annonce de location. Ceci permettrait ainsi aux villes de s’assurer que l’offre de logements offerts en location respecte le zonage. Enfin, Revenu Québec, chargé depuis l’an dernier de faire respecter la loi, devrait passer en deuxième vitesse, c’est-à-dire cesser de donner des avertissements et dresser des contraventions envers les exploitants délinquants. Cela permettrait d’éliminer une grande partie de l’offre et d’ainsi récupérer des centaines, voire des milliers de logements.

Finalement, nous aimerions soulever un aspect rarement évoqué dans le débat : tandis qu’Airbnb prétend que ses services permettent d’arrondir les fins de mois de citoyens dans le besoin, il est pratiquement impossible pour les locataires de louer leur logement aux touristes. En effet, non seulement les propriétaires l’interdisent d’emblée, mais le faire sans leur autorisation mène presque systématiquement à la résiliation du bail si l’on se fie à la jurisprudence récente de la Régie du logement. Au final, le luxe de pouvoir arrondir ses fins de mois est réservé aux propriétaires, qui ont, en moyenne, des revenus deux fois plus élevés que ceux des locataires.

En conclusion, il est plus que temps d’agir contre la location de logements à des fins d’hébergement touristique et de prendre les mesures qui s’imposent afin que le parc de logements locatifs soit consacré prioritairement à l’objectif pour lequel il a été construit : loger convenablement les citoyens et citoyennes de nos villes et villages.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

15 commentaires
  • Sonia Lefeu - Abonnée 27 mai 2019 06 h 18

    Bravo !

    Bravo pour ce coup de gueule ! À défaut de garantir pour l'instant le droit au logement à tous, je suis d'accord que c'est un devoir de chacun de protéger au moins l'accès au logement. Et vos propositions me semblent intelligentes et raisonnables.

    • Nadia Alexan - Abonnée 27 mai 2019 09 h 55

      Effectivement. Les locataires et les résidents doivent être plus protégés contre cette marchandisation à outrance du logement. Il faut aussi protéger les propriétaires de condos des dérapages causés par le tourisme dans les quartiers résidentiels. Le tourisme doit aussi se limiter à des zones commerciales pour éviter les nombreux troubles du voisinage tels que la consommation de cannabis et d'autres stupéfiants.

  • Gaston Bourdages - Abonné 27 mai 2019 07 h 58

    Et si comme simple citoyen j'y portais ma....

    ...part de responsabilités ? Comme celle d,encourager ces géants, parfaits modèles du néolibéralisme ambiant. ?
    Gaston Bourdages
    Saint-Mathieu-de-Rioux, Qc.
    P.S. Votre lettre à madame la ministre me fait penser à cette affirmation de l'ex-ministre Paradis qui, à l'Assemblée, a dit : « Monsanto est plus fort que le gouvernement ». Est-ce que AirBnb est plus fort que madame la ministre Caroline Proulx. Au fond, le pouvoir politique est au service de qui ? Du bien commun ou du dieu dollar ?

  • Cyril Greppin - Inscrit 27 mai 2019 08 h 11

    Très bon article!

    Bravo pour votre très bon article. Il résume très bien la problématique. Savez-vous qu'il existe des sociétés de gardiennage qui possèdent plus de mille logements et même des hedge funds qui proposent de l'investissement "Airbnb". On est très très loin du fameux lit gonflable qui est à l'origine d'Airbnb..
    Sachez qu'il existe une solution informatique pour combattre ce fléau : www.city-monitor.fr. Il ne reste plus qu'à faire pression sur les mairies pour qu'ils l'adoptent!

  • Maxime Prévost - Abonné 27 mai 2019 09 h 18

    Devoir de cohérence

    Peut-être que maintenant, par cohérence, ceux qui se préoccupent de l'effet Airbnb sur Montréal pourraient éviter d'y avoir recours lors de séjours à l'étranger?

    • Hélène Paulette - Abonnée 28 mai 2019 08 h 32

      Absolument monsieur Prévost!

    • Céline Delorme - Abonnée 28 mai 2019 15 h 31

      Monsieur Prévost pose une excellente question.
      Le vacancier insouciant s'expose aussi à se faire mettre à la porte à son arrivée, par exemple dans une copropriété qui interdit la location à court terme.
      J'ai souvent loué un appartement de tourisme dans différente villes en France, Italie, Espagne et Royaume Uni par la plate forme Abritel HomeAway. Chaque fois je me suis assurée que les locateurs avaient un permis de la ville, ou de l'état, qui est affiché à l'entrée de l'appartement ou de l'immeuble, en Europe, selon ce que je vois. (Affiche appartement de vacances).
      Les concierges ou gardiens d'immeuble sont aussi au courant des locations et nous saluent gentiment. On n'a pas à se camoufler....
      Il semble illusoire d'éliminer ces locations, mais les gouvernements peuvent exiger un permis pour annoncer sur ces plate-formes, ainsi récolter des fonds pour engager des inspecteurs.

  • François Boulay - Abonné 27 mai 2019 10 h 17

    location court terme

    Pourtant les villes ont tous les pouvoirs pour y mettre fin. Il faut juste faire un effort que les conseils municipaux ne semblent pas disposés à faire.