Le corps de la femme, un champ de bataille politique

«Le problème n’est pas le foulard; le problème, c’est de refuser de regarder toutes les femmes comme si elles étaient des adultes», affirme l'auteure.
Photo: Getty Images «Le problème n’est pas le foulard; le problème, c’est de refuser de regarder toutes les femmes comme si elles étaient des adultes», affirme l'auteure.

Je tiens à répondre aux réactions suscitées par mon appel vidéo à ne pas stigmatiser les femmes qui portent le foulard. Un argument revient fréquemment : les religions sont une déviance sociale.

Il faut lire Yuval Noah Harari pour comprendre pourquoi les humains ont de tout temps créé des religions et des mythes : « Toute coopération humaine à grande échelle repose en définitive sur notre croyance en un ordre imaginaire : un ensemble de règles que nous croyons aussi réelles et inviolables que la gravité, même si elles n’existent que dans notre imagination. » C’est ce que le grand historien appelle une « toile de sens intersubjective : une toile de lois, de forces, d’entités et de lieux qui n’existent que dans notre imagination commune ».

Aujourd’hui, en Occident, c’est l’économisme — ou l’obsession de la croissance économique — qui forme notre principal ordre imaginaire. Nous y croyons et travaillons en masse à renforcer cet ordre, parce que c’est autour de ce dogme-là que toute la vie s’est organisée. C’est notre plateforme commune, en quelque sorte. Pour l’instant.

Le préjugé anti-religion est souvent porté par des gens qui, comme certains Québécois issus de l’immigration ou comme plusieurs de nos grands-parents, ont souffert personnellement du pouvoir religieux. C’est le mot « pouvoir » qui est important ici. C’est lui qui a marqué et blessé, pas la religion en tant que telle. Des millions de gens à travers la planète pratiquent une religion sans que le pouvoir s’en mêle : c’est le cas de plusieurs pratiquants au Québec aujourd’hui, qu’ils soient chrétiens, musulmans, bouddhistes ou que leur spiritualité soit plus individuelle.

Puis-je aller jusqu’à affirmer qu’une certaine forme de spiritualité est essentielle à la santé des humains ? Quand j’entends une femme pratiquante me dire que la présence de Dieu dans sa vie lui donne de la force, je comprends. Il m’arrive de m’imaginer que mon grand-père Robert et mon père Louis, tous deux décédés, sont avec moi à me donner de la force et de l’amour. Suis-je pour autant déviante ?

À ceux qui répondront « Non ! C’est seulement l’islam politique qui est déviant », là encore, le mot à retenir, c’est « politique ». La politique a toujours instrumentalisé ce qui pouvait lui servir. Elle est d’ailleurs fortement présente dans la frange radicale du mouvement laïciste, qui instrumentalise la laïcité, jadis censée contrer l’exclusion des minorités, pour freiner l’immigration et désigner des boucs émissaires pratiques.

Discours islamophobe

 

Tout cela pour s’éviter de montrer du doigt le vrai pouvoir d’aujourd’hui, les vrais coupables de notre sentiment d’oppression. Nous ne sommes ni en Arabie saoudite ni dans le Québec des années 1940. Qu’est-ce que le pouvoir instrumentalise ici et maintenant pour nous faire rentrer dans le rang, pour nous écraser, nous, les femmes ? C’est ça, la véritable question.

Le discours islamophobe qui s’est tranquillement mais sûrement creusé une niche dans notre espace public — en plus d’être extrêmement dangereux — est farci d’illogismes. Quelle est la différence, par exemple, entre affirmer que celles qui portent le foulard sont des soumises niaiseuses qui n’ont rien compris et affirmer que celles qui ne le portent pas sont des mécréantes ?

Des deux côtés, il y a une tentative de domination des femmes qui m’écoeure profondément. Le problème n’est pas le foulard ; le problème, c’est de refuser de regarder toutes les femmes comme si elles étaient des adultes. À cet égard, les « fous de Dieu » et les islamophobes ont plus en commun qu’ils ne voudraient l’admettre.

À ceux qui se préoccupent de l’oppression des femmes : vous pouvez agir. Lâchez les femmes religieuses qui vous disent depuis des années qu’elles sont en paix avec leur foulard et tournez-vous vers les lieux de la réelle souffrance des femmes au Québec.

Exigez du gouvernement qu’il finance adéquatement le milieu communautaire, les centres de femmes, les groupes d’aide aux femmes battues : la première ligne de la lutte contre les violences faites aux femmes. Sortez en appui aux victimes d’agressions sexuelles qui n’arrivent pas à faire entendre leurs voix, ou dont les accusations tombent à l’eau pour de mauvaises raisons.

Quand vous tomberez sur ces milliers d’images de femmes qui envahissent chaque jour notre regard à travers des publicités de chars, de vêtements, de maquillage, tout cela pour que des investisseurs puissent « faire la piastre », pensez aux adolescentes anorexiques et boulimiques, à celles qui passent des heures devant le miroir à se dire « je suis tellement laide », pensez à ce manque d’estime qui suivra les femmes toute leur vie parce qu’un certain ordre du monde exige d’elles qu’elles ressemblent à une mannequin photoshoppée.

La prochaine fois que vous regarderez de la pornographie, dites-vous que c’est le principal lieu où les adolescents apprendront les codes de la sexualité, à partir de 12, 13 ans en moyenne. Militez pour un cours d’éducation sexuelle qui soit donné non pas par les profs, mais par des intervenants du milieu communautaire spécialisés dans la question. Ces gens sauvent des vies.

Écrivez des lettres dans les journaux sur l’exploitation des jeunes filles en milieu défavorisé, dans l’angle mort de la police. Ce n’est pas la faute de l’islam, ça. Mais le bulletin de nouvelles s’en fout. Il continue de nous montrer des burkas à l’autre bout du monde. Parce qu’ici, tout va bien, n’est-ce pas, le sujet est réglé.

Comme l’écrivait Zola, « il y a forcément là un poison caché qui nous fait délirer tous ». Comme lui, je sais que les insultes fuseront, mais je trouve lâche de me taire.

À voir en vidéo