Francophonie en Ontario: vives inquiétudes

Brian Gallant écrit au premier ministre de l’Ontario, Doug Ford (notre photo).
Photo: Chris Young La Presse canadienne Brian Gallant écrit au premier ministre de l’Ontario, Doug Ford (notre photo).

Lettre ouverte au premier ministre de l’Ontario

L’un des rôles essentiels d’un gouvernement est d’assurer la protection des droits de tous les citoyens et citoyennes et de promouvoir, au bénéfice de tous, les avantages qui en découlent. Je suis persuadé que vous partagez cette conviction. C’est pourquoi je tiens à vous faire part de ma vive préoccupation face à votre récente décision d’abolir le Commissariat aux services en français de l’Ontario et d’annuler le projet d’université francophone.

Que ce soit au sein de votre province, chez nous au Nouveau-Brunswick ou ailleurs au pays, de nombreux représentants de la société civile craignent que cette décision ne produise des effets néfastes, non seulement en Ontario, mais également dans l’ensemble du pays. Je partage cet avis.

La dissolution du Commissariat risque d’avoir un impact négatif sur l’application de la Loi sur les services en français, qui garantit les droits linguistiques de plus de 620 000 Franco-Ontariens. L’annulation du projet d’université francophone priverait les Franco-Ontariens d’une institution vitale à la transmission de la langue française et, dès lors, au dynamisme économique, scientifique et culturel d’une part importante de la population francophone du Canada.

Mon inquiétude est d’autant plus grande que cette décision s’ajoute à celle, annoncée en juin, de supprimer le ministère ontarien des Affaires francophones. Prises dans leur ensemble, ces mesures pourraient compromettre non seulement les progrès réalisés au cours des dernières décennies en matière de droits et libertés, mais également la vitalité des communautés dont nous avons la charge et la confiance nécessaire à la cohésion sociale au sein de notre pays.

Je puis vous assurer, pour avoir eu le privilège de diriger la seule province officiellement bilingue du Canada, que si la promotion des droits linguistiques a un coût, elle a aussi, sur le plan économique, de nombreux avantages qui sont bien plus importants. Au Nouveau-Brunswick, le bilinguisme est une importante source de création d’emploi. Que ce soit au sein de l’industrie des centres de services d’affaires, du tourisme, de la culture ou du recrutement d’étudiants universitaires, le bilinguisme est un des moteurs de notre économie.

Notre main-d’oeuvre bilingue attire plusieurs grandes entreprises. À titre d’exemple, l’industrie des centres de services d’affaires génère annuellement 1,4 milliard de dollars en revenus d’exportation pour notre province. Cette activité économique profite d’ailleurs plus aux personnes unilingues anglophones qu’aux personnes bilingues puisque, pour chaque emploi bilingue, cette industrie crée deux emplois unilingues anglais.

Au Nouveau-Brunswick, le dynamisme de la communauté de langue française nous vaut d’être membre à part entière de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Nous avons accueilli tour à tour le Sommet de la Francophonie, l’Association parlementaire de la Francophonie, les Jeux de la Francophonie canadienne et nous accueillerons, en 2021, les Jeux de la Francophonie internationale. Du point de vue diplomatique, économique, social et culturel, l’OIF est une tribune extrêmement importante pour le Nouveau-Brunswick, un moyen privilégié pour notre province de se faire connaître sur la scène internationale, de défendre ses intérêts et de développer des partenariats avec des pays étrangers afin de stimuler l’économie et le marché du travail. Dans le contexte actuel de mondialisation, c’est un puissant levier d’affirmation et de développement.

Or, cet état de fait et les avantages qui en découlent ne sont pas toujours compris par l’ensemble de la population. C’est le cas au Nouveau-Brunswick, c’est aussi le cas à travers le pays.

Malheureusement, dans notre province, notre pays, comme à travers le monde occidental, plusieurs personnes ont développé une méfiance envers la politique. Cela fragilise notre démocratie, notre contrat social et nos institutions, c’est-à-dire tout ce qui protège nos droits et nos libertés. La politique, à travers le monde, est de plus en plus polarisée et de plus en plus alimentée par la peur et la division. La société dans laquelle nous vivons se trouve privée de toute discussion fondée sur des valeurs communes et de consensus sur les faits à partir duquel élaborer des politiques ou éclairer des débats constructifs. Plus que jamais, nous vivons dans des chambres d’écho où nous nous contentons de renforcer notre propre point de vue.

Dans ce contexte, il est plus que jamais nécessaire de prendre les décisions qui protégeront ce que la génération avant nous a construit et qui permettront de construire le pays dans lequel vivra la prochaine génération. Ce qui unit les Canadiennes et les Canadiens est plus vaste que ce qui les divise, il nous appartient de le faire comprendre, de garantir les droits des citoyennes et des citoyens, et de tout mettre en oeuvre pour que chacun puisse en tirer les bénéfices.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

3 commentaires
  • Cyril Dionne - Abonné 20 novembre 2018 08 h 47

    Cher M. Gallant,

    Où était tous ces gens de bonne volonté lorsque plus de 90% des francophones en Ontario se sont assimilés à la masse anglo-américaine durant les dernières 50 années? Vous essayez de renverser le cours des rivières M. Gallant. C’est impossible de s’épanouir dans une province où on nous demande tout simplement de cesser d’exister à toutes les minutes de la journée.

    Le Nouveau-Brunswick fait partie de ces territoires qui sont en processus complet d’assimilation. Si ce n’était pas des entités gouvernementales, plus personne ne parlerait français au pays de la Sagouine. Et SVP, n’essayez pas de faire de la politique sur le dos des Franco-Ontariens comme tout le monde le font présentement. On voit des gens maintenant manifestés une inquiétude envers nous alors qu’ils ne savaient même pas qu’on existait. De toute façon, comme pour les Acadiens et les Franco-Ontariens, vous êtres trois générations trop tard. Ils auraient dû appuyer le référendum de 1995 avec toute la vigueur que vous semblez exprimer maintenant. Nous ne sommes plus les « cadavres chauds » d’Yves Beauchemin, nous sommes momifiés maintenant.

    Cher M. Gallant, c’est la structure même de ce pays qui est néfaste pour le fait francophone en Amérique. Au lieu d’essayer de maintenir un trou plein d’eau dans le sable sur la plage et continuer à essayer de le remplir constamment sachant fort que l’eau disparaitra aussitôt qu’on arrêtera, il serait primordial de créer notre propre entité, notre propre pays. Les génocides abondent au pays de l’ancienne colonie de la reine d’Angleterre et celui de la disparition des francophones, avec celui des Autochtones et de leur culture sont les exemples probants en Amérique. Et Justin ne proférera pas des excuses et ne versera aucune larme pour nous.

    D’un Franco-Ontarien de 3e génération et Québécois en devenir qui est devenu un indépendantiste par la force des choses. La bataille pour les droits et les aspirations des francophones hors Québec est terminée depuis longtemps

  • Paul Gagnon - Inscrit 20 novembre 2018 09 h 51

    Appel à Antonine

    Aussi bien envoyer Antonine Maillet rencontrer Doug Ford pour lui demander d'être le Sauveur du français dans le ROC, sinon même au Québec avec sa métropole en voie d'assimilation.
    Je l'entends déjà rire aux larmes.

    Ou encore rêver à une défaite de Wolfe sur les Plaines d'Abraham...

  • Jean Thibaudeau - Abonné 20 novembre 2018 15 h 18

    Dans cette affaire, ce n'est pas tant l'avenir des francos en Ontario qui va préoccuper la plupart des Canadiens anglais bien-pensants, mais la tache à l'image de champions des minorités qu'ils aiment tant se donner.