Beauport 2020: un projet porteur pour le Québec

«À l’ère des grands porte-conteneurs, le havre naturel en eau profonde de Québec et son positionnement stratégique entre l’Europe et le Midwest américain deviennent des atouts sur lesquels le Québec doit miser», croient les auteurs.
Photo: Pierre Lahoud «À l’ère des grands porte-conteneurs, le havre naturel en eau profonde de Québec et son positionnement stratégique entre l’Europe et le Midwest américain deviennent des atouts sur lesquels le Québec doit miser», croient les auteurs.

Le 17 avril dernier, Le Devoir publiait un texte au titre alarmiste, « Adieu Beauport 2020 », pour discréditer un projet majeur et structurant pour la région de Québec. Signé par des militants de la région systématiquement opposés au Port de Québec, mais aussi par des représentants de groupes montréalais, le texte vise à saper l’un des projets les plus porteurs de la région de la capitale nationale. Comme représentants des chambres de commerce de la région et promoteurs du développement économique, il nous apparaît primordial de rappeler les solides assises de ce projet.

D’entrée de jeu, il est essentiel que le projet du Port de Québec mise sur la profondeur d’eau à 15 mètres pour doter le Québec d’un terminal de conteneurs en eau profonde capable de rivaliser avec les ports de la côte est américaine qui offrent cette profondeur d’eau depuis les travaux majeurs de dragage effectués par ces derniers. À l’ère des grands porte-conteneurs, le havre naturel en eau profonde de Québec et son positionnement stratégique entre l’Europe et le Midwest américain deviennent des atouts sur lesquels le Québec doit miser pour demeurer compétitif dans ce secteur névralgique de l’économie continentale.

C’est dans cette perspective que le Port de Québec a développé ce projet qui bénéficie de l’appui d’un large éventail d’acteurs de la région. Ceux-ci voient dans ce projet une occasion unique de consolider le pôle maritime de Québec, qui génère quelque 8000 emplois ici, dans la capitale nationale. Les acteurs de la région oeuvrant dans l’import-export voient déjà tout le potentiel du projet eu égard à leur compétitivité. Il est d’ailleurs utile de rappeler que des entreprises qui ont un rayonnement bien au-delà de nos frontières, telles que plusieurs membres influents et importants des chambres de commerce, notamment Océan, QSL, Groupe Desgagnés, Chantier maritime Davie et la raffinerie Valéro, évoluent au coeur de ce pôle maritime canadien stratégique.

Pas de négligence

Par ailleurs, le texte insinue que le Port de Québec néglige ses infrastructures en ne misant que sur son projet de terminal de conteneurs. Cette affirmation est tout à fait étonnante quand on constate que le Port a annoncé en début d’année des investissements de près de 70 millions de dollars pour ses infrastructures, sans compter les investissements privés, dont le projet de terminal d’exportation de grains de la Coop fédérée évalué à plus de 90 millions de dollars. En comptant tous les autres, le total des investissements se situe à près de 169 millions de dollars.

Les auteurs semblent opposer faussement le projet de terminal de conteneurs au projet de zone d’innovation du Littoral Est pour lequel le gouvernement du Québec a consenti un budget de 50 millions de dollars à la Ville de Québec. Or, cette nouvelle zone d’innovation située dans le secteur du Port de Québec prévoit la réhabilitation de ce secteur parsemé de friches industrielles pour laisser la place à des entreprises liées aux sciences de la vie, aux technologies propres ainsi qu’aux activités logistiques. Le projet de terminal de conteneurs de Québec s’inscrit précisément dans ce créneau porteur d’avenir.

Déposé depuis août 2015 au processus de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale, le projet suit son cours comme tous les autres projets portuaires canadiens. Nous croyons qu’il est impératif de laisser travailler les experts provenant de 15 ministères qui sont impliqués dans ce processus rigoureux. À cet égard, nous sommes convaincus que ce parcours permettra au projet de se bonifier et de s’insérer harmonieusement dans la communauté, et ce, pour le plus grand bénéfice de la compétitivité québécoise.

Depuis plus d’une décennie, la région de la Capitale-Nationale connaît une embellie économique unique au Québec et nous en sommes très fiers. Pour que cela se poursuive, nous sommes convaincus que nous devons continuer à innover, à entreprendre et surtout à investir dans nos infrastructures stratégiques. Nul doute que le projet de terminal de conteneurs de Québec est un pilier névralgique dans cette vision stratégique de notre développement.

À voir en vidéo