Une action concertée contre la justice sociale au Brésil

Une affiche de Marielle Franco lors d’un rassemblement citoyen durant la campagne présidentielle d’octobre dernier
Photo: Silvia Izquierdo Associated Press Une affiche de Marielle Franco lors d’un rassemblement citoyen durant la campagne présidentielle d’octobre dernier

Le 14 mars dernier était assassinée Marielle Franco, conseillère municipale brésilienne, militante pour les droits des femmes, des afrodescendant.e.s, des membres de la communauté LGBTQ+, et des favelas (bidonvilles). Sa mort, loin d’être inhabituelle dans le contexte brésilien (chaque année, des dizaines de défenseur.e.s des droits de la personne et de l’environnement sont assassiné.e.s au Brésil, selon Amnesty International), a causé une forte indignation dans son pays d’origine et à travers le monde. À Montréal, notamment, près d’une centaine de personnes se sont réunies pour manifester leur indignation face à cet assassinat politique, rejoignant un mouvement mondial de contestation.

L’enquête concernant la mort de Marielle Franco, ainsi que celle d’Anderson Gomes, qui était au volant de la voiture dans laquelle ils ont été fusillés, montre récemment que l’une des plus puissantes milices de Rio de Janeiro pourrait être responsable de l’assassinat. Cette milice, nommée « Bureau du crime » (Escritório do crime), est particulièrement active dans certaines favelas de la ville, où elle extorque financièrement les commerçant.e.s et résident.e.s en échange d’une soi-disant protection contre le narcotrafic. Cette milice, comme d’autres milices à Rio de Janeiro, est formée de policiers, d’ex-policiers et de mercenaires privés. Des dirigeants de l’Escritório do crime, on compte Adriano Magalhães da Nóbrega, ex-capitaine du BOPE (Bataillon des opérations spéciales de police), un bataillon de la police militaire spécialisé dans la « guerre urbaine » et réputé pour ses interventions brutales dans les favelas.

La semaine dernière, des journaux brésiliens ont révélé que le fils du nouveau président d’extrême droite, Flávio Bolsonaro, a entretenu par le passé une relation avec cet ex-capitaine connu pour son implication dans les milices (qui, il faut le rappeler, sont illégales). Plus précisément, il aurait engagé la mère et l’épouse de celui-ci, Raimunda Veras Magalhães et Danielle Mendonça da Costa da Nóbrega, dans son cabinet lorsqu’il était député à l’Assemblée législative de l’État de Rio. C’est toutefois son conseiller de l’époque, Fabrício Queiroz, qui a employé les deux femmes « par compassion », alors qu’Andriano était emprisonné pour un assassinat commis dans le cadre de ses fonctions de policier.

Rappelons que Marielle a à de nombreuses occasions dénoncé les opérations policières dans les favelas. Elle a notamment signalé les agissements du BOPE dans une favela de la zone nord de la ville quelques jours avant son assassinat. Pour de nombreux proches et observateur.rice.s, il ne fait pas de doute que l’assassinat de Marielle ait été commandité par l’élite politique de Rio, les policiers ou les milices. Il apparaît aujourd’hui qu’il s’agit probablement d’un effort concerté entre ces différents acteurs qui sont de toute évidence de connivence.

Au Brésil, le discours sur la corruption a permis la destitution d’une présidente élue, Dilma Roussef, et l’élection d’un homme ouvertement affilié à des groupes réactionnaires et conservateurs, Jair Bolsonaro. Aujourd’hui, nous apprenons que des miliciens et policiers emprisonnés pour meurtres font aussi partie de son entourage politique. Il n’est pas étonnant, bien que triste, d’apprendre que le député Jean Wyllys (issu du même parti de gauche que Marielle, le PSOL, et ouvertement homosexuel) ait décidé de ne pas honorer son mandat comme député fédéral, ce dernier craignait pour sa vie après qu’on l’eut menacé de mort. Tout porte à croire que malgré la volonté partagée par de nombreux et de nombreuses Brésilien.ne.s de voir les institutions politiques de solidifier pour se débarrasser de la corruption, celles-ci sont gangrénées.

La décision de Jean Wyllys de rester hors du Brésil est le résultat d’un contexte politique extrêmement violent, non seulement contre les élu.e.s de gauche, mais aussi contre divers groupes de la population, comme les membres de la communauté LGBTQ+, les afrodescendant.e.s, les Autochtones, les femmes, les résident.e.s de favela, et bien plus encore. Il est en ce sens inquiétant de constater l’indifférence des institutions étatiques, voire leur complicité dans les crimes perpétrés à leur encontre. Il est toutefois tout aussi inquiétant, voire plus, de constater que les gens ordinaires se mettent de la partie, que ce soit pour battre à mort une personne transsexuelle dans la rue ou encore pour physiquement attaquer des opposant.e.s politiques. Les temps sont sombres pour le Brésil, mais aussi pour l’ensemble des personnes qui constatent l’incapacité d’institutions politiques à garantir les droits fondamentaux. Les institutions reflètent nécessairement les sociétés dans lesquelles elles évoluent. En ce sens, tant qu’une proportion importante de la population va adhérer à des idéologies sexistes, racistes, homophobes et classistes, nous courrons le risque de voir des « Jair Bolsonaro » à la tête d’États, même les plus « progressistes ».
 

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

5 commentaires
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 30 janvier 2019 09 h 09

    «Le Devoir» a bien fait de laisser l'écriture inclusive dans ce texte

    Comme pour nous montrer la lourdeur du procédé. Vous imaginez des romans écrits de cette manière? Grand dieu!

    Et que fait-on pour les hermaphrodites et les non-genrés?

    «Classiste», j'ai pas trouvé ce mot dans mon Petit Larousse illustré 2018.

    En passant, dans l'écriture inclusive, les points sont des points-milieu, ce qui n'est pas le cas ici.

  • Claude Saint-Jarre - Abonné 30 janvier 2019 09 h 32

    1970

    Dans les années 1970, des Bésiliens fuyaient une dictature Brésilienne et certains ont abouti ici. À cette époque, je ne me souviens pas exactement de l'expressioni, il y avait l'escadron de la mort ou le sentier de la mort, qui faisait de semblables ravages. Bizarre que cela se passe au pays du Carnaval de Rio, roi de la Fête!

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 30 janvier 2019 20 h 36

    Ils m'ont assassinés...

    ... Les auteurs des deux premiers commentaires, en m'offrant à lire leurs considérations carnavalesques et orthographiques, alors que le fond du sujet porte sur la reprise tous azimuts des assassinats politiques au Brésil et notamment sur le meurtre d'une jeune femme en raison de son implication sociale.

    Il est en effet puéril d'écrire toi et toile, ou encore toi.le.

    Toutefois, considérant la nature funeste du sujet et la gravité des événements qu'aborde la lettre de cette lectrice, je n'ai pas cru pertinent de m'y attarder à relever la forme fantaisiste des accords en genre qu'elle recèle.

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 31 janvier 2019 07 h 27

      M. Lacoste,

      Il n'est pas interdit de faire un commentaire sur la forme plutôt que sur le contenu. Comme vous le savez, l'écriture inclusive est rarement utilisée dans «Le Devoir».

      Et comme vous pouvez le constater, ce matin, deux personnes seulement avaient fait des commentaires sur le fond. Allez-vous blâmé les absents?

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 31 janvier 2019 23 h 09

    « Il n'est pas interdit de faire un commentaire sur la forme plutôt que sur le contenu.» (Sylvio Le Blanc)



    D'accord. Il est permis de critiquer la forme plutôt que le fond.