Pour un Bureau de l’accessibilité universelle et des personnes handicapées à Montréal

«Pour construire une ville juste, sécuritaire et inclusive pour les femmes et les personnes racisées, il faut comprendre et combattre le sexisme et le racisme. Pour construire une ville juste, sécuritaire et inclusive pour les personnes handicapées, il faut comprendre et combattre le capacitisme», écrit l'auteur. 
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir «Pour construire une ville juste, sécuritaire et inclusive pour les femmes et les personnes racisées, il faut comprendre et combattre le sexisme et le racisme. Pour construire une ville juste, sécuritaire et inclusive pour les personnes handicapées, il faut comprendre et combattre le capacitisme», écrit l'auteur. 

Jusqu’au 30 novembre, Montréal tient des consultations publiques sur la version préliminaire de son « Plan d’action 2019-2020 en accessibilité universelle ». Le manque d’accessibilité est un problème endémique qui brime les droits de personnes handicapées. Le plan est intéressant sur plusieurs points, mais il lui manque un élément essentiel : la création d’un Bureau de l’accessibilité universelle et des personnes handicapées.

Malgré les avancées notables en accessibilité universelle réalisées dans les espaces et bâtiments municipaux au cours des dernières années, des problèmes majeurs persistent : l’accessibilité des commerces traîne sérieusement de la patte, elle est peu encouragée, et les subventions offertes sont trop souvent inconnues des acteurs concernés ; les personnes handicapées demeurent sous-représentées dans les instances de la Ville ; la population montréalaise n’est pas vraiment mobilisée autour de cet enjeu de société. Et les progrès sont naturellement trop lents pour les personnes handicapées par l’environnement urbain jonché d’obstacles.

Pour accélérer la cadence et la maintenir sans flancher, l’administration doit mettre sur pied un bureau relevant de la mairesse qui servirait de pivot entre les services municipaux, et entre ceux-ci et les entités publiques et privées. Sa mission consisterait notamment à stimuler et à encadrer les interventions en accessibilité, à concevoir une politique de lutte contre le capacitisme (discrimination systémique fondée sur le handicap), à former les employés et à s’assurer que la réglementation est respectée et appliquée de manière cohérente dans tous les arrondissements. Le bureau emploierait des personnes handicapées spécialistes de l’accessibilité universelle et des droits des personnes handicapées.

Cette démarche s’inspire d’initiatives analogues de villes comme New York, San Francisco, Los Angeles, Boston, Houston, Denver et Chicago qui disposent d’un Mayor’s Office for People with Disabilities jouant un rôle clé et jouissant d’une belle visibilité tant dans l’appareil municipal que dans le public.

Lutte contre le capacitisme

Il faut souligner l’importance du volet « lutte contre le capacitisme ». Pour construire une ville juste, sécuritaire et inclusive pour les femmes et les personnes racisées, il faut comprendre et combattre le sexisme et le racisme. Pour construire une ville juste, sécuritaire et inclusive pour les personnes handicapées, il faut comprendre et combattre le capacitisme. La discrimination fondée sur le handicap est le motif de discrimination invoqué le plus fréquemment devant la Commission des droits de la personne. Selon le plan soumis à la consultation, l’administration compte offrir à ses employés une formation en accessibilité universelle. Pour être complète, celle-ci devra traiter de la question incontournable du capacitisme.

Il est hautement souhaitable que la Ville embauche des personnes handicapées ayant les compétences appropriées pour donner la formation. Cela fait plusieurs années que Montréal prend des engagements et pose des gestes significatifs pour devenir plus accessible et plus inclusive. L’administration actuelle semble déterminée à démontrer son leadership. Tant mieux ! Mais étant donné que la Ville n’a jamais pris que des mesures ponctuelles ne s’inscrivant pas dans une vision concertée, la tâche à accomplir est monumentale. La Ville doit donc donner des preuves tangibles de son engagement en faveur de l’inclusion et de l’accessibilité en créant le Bureau de l’accessibilité universelle et des personnes handicapées.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.