De l’antisémitisme à l’islamophobie: de la grève de 1934 à la loi 21

L’édition du «Devoir» du 18 juin 1934 fait mention des négociations entre les autorités de l’hôpital Notre-Dame et le médecin Samuel Rabinovitch concernant son départ.
Photo: Archives «Le Devoir» L’édition du «Devoir» du 18 juin 1934 fait mention des négociations entre les autorités de l’hôpital Notre-Dame et le médecin Samuel Rabinovitch concernant son départ.

L’adage suggère de ne pas comparer pommes et oranges. Voilà pourtant deux fruits, ronds, qui poussent dans des arbres et qui réduisent le mauvais cholestérol. Leur comparaison révèle donc d’importantes similarités.

En 1934, des internes de l’hôpital Notre-Dame à Montréal ont déclenché une grève pour protester contre l’embauche d’un interne, Samuel Rabinovitch, parce qu’il était juif (voir l’article d’Ira Robinson « Maîtres chez eux », Globe, 2015). Les grévistes exigeaient que les postes de médecin soient réservés aux franco-catholiques et prétendaient défendre l’intérêt de catholiques refusant d’être soignés par un juif (on dit aujourd’hui qu’on devrait avoir le droit de ne pas être exposé à des signes religieux). Les grévistes voulaient éviter « un abus qui pourrait se produire dans l’avenir », soit l’embauche d’autres juifs (on dit que la Loi sur la laïcité évitera des problèmes à l’avenir). Des grévistes déclaraient que leur mouvement n’était pas antisémite (comme le rejet des musulmanes voilées ne serait pas islamophobe). Le docteur Norman Vanier, lui-même juif, considérait néanmoins cette affaire comme « le point culminant de la vague antisémite qui menace depuis des années ».

Les internes de trois autres hôpitaux se sont joints à la grève, « dans un esprit de solidarité nationale et professionnelle ». Des associations de médecins ont appuyé le mouvement, et la Société Saint-Jean Baptiste a envoyé à l’Hôtel-Dieu une pétition exigeant le renvoi du docteur Stillman parce qu’il était juif. L’Université de Montréal et l’hôpital Notre-Dame recevaient un flot de lettres, tout comme Samuel Rabinovitch qui était aussi la cible de menaces de violence (comme les musulmanes qui portent le foulard aujourd’hui). Des lettres affirmaient que « notre peuple canadien-français a été trop longtemps exploité sous la bannière de la “tolérance” » (on critique aujourd’hui le « multiculturalisme »), exigeant que les juifs ne soient admis dans nulle profession libérale (on limitera aujourd’hui l’accès aux postes d’« autorité »).

Dans Le Patriote, le cas Rabinovitch était associé à une machination téléguidée par « un organisme de domination sémite » (aujourd’hui, les musulmanes voilées feraient le jeu des réseaux internationaux de l’islam politique). Un médecin franco-catholique expliquait que « la génération présente en a assez de la juiverie (destructrice de l’ordre social) » (aujourd’hui, on « en a assez » du prétendu rejet des « valeurs québécoises »).

Enfin, le député Samuel Gobeil pestait contre la présence d’étudiants juifs et de professeurs laïques (!) à l’Université de Montréal et d’autres voix dénonçaient la « laïcité » du président de l’Université de Montréal, Raoul Dandurand, et du doyen de la Faculté de médecine, le docteur Télésphore Parizeau (grand-père de Jacques). Leur laïcité expliquait leur « tolérance » envers les juifs (aujourd’hui, les universitaires qui défendent la diversité seraient complices de l’islamisme).

Les justes

Quelques personnalités franco-catholiques ont protesté contre cette grève antisémite, dont Olivar Asselin et l’éditorialiste Edmond Turcotte, dans Le Canada. Selon Edmond Turcotte, la presse portait « une terrible responsabilité » (comme les médias d’aujourd’hui qui présentent sans répit les personnes musulmanes comme une menace) : « Le venin est lancé en jet continu. […] [La] culture humaniste devrait défendre l’esprit contre les aberrations antisémites. […] La haine de race et la persécution religieuse sont des principes de mort dans une société où la religion d’amour du Christ est la lumière et la vie. » Bref, ce rejet du juif contrevenait au message d’amour de Jésus (lui-même juif…).

Monseigneur Émile Chartier, vice-recteur de l’Université de Montréal, a défendu la tolérance et l’accueil en réponse à une question inquiète au sujet d’étudiants « étrangers » : « notre maison [l’Université] n’est ni canadienne-française ni française. Elle est québécoise : […] elle est soutenue en partie par les fonds venus du trésor provincial. Comme ce trésor est alimenté par les impôts de ceux que vous appelez des étrangers tout autant que l’argent des Canadiens français ». Bref, un nationalisme bien compris doit traiter également toutes les personnes du Québec qui entretiennent les institutions publiques par leurs impôts.

Rabinovitch a finalement démissionné et l’Hôpital général juif a ouvert ses portes à la fin de l’année. Après un stage au Missouri, le docteur Rabinovitch est revenu à Montréal en 1940 où il a soigné des patients jusqu’à l’âge de 90 ans (il est mort à 101 ans). Pour sa part, le président du Conseil médical de Notre-Dame, le docteur Albert Lesage, a tiré cette conclusion de cette sinistre affaire : « Nous espérons que d’autres faits semblables ne se produiront pas dans l’avenir ; mais nous en doutons, car une mentalité nouvelle et dangereuse semble naître et se développer dans l’esprit de nos jeunes gens, qui manquent de vision dans l’avenir. »

L’avenir, c’est maintenant.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

269 commentaires
  • Gilles Bonin - Inscrit 29 avril 2019 00 h 27

    Odieux

    amalgame...

    • André Joyal - Inscrit 29 avril 2019 07 h 45

      «L’adage suggère de ne pas comparer pommes et oranges. Voilà pourtant deux fruits, ronds, qui poussent dans des arbres et qui réduisent le mauvais cholestérol. Leur comparaison révèle donc d’importantes similarités».

      Oui, affreux! J'ai connu l'auteur à l'époque (début du siècle) où il glandouillait comme chargé de cours à l'UQAM. C'était à l'occasion d'un colloque au Brésil sous l'égide de l'Abecan, un organisme que le gouvernement Harper a fait disparaître en lui coupant les vivres. FDD tenait un kiosque au nom d'un éditeur. Je l'avais chaudement félicité, car dans un texte ô combien mieux inspiré que celui-ci, il s'en étant pris à nul autre que le professeur «vedette» Jocelyn Létourneau de Laval en utilisant un titre fracassant :«Quand Jos Démocrate s'en va en guerre!».

      On en est aux antipodes avec ce texte qui occulte totalement l'antisémitisme exercé à une époque à l'Université McGill. Et ,que dire des universités américaines? Àl 'université catholique de Louvain (l'ancienne) où j'ai fait ma maîtrise au milieu des années 60, beaucoup d'étudiants américains y faisaient leur médecine pour avoir été discriminés pas leurs propres universités Je vois que Jean-baptiste a toujours bon dos : on continue de manger sur son dos.

      Cette fois, je ne félicite pas l'auteur de ce texte qui apporte un nuage devant le merveilleux soleil qui m'a éveillé.

    • Jacques Maurais - Abonné 29 avril 2019 09 h 16

      Plutôt que de faire des comparaisons avec ce qui se passait il y a plus de 80 ans, il serait plus utile de voir ce qui se passe en France de nos jours. Je pense en particulier au lycée Averroès de Lille et au cas de Soufiane Zitouni, professeur de philosophie dans cet établissement musulman sous contrat avec l’État, qui ne pouvait enseigner ni Spinoza (parce que philosophe juif) ni la théorie de Darwin. Il a fini par démissionner. On peut lire un résumé de ses aventures judiciaires dans La Croix du 9 mai 2018 et sa tribune «Pourquoi j’ai démissionné du lycée Averroès» dans Libération du 5 février 2015.

    • Cyril Dionne - Abonné 29 avril 2019 09 h 16

      Oui, plus qu’odieux.

      L’idéologique sémitique n’a jamais tué personne depuis un millénaire; l’islam oui et continue encore de plus belle aujourd’hui. Oui, l’avenir c’est maintenant et c’est pourquoi faire des comparaisons douteuses et des amalgames entre l’antisémitisme et l’islamophobie est presque diffamatoire envers les Québécois. Quel chemin tortueux à prendre pour vilipender le projet de loi 21 sur la laïcité.

      Où sont aujourd’hui les nouveaux fascistes? On les retrouve dans les tours d’ivoire et les programmes universitaires des sciences molles à faire des mains et des pieds pour empêcher la diffusion d’une opinion qui est contraire à leur rectitude politique. Mathieu Bock-Côté pourrait vous en dire long sur le sujet.

    • Christiane Gervais - Inscrite 29 avril 2019 09 h 59

      On aurait envie de répondre, à ce savant professeur, que ce que nous inspire ce vulgaire amalgame c'est: blablabla.

    • Nadia Alexan - Abonnée 29 avril 2019 10 h 21

      Comment ça ce fait que le professeur, Francis Dupuis-Déri, n'a pas grimpé les rideaux en nous accusant de racisme et de xénophobie, quand l'on a déconfessionnalisé nos écoles, sorti le clergé et le cléricalisme de nos institutions publiques et laïcisées nos instances gouvernementales?
      Le professeur aura intérêt d'étudier le danger de l'Islam politique barbare, qui voudrait éradiquer la civilisation occidentale. La laïcité est le seul moyen de garantir la séparation entre l'Église et l'État.

    • Christian Montmarquette - Abonné 29 avril 2019 10 h 49

      "Où sont aujourd’hui les nouveaux fascistes? (...) Mathieu Bock-Côté pourrait vous en dire long sur le sujet."- Cyril Dionne


      "L’extrême-droite fait des tueries dans des églises gospel, des synagogues et des mosquées, mais pour les chroniqueurs du Journal de Montréal, la vraie menace, c’est l’extrême-gauche qui veut entarter Mathieu Bock-Côté."- Christian Vanasse

    • André Joyal - Inscrit 29 avril 2019 11 h 07

      Mme Alexan : «Comment ça ce fait que le professeur, Francis Dupuis-Déri, n'a pas grimpé les rideaux en nous accusant de racisme et de xénophobie, quand l'on a déconfessionnalisé nos écoles, sorti le clergé et le cléricalisme de nos institutions publiques et laïcisées nos instances gouvernementales? »

      Réponse : parce que FDD venait à peine de venir au monde. Hey oui! C'est un «X» faut pas trop lui en demander chère madame. J'ajouterais : étant donné le domaine de spécialité dans lequel il s'est engagé depuis sa titularisation uqamienne, je doute fort qu'il s'y connaisse en matière d'islam. Fréquente-t-il comme vous et moi, des musulmans? Poser la question c'est y répondre.

    • Cyril Dionne - Abonné 29 avril 2019 12 h 29

      @Montmarquette

      Bon, le massacre de 360 innocents en plus de 500 blessés au Sri Lanka par des islamistes et revendiqué par l'EI est certainement dû aux chroniqueurs du JdeM. C'est pour cela que M. Bock-Côté ne doit plus parler puisqu'il risque de remettre les points sur les « i » en ce qui concerne nos extrémistes de gauche. Misère.

      La gauche est devenue extrême parce qu'elle ne « pogne » plus avec les travailleurs et le monde ordinaire. Alors, elle épouse des causes extrémistes pour essayer de survivre dans un paysage politique où elle n'a plus sa place. Elle s'est réinventée en gauche plurielle ou la plupart des gens ne se reconnaissent plus dans les « safe spaces », la discrimination systémique et l’appropriation culturelle de l’autel de la ô combien Sainte rectitude politique. Seulement les extrémistes dont Québec solidaire fait maintenant parti. Coudonc, veulent-ils remplacer nos "liberals" du Québec? Adil Charkaoui aimerait bien cela.

      Vous voulez un voile avec ça pour vos fascistes de gauche?

    • Pierre Robineault - Abonné 29 avril 2019 13 h 31

      Odieux, dites-vous? Et comment donc! Il s'agissait de sa propre contribution aux fervents du "Quebec bashing" et au pire moment de notre histoire. Il avait probablement très envie de se bidonner. Pauvre UQAM, qu'es-tu devenue?

    • André Joyal - Inscrit 29 avril 2019 13 h 49

      M, QS ...heu... Montmarquette :(...) «mais pour les chroniqueurs du Journal de Montréal, la vraie menace, c’est l’extrême-gauche qui veut entarter Mathieu Bock-Côté."- Christian Vanasse»

      Oui, le JdeM a raison : à Montréal la censure que parvient à imposer l'extrême-gauche est un véritable danger. Heureusement qu'étant membre de la Coop de l'UQAM, je peux me priver des services de cette librairie de pisse-vinaigres du Plateau.

    • Christian Montmarquette - Abonné 29 avril 2019 16 h 33

      @ Eric Ricard

      "Les Québécois sont les individus les plus détestables, racistes, xénophobes, violents, islamophobes.." - Eric Ricard

      - Non.

      "Seuls les Québécois racistes, xénophobes, violents et islamophobes, sont effectivement détestables.

      Et il y en a malheureusement un bon tas parmi la cohorte des nationaleux caquo-péquistes encouragés par leur propre formation politique.

    • Christian Montmarquette - Abonné 29 avril 2019 16 h 44

      @ Cyril Dionne

      - Qu'est-ce qu'il y a de plus extrémiste que votre idéologie capitaliste qui a concentré la moitié de la richesse du monde entre les mains de 8 hommes et qui est en train de détruire la planète pour du pognon?

      "Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale" - OXFAM

      https://www.oxfam.org/fr/salle-de-presse/communiques/2017-01-16/huit-hommes-possedent-autant-que-la-moitie-de-la-population

      ..Ah oui.. !

      Mais QS est extrémiste, parce qu'il est contre la discrimination religieuse à l'emploi!!

    • Christian Montmarquette - Abonné 30 avril 2019 12 h 22

      "Comment ça ce fait que le professeur, Francis Dupuis-Déri, n'a pas grimpé les rideaux en nous accusant de racisme et de xénophobie, quand l'on a déconfessionnalisé nos écoles, sorti le clergé et le cléricalisme de nos institutions publiques et laïcisées nos instances gouvernementales? " - Nadia Alexan

      - Qu'est-ce que vous avez tant à japper, et ce, jours après jours dans les pages du Devoir, si vous considérez vous-même que nos institutions publiques et nos instances gouvernementalessont déjà laïcisées au Québec?

  • Jean Thibaudeau - Abonné 29 avril 2019 01 h 13

    NON.

    Les événements rapportés sont terribles. Mais les comparaisons avec le présent dont le texte est émaillé sont grotesques et caricaturales. Elles ne méritent pas plus de réponse que le nettoyage ethnique du maire d'Hampstead.

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 29 avril 2019 02 h 33

    « (des) catholiques refusant d’être soignés par un juif (on dit aujourd’hui qu’on devrait avoir le droit de ne pas être exposé à des signes religieux)» (Francis Dupuis-Déri)

    Ah bon ! J'ignorais que le juif était lui-même un signe religieux.

    En aparté … Ce journal n'arrête pas de m'étonner. En tout cas, il ne manque pas de nous divertir.

    D'ailleurs, la lecture matinale de l'homélie du professeur Dupuis-Déri m'a déridé, c'est le moins que l'on puisse dire… quand je songe aux comparaisons saugrenues qui émaillent sa prose…

    • André Robert - Abonné 29 avril 2019 12 h 17

      Baucoup de mépris pour le messager, très peu d'argumentation sur le message. Diminuer l'adversaire pour se rehausser n'apporte rien au débat.
      Dommage!

    • André Joyal - Inscrit 29 avril 2019 16 h 38

      M. Robert : pour argumenter sur un message il faut qu'il en vale la peine, qu'il y ait matière à argumenter. Ce texte aurait dû être refusé. Si vous n'êtes pas d'accord allez-y avec vos arguments.Nous jugerons, car si vous vous en tenez à vos deux lignes, à mon tour je dis : dommage pour vous ( et peut-être pour nous)!

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 29 avril 2019 17 h 34

      Vous dites: "Ce journal n'arrête pas de m'étonner. En tout cas, il ne manque pas de nous divertir. " (M. L.)

      Moi, il n'arrête pas de me décevoir par l'acceptation de tels textes comme ceux de M. Déri. Les amalgames qu'il fait sont répugnants et le discréditent entièrement.

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 29 avril 2019 03 h 21

    « Samuel Rabinovitch qui était aussi la cible de menaces de violence (comme les musulmanes qui portent le foulard aujourd’hui)» (Francis Dupuis-Déri)

    Ah bon! Des musulmanes sont la cible de menaces de violence!

    Mais! Qui? Où? Quand? Comment? Par qui? etc.

    Vous affirmez péremptoirement et vous prêchez fort bien, toutefois vous ne démontrez rien... ce qui me semble fâcheux de la part d'un professeur de l'université …

    Ainsi, vous portez de graves accusations, cependant vous avez oublié de déterminer, avec des faits, les circonstances des événements que vous dénoncez…

    Commencez donc par soutenir vos affirmations, avec des éléments factuels;

    Répondez aux questions : Qui ? Où? Quand? Comment? Par qui? etc.

    Par exemple, quelles femmes (des noms)? Où les agressions se sont-elles déroulées? Quand (des dates)? Comment (la nature de l'agression)? Par qui (les auteurs)?

    De même, combien de plaintes ont été déposées à la police à ce jour? Y a-t-il eu des arrestations? Des accusations de portées? Y a-t-il des procès en cours?

    Où est-ce plus vraisemblablement une odieuse accusation gratuite, que vous nous servez avec ce doublé de l'antisémitisme et de l'islamophobie qui nous entacherait collectivement, comme si nous portions une tare?

    • Christian Montmarquette - Abonné 29 avril 2019 08 h 10

      @ Mathieu Lacoste,

      "Commencez donc par soutenir vos affirmations, avec des éléments factuels;"- Mathieu Lacoste

      - Sur quelle planète vivez-vous ? - Raëlie ?

      Vous devriez commencer par lire votre propre journal. Sans compter que le phénomène crève les yeux depuis des années.

      "Attentat de Québec: de la haine est née la fraternité "- Le Devoir

      Extrait : Crimes haineux en 2016 :

      Ville de Québec : Plus de 40 crimes haineux

      Ville de Montréal : 250 crimes haineux

      116 reliés à la religion (dont 59 l’Islam)

      75 reliés à l’origine ethnique (dont 35 visaient des Arabes ou d’Asie occidentale)

      Selon Statistique Canada, l’augmentation la plus importante du nombre absolu de crimes haineux déclarés par la police au pays est au Québec:

      270 en 2015

      327 en 2016 (augmentation de 20 %)

      Les chiffres pour 2017 ne sont pas encore disponibles.

      Sources : Statistique Canada, SPVM, SPVQ

      https://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/518080/attentat-de-quebec-de-quebec-la-tragedie-a-provoque

      "

    • Jean-François Trottier - Abonné 29 avril 2019 10 h 44

      @montmarquette

      Pendant que j'y pense avec votre position de complète acceptation de signe IDENTITAIRES, comment se fait-il que vous osiez demander aux immigrants d'apprendre une langue autre que la leur ?

      En toute logique, avec la position de QS, on n'a AUCUNE RAISON de refuser un poste à quiconque parce qu'il ne parle pas le français.

      Le français n'est que le symptôme d'un repli identitaire inacceptable de la part de certains québécois et nous n'avons pas à imposer aux immigrants déjà terrrorisés à l'idée de perdre la langue qu'ils ont héritée de leurs ancêtres respectés, et qui ne peut être qu'une richesse suppplémentaire dans la vie québécoise. uniquement pour répondre à de bas instincts nationalistes.

      Facile de pondre de belles phrases "tellement de bonne volonté, hein, mame chose?" pour détourner un débat politique. Le premier cave venu, i.e. le rédacteur de QS, nous le démontre régulièrement.

      Logique pourrie et désinformation continue.

      De la haine en bâton avec ben du crémage dessus.

    • Eric Ricard - Inscrit 29 avril 2019 12 h 42

      @Montmarquette
      Les Québécois sont les individus les plus détestables, racistes, xénophobes, violents, islamophobes sur la planète. Quel peuple de bas niveau qui ose mettre des limites aux prosélytisme dans les écoles. Heureusement Q.S. et M. Montmatquette sont là pour nous le rapeller. Que ferions-nous sans vous ?

    • Christian Montmarquette - Abonné 29 avril 2019 14 h 43

      Le lecteur rationnel se rendra compte du discours aussi vindicatif que déconnecté de Jean-François Trottier.

      Je ne comprends même pas comment Le Devoir ait pu laisser passer un pareil charabia.

    • Jean-François Trottier - Abonné 29 avril 2019 16 h 04

      Seuls les fanatiques vous croient, M. Montmarquette. Vous "faites" du Trump.

      Un peu plus, vous réussirez à faire croire que ce sont les armées québécoise qui sont entrées à Toronto en 1970.
      Jamais vu une personne d'aussi mauvaise foi.

      Et soudain le fond de niaiserie sort :

      "Il est consternant qu'un militant économique de sa trempe plaque QS sur une question de signes religieux, alors qu'il s'agit d'un enjeu très secondaire par rapport au fondamental enjeu économique."
      C Montmarquette - https://www.ledevoir.com/opinion/libre-opinion/552990/pourquoi-je-quitte-quebec-solidaire

      Analyse de communiste incapable de sortir de sa grille d'analyse rouillée depuis 85 ans.

    • Christian Montmarquette - Abonné 29 avril 2019 16 h 46

      "Seuls les fanatiques vous croient" - Jean-François Trottier

      Sur quoi repose cette affirmation?

    • Jean-François Trottier - Abonné 29 avril 2019 18 h 58

      Sur l'évidence.

    • Christian Montmarquette - Abonné 29 avril 2019 19 h 45

      @Jean-François Trottier

      Sur l'évidence..

      Ce qui est évident, c'est le vide abyssal de votre argumentaire.

    • Christian Montmarquette - Abonné 30 avril 2019 10 h 56

      "Vous "faites" du Trump." - Jean-François Trottier

      Je vous ferez remarquer que c'est le PQ et non QS voulait installer un mur sur le chemin Roxham.

      "Demandeurs d'asile : Lisée évoque une clôture sur le chemin Roxham" - Radio-Canada

      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1097314/migrants-jean-francois-lisee-cloture-chemin-roxham

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 29 avril 2019 03 h 26

    « (comme les médias d’aujourd’hui qui présentent sans répit les personnes musulmanes comme une menace)» (Francis Dupuis-Déri)



    Que voulez-vous, les médias nous ont induit en erreur en rapportant la dernière sauterie, celle de Pâques, au Sri Lanka.

    Trois cents morts et cinq cents mutilés; que voulez-vous, les gens sont si impressionnables. Ce n'est pourtant pas la première fois, on devrait s'y être habitué.