La gauche se trompe lourdement sur la laïcité

L’inclusion de la diversité ne veut pas dire acquiescer à l’obscurantisme. En refusant de dénoncer l’islam politique, la gauche est en train de jeter les gens ordinaires dans les bras de l’extrême droite, estime l’auteure.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir L’inclusion de la diversité ne veut pas dire acquiescer à l’obscurantisme. En refusant de dénoncer l’islam politique, la gauche est en train de jeter les gens ordinaires dans les bras de l’extrême droite, estime l’auteure.

J’avais toujours pensé que les adeptes de la droite sont intransigeants, dogmatiques, qu’ils pensent toujours avoir raison, que l’on ne peut pas discuter avec eux. J’estimais la gauche plus flexible, plus humble, plus conciliante, moins agressive contre ses opposants. Mais, dernièrement, j’ai été surprise par l’ampleur de l’intransigeance de la gauche.

La gauche, à laquelle j’appartiens, n’arrête pas de lancer des insultes gratuites à ceux qui ne sont pas d’accord avec elle. On nous accuse de racisme, d’intolérance et de xénophobie parce que nous sommes pour la laïcité et contre le port de signes religieux dans la fonction publique, ou parce que l’on critique les pratiques misogynes, intégristes, homophobes des religions.

Comment expliquer ce glissement historique d’une gauche qui a toujours été largement anticléricale face à l’Église vers une gauche très défensive quand il s’agit d’appliquer le cadre de la laïcité à l’islam ? La gauche qui a toujours défendu les femmes de l’emprise de la religion est en train de justifier maintenant les excès de l’islam politique misogyne.

Historiquement, ce n’est pas la première fois que la gauche se trouve dans l’erreur. Les intellectuels de la gauche bien-pensante ont refusé de condamner les atrocités commises par Staline parce qu’ils avaient peur de compromettre la Révolution russe du 17 octobre 1917. Les apologistes bien intentionnés de la gauche affirmaient que le véritable ennemi était le capitalisme, et non pas le criminel de Moscou. En réalité, le plus souvent, ils vénéraient Staline, faisant preuve d’une naïveté choquante ou, pire encore, d’une idéologie aveugle. Ce sont ces gens de gauche complaisants que Lénine avait qualifiés d’« idiots utiles ».

À la recherche d’un nouveau prolétariat, cette gauche voit dans les islamistes les damnés de la terre, désormais les victimes de la colonisation et du capitalisme, les victimes de la situation sociale dans laquelle se trouvent les immigrants, les ghettos urbains, le chômage et, selon elles, les victimes de « l’islamophobie », un qualificatif qu’on a concocté pour museler toute critique de la religion. C’est ce que Kamel Daoud, l’écrivain algérien, qualifie de « verdict d’inquisition ».

Aujourd’hui, la gauche a succombé aux sirènes d’un islamisme prétendu victime en s’alliant à ce mouvement intégriste, identitaire misogyne et fasciste des salafistes et wahhabites. C’est une contradiction flagrante avec les valeurs des Lumières, diamétralement opposées aux croyances obscurantistes !

La gauche passe sous silence le fait que les islamistes crient haut et fort, sur leurs propres sites Web et sur toutes les tribunes, qu’ils haïssent les juifs, les chrétiens et les homosexuels, qu’il ne faut pas socialiser avec les mécréants, qu’ils détestent notre démocratie, nos valeurs et notre liberté de conscience et, surtout, notre égalité entre hommes et femmes. Et ils ont l’audace de nous accuser de racisme et de xénophobie !

Pour la gauche, qui préconise le relativisme culturel, toutes les civilisations se valent. Or on banalise les dérives sectaires telles que la lapidation, la polygamie, l’excision, le mariage infantile, les crimes d’honneur, la vengeance et la misogynie. Tandis que les valeurs de l’Occident telles que l’abolition de la peine de mort sont supérieures au maintien de celle-ci, le pardon supérieur à la vengeance et l’amour supérieur à la haine. Cependant, aujourd’hui, ces valeurs sont inversées, comme le dit bien l’écrivain George Orwell dans son roman 1984, « le mal, c’est le bien, la vérité, c’est le mensonge, la guerre, c’est la paix, la liberté, c’est l’esclavage, l’ignorance, c’est la force ».

Comment peut-on défendre le voile islamique au nom de la liberté individuelle ? Selon l’écrivain algérien musulman Kamel Daoud, le voile est « un choix de soumission, une pression sociale et communautaire, une pression identitaire […]. Il n’y a pas d’émancipation dans la soumission. Ces tenues vestimentaires ne sont pas le choix d’une liberté, mais des choix dictés, orientés, marqués idéologiquement et à effet de propagande évident ».

L’écrivain Salman Rushdie, qui vit toujours sous la menace d’une fatwa, s’inquiète de la montée des forces obscurantistes. « Je suis en désaccord fondamental avec ces gens de gauche qui font tout pour dissocier le fondamentalisme de l’islam », affirme-t-il.

L’auteur lance un cri d’alarme en direction de l’Occident. « Cessons, dit-il, de refuser de voir la réalité des origines du djihadisme. » Il dit « comprendre » la crainte de « stigmatisation de l’islam ». Mais, ajoute-t-il, « pour éviter cette stigmatisation, il est bien plus efficace de reconnaître la nature du problème et de le traiter ».

Le romancier pense que s’il publiait Les versets sataniques aujourd’hui, il ne serait pas soutenu comme il l’a été à l’époque. « Aujourd’hui, on m’accuserait d’islamophobie et de racisme. On m’imputerait des attaques contre une minorité culturelle. »

L’inclusion de la diversité ne veut pas dire acquiescer à l’obscurantisme. En refusant de dénoncer l’islam politique, la gauche est en train de jeter les gens ordinaires dans les bras de l’extrême droite. Pire encore, les bien-pensants font du mal à toute la communauté musulmane pacifique qui rejette l’instrumentalisation de sa religion par l’islam politique.

65 commentaires
  • Denys Bouliane - Abonné 26 octobre 2018 01 h 28

    Bravo, mais...

    Bravo, mais...
    Encore faudrait-il que la supposée "communauté musulmane pacifique" se manifeste clairement. C'est à espérer mais peu probable. Mais l'islam peut-il être autre que politique présentement?? Tout comme le christianisme pouvait-il être autre que politique il y a 500 ans? Sommes nous dans le même fuseau temporel historique? L'Occident tente depuis la fin du 18è siècle d'établir la séparation de la religion et de l'état, il n'y a réussi qu'à moitié... C'est probablenment ce qui le rend incapable de réagir à la menace d'une nouvelle emprise de la religion sur l'état civil de droit.

    • Christian Montmarquette - Abonné 26 octobre 2018 09 h 17

      @ Denys Bouliane,

      "Encore faudrait-il que la supposée "communauté musulmane pacifique" se manifeste clairement." - Denys Bouliane

      Ridicule.

      - Est-ce qu'on demande à aux communautés catholiques, juives, protestantes ou raëlliennes pacifiques de se manifester?

      Les communautés pacifiques se manifestent justement par leur pacifisme. En vous rappelant que le pire crime a été commis par un bon p'tit Québécois de souche envers la communauté musulmane lors de la "tuerie de Québec" qui, est-il nécessaire de le rappeler, a fait 6 morts et 17 orphelins, à cause de ce genres propos haineux et irresponsables tenus contre une communauté musulmane qui est très largement et très généralement pacifique et respectent les lois au Québec.

      Christian Montmarquette

    • Dominique Vadeboncoeur - Inscrit 26 octobre 2018 10 h 25

      Je voudrais répondre au ti QS nommément Montmarquette qui en mène large au Devoir avec ses commentaires réducteurs du petit blanc de souche se croyant la version 2.0 de la fausse vertu toujours avec ses comparaisons insignifiantes. Mais il n'y a pas de bouton de réponse.C'est justement à ces Montmarquette que l'auteure s'adresse. Ces faux culs de l'antiracisme qui voient de l'islamophobie partout tout en se laissant sciemment instrumentaliser pour se donner le beau rôle.

      ''SOS sauvons le racisme que je puisse en vivre'' est le leitmotiv de ces censeurs de la fausse rectitude.

    • André Joyal - Abonné 26 octobre 2018 10 h 49

      Monsieur Motmarquette! D'abord laissez-moi vous féliciter pour votre victoire du 1er octobre. Inlassablement au risque de nous en fatiguer, vous avez soutenu que QS se rapprochait de plus en plus du PQ en termes de votes...il va sans dire. Vous aviez raison. L'effet positif d'avoir raison vous a transformé. On ne retrouve plus vos copier-coller ad nauseam contre le PQ. Tout comme le Beaujolais nouveau s'annonce, le Montmarquette nouveau, lui, est arrivé.

      Ceci dit ,je vois que vous me fournissez à nouveau l'occasion d'exprimer mon désaccord avec vous. Oui, c'est un de souche qui a commis l'Irréparable à Québec, et c'est un fils d'Algérien qui en a fait autant à Polytechnique. Mais il n'en demeure pas moins qu'il existe une problématique que l'on ne peut nier : la majorité silencieuse musulmane. Elle laisse tout passer. Rappelez-vous 9-11. A-t-on vu des dénonciations de leaders musulmans d'ici et d'ailleurs ? Très peu. Leur argument étant : «C'est compliqué» Oui, compliqué et non complexe. Quand on dit « c'est compliqué » on veut dire : on n'y peut rien, c'est ainsi, inutile d'insister. Alors qu'avec la complexité, il y a des marges de manoeuvre si on s'en donne la peine de les utiliser.

    • Christian Montmarquette - Abonné 26 octobre 2018 16 h 44

      "Je voudrais répondre au ti QS nommément Montmarquette.." - Dominique Vadeboncoeur

      16h40, et 8 likes là-dessus.

      Ça donne une idée du niveau intellectuel et du niveau de respect qui règnent sur cette tribune qui ressemble de plus en plus à la cohorte de nationalistes identitaires de bas étages qui hantent les pages des journaux jaunes à Pierre Karl Péladeau.

      Consternant.

    • Gilles Théberge - Abonné 26 octobre 2018 18 h 07

      Probablement que mossieur Montmarquette n’a pas vu le film « Quand les pouvoirs s’emmêlent », où j’ai compris que la laïcité n’est pas un combat contre l’islam, mais un combat contre toutes les religions, afin de nous assurer que toutes, puissent être respectées..

    • Jean-François Trottier - Abonné 27 octobre 2018 09 h 05

      @ Montmarquette

      "Ça donne une idée du niveau intellectuel et du niveau de respect qui règnent sur cette tribune".
      Niveau que vous engendrez à coup de mensonges continus. Vous participez de cette gauche dogmatique, intransigeante et insultante, qui entre autre fait preuve d'âgisme au sujet du PQ.
      Des dizaines de fois vous avez utilisé l'argument de l'âge pour me répondre, je le sais!
      Vous faites du votre pitchage de bouette perpétuel.

      Madame Alexan vient simplement de réaliser la différence entre la gauche pragmatique, qui tient à arriver à des consensus avec toutes les tranches de la population y compris les sociopathes (40% de toute société, hé!) et l'autre dont vous êtes, qui place la morale au-dessus de tout et condamne, accuse, vitupère et promet bien sûr le paradis.
      L'URSS aussi était extrêmement morale. Le PCQ aussi. Et QS son fils, et vous, itou.

      Marx aussi était très moral : il a parlé pendant des centaines de page du Capital et des capitalistes, avec une haine impressionnante.
      Puis il s'est prétendu le représentant universel des pauvres, après n'avoir parlé que des riches! Wow!

      Comme vous qui vous accordez le vote des pauvres automatiquement. Quelle pitié intellectuelle, quel vide démocratique!

      Dernièrement on a pu démontrer que :
      - Vous avez passé votre arithmétiqe au primaire. Bravo!
      - Vous ne comprenez rien à la fiscalité ni à l'économie.
      - Vous écrivez "CQFD" à la fin de vos lettres pour faire croire que vous utilisez une certaine forme de logique éthérée.
      - Vous ne répondez à aucune question pertinente, par exemple "Combien de fédéralistes seront tolérables dans votre constituante élue pour ne pas mettre le processus en jeu ?" Trois fois je vous ai posé la même question, trois fois sans réponse.

      Le pire est que vous n'êtes qu'un représentant moyen de la mentalité toute-puissante et hautement morale de QS.

    • Christian Montmarquette - Abonné 27 octobre 2018 12 h 17

      @ Gilles Théberge,

      J’ai compris que la laïcité n’est pas un combat contre l’islam, mais un combat contre toutes les religions, afin de nous assurer que toutes, puissent être respectées.." - Gilles Théberge

      En ce qui me concerne, il est clair que vous n'y comprenez rien.

      La laïcité de l'État n'est pas un "athéisme d'État", mais la neutralité de l'État face à toutes les religions mises sur un même pied d'égalité de manière à ce qu'il n'y ait pas une religion dominante, une religion d'État:

      "En droit, la laïcité est le principe de séparation dans l'État de la société civile et de la société religieuse, d'impartialité ou de neutralité de l'État à l'égard des confessions religieuses. Le mot désigne par extension le caractère des institutions, publiques ou privées qui sont indépendantes du clergé et des églises . La laïcité s'oppose à la reconnaissance d'une religion d'État." - Wikipédia

  • Serge Pelletier - Abonné 26 octobre 2018 03 h 39

    Et vous êtes surpris du fait que...

    Et vous êtes surpris du fait que : "La gauche passe sous silence le fait que les islamistes crient haut et fort, sur leurs propres sites Web et sur toutes les tribunes, qu’ils haïssent les juifs, les chrétiens et les homosexuels, qu’il ne faut pas socialiser avec les mécréants, qu’ils détestent notre démocratie, nos valeurs et notre liberté de conscience et, surtout, notre égalité entre hommes et femmes. Et ils ont l’audace de nous accuser de racisme et de xénophobie !"
    Savez-vous que les bambins se retrouvent dans des classes où le "maître" leur fait réciter le Coran, leur fait apprendre par coeur toutes les indications du Coran... Ce qui inclue que les jufs sont des singes et les chrétiens des porcs, que les mécréants... etc. CE DÈS LE PLUS TENDRE ENFANCE... Ces écoles coraniques sont l'équivalence des garderies ici, ou des crèches à la française. Comment s'étonner que 20, 25, ou 30 ans plus tard des "fêlés du pompon" commettent des ci et des ça...
    D'ailleurs qui se souvient des années 60, des années 70, où les femmes étaient toutes vêtues à l'occidentale... Que le voile, peut importe le type, était rarisisme et très mal vu de toute la population. Que le Général Président Gamal Abdel Nasser Hussein ridiculait en public, à la télévivion, et en parlement les mollahs qui demandaient que le port du volle soit autorisé... Qu'antérieurement le père de la nation turc moderne le général président Mustafa Kemal Pacha, dit Atatürk, avait dès son arrivée au pouvoir tout fait pour interdire le port du voile (peu importe le type), et que pour s'assurer que la prescription serait respectée, passer une loi mentionnant que toutes les prostituées devaient porter le volle cde par la Loi... Inutile de dire que même les maris les plus religieux et orthodoxes arrachèrent immédiatement les "voiles" de leurs épouses...
    Maintenant c'est le contraire, l'occident et ses populations "natives" doivent se plier aux dictats et caprices vestimentaires d'excités religieux mahométans.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 27 octobre 2018 11 h 29

      Êtes-vous surpris que C.Montmarquette ne réponde pas au commentaire de Serge Pelletier ?

  • Marco Micone - Abonné 26 octobre 2018 06 h 07

    Votre gauche n’est pas la mienne

    Vous ne faites que répéter la rhétorique de Finkielkraut et de Zemmour en France.
    Les musulmans du Québec ne sont pas comptables des exactions et atrocités
    commises par des régimes islamistes. Faut- il tenir responsables les catholiques
    de l’Inquisition et des complicités de l’Église catholique avec de nombreux régimes
    fascistes?

    Marco Micone
    Montréal

    • André Joyal - Abonné 26 octobre 2018 08 h 50

      Mme Alexan, si votre gauche (et la mienne) n'est pas celle de M.Micone, je reconnais parfaitement celle, ici de QS, et de France. Cette dernière l'an passé fut pratiquement rayée de la carte pour avoir tournée le dos à ceux qu'elle a toujours défendus. Il ne reste que les criards de la France insoumise pour continuer de défendre cet islamisme que vous décrivez si bien, ignorant totalement les Français de souche victimes de la mondialisation.
      «Ce sont ces gens de gauche complaisants que Lénine avait qualifiés d’« idiots utiles ».Je vous sais gré de m'apprendre que cette expression vient de Lénine.

    • André Joyal - Abonné 26 octobre 2018 09 h 07

      Je poursuis. M. Micone. Vous lisez vraiment Finkielkraut et Zemmour? J'en doute. Moi, oui, en plus de Kamel Daoud, Boualem Sansal, Michel Onfray Pascal Bruckner et même des auteurs de droite comme Philippe de Villiers. Mais, je vous recommande une auteure que vous ne devez pas connaître, que nous connaissons grâce à Christian Rioux : Géraldine Smith: Rue Jean-Pierre Timbaud, Stock. Ce dernier ouvrage vous fera comprendre le point de vue de Mme Alexan soutenu sans relâche dans ses pages.Oui, lisez autre chose que «Libération» - que j'ai beaucoup lu -, tout comme Le Monde des années 65 à 2000.

    • Guy LeVasseur - Abonné 26 octobre 2018 09 h 10


      Pathétique tentative de disculper l'islam politique fondamentaliste obscurantiste qui existe bel et
      bien au Québec, quoique très minoritaire, mais extrêmement bien organisé et largement financé
      de l'extérieur du Québec.

      Qui plus est, associer madame Alexan aux Finkielkraut et Zemmour de France est un raccourci
      d'une incroyable malhonnêteté intellectuelle qui confirme votre totale absence d'arguments sauf
      celui d'être un ''idiot utile'' de l'islam politique salafiste. .

    • Cyril Dionne - Abonné 26 octobre 2018 09 h 11

      Et vous, vous ne faites que répéter la rhétorique des islamistes. Votre comparaison avec l’Inquisition ne tient pas la route. Nous sommes en 2018 et il y a longtemps que l’église catholique ne fait plus partie des meubles au Québec alors que pour les exactions et atrocités commises par les islamistes, elles sont monnaie courante aujourd’hui.

      La gauche multiculturelle de la très Sainte rectitude politique n’est plus la gauche des travailleurs et des pauvres, mais bien celle d’une faction extrémiste qui ne conjugue qu’à l’extrême gauche. Je suis de centre-gauche, mais pas de cette gauche qui va à l’encontre de la liberté de conscience et d’expression en plus de tolérer le sexisme et l’homophobie chez les adeptes de l’islam.

      En passant, bravo Mme Alexan. Votre lettre est un bijou et vous avez vraiment mis les points sur les « i » en ce qui concerne une superstition créationniste aux amis imaginaires qui tarde à quitter l’obscurantisme du Moyen-âge. Nous sommes les dignes héritiers des Lumières.

      Cyril Dionne

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 26 octobre 2018 09 h 13

      Je m'efforce en général de lire très attentivement les commentaires de madame Alexan, même s'ils donnent régulièrement la désagréable impression de n'être que de simples copier coller. Cette fois-ci, je m'arrête très vite. En effet, « sa » gauche, elle ne s'en réclame ici que pour mieux dénoncer « la » gauche. Je la laisse à ses petites querelles de clochers idéologiques.

    • Yves Laframboise - Abonné 26 octobre 2018 11 h 36

      Voici un copier-coller qui me semble très juste :

      « Ancrés dans la certitude que le mal procède, en dernier ressort, de l'inégalité, ces gouvernements s'obstinent à ne pas voir que l'islamisme radical est une réaction non à ce que l'Occident a d'oppressif, mais à ce qu'il a d'émancipateur. »
      Alain Finkielkraut, La seule exactitude, page 245.

    • Françoise Labelle - Abonnée 27 octobre 2018 08 h 00

      En effet, M.Micone, on peut très bien être de gauche et souhaiter la laïcité de l'État claire et nette comme en France où il y a un débat entre la gauche républicaine et la gauche style anglo-saxon.
      Le texte ci-haut n'est qu'une maladroite tentative de polarisation manichéenne.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 27 octobre 2018 09 h 05

      Tout à fait d'accord, madame Labelle. A sa décharge, elle n'a pas inventé le procédé.

    • Nadia Alexan - Abonnée 27 octobre 2018 10 h 13

      À monsieur Marco Micone: C'est qui «Finkielkraut et Zemmour?» C'est la première fois que j'entends leurs noms. Il faut avoir un meilleur argumentaire pour faire passer vos idéés.

  • Bernard Terreault - Abonné 26 octobre 2018 08 h 14

    Argumentation bien structurée

    L'argumentation la plus élaborée que j'aie lue sur la question. Difficile de la rejeter du revers de la main.

    • Jean Jacques Roy - Abonné 27 octobre 2018 05 h 28

      C’est consternant!!
      Lire un long texte polémique, le trouver “bien” structurée.... sans se rendre compte que toute l’argumentation repose sur de grossiers sophismes: caricaturer la position d’un pseudo adversaire, généraliser et déformer pour s’objecter, faire appel aux sentiments, faire appel à l’autorité, décontextualiser...

      Bref, un argumentaire idéologique idéologisant, qui ne résisterait pas aux exigences de l’examen de Philo 101.

  • Marc Therrien - Abonné 26 octobre 2018 08 h 26

    Pour plus de sécurité, pour en finir avec le doute, choisir la droite


    Votre texte me ramène à ce qu’un compagnon philosophe me disait récemment : à la croisée des chemins, quand l’incertitude et l’imprévisible deviennent intolérables, que le doute me mine et que je perds la foi en la capacité de l’humanité de continuer à progresser dans un humanisme fécond, mû par mon instinct de conservation, je choisis la droite pour continuer mon chemin. Et comme disait l’autre : je ne sais pas où je vais, mais j’avance.

    Marc Therrien

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 27 octobre 2018 12 h 13

      Apres 15 ans de droite au Québec,croyez-vous que vous avez avancé ou régressé et qu'avec
      encore 4 ans de droite ,à mon avis,sera le statut quo au mieux .On verra.