Je suis un Montréalais du Bas-du-Fleuve

S’il est facile pour les jeunes de Rimouski de migrer vers Montréal, les immigrants devraient pouvoir s’installer aussi harmonieusement dans le Bas-du-Fleuve, pense l'auteur.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir S’il est facile pour les jeunes de Rimouski de migrer vers Montréal, les immigrants devraient pouvoir s’installer aussi harmonieusement dans le Bas-du-Fleuve, pense l'auteur.

Opposer « les régions » à Montréal, comme on le fait beaucoup au Québec depuis l’affaire d’Hérouxville, ne m’intéresse pas. Tous les jours, je nous entends chercher celui des deux qui enfantera les vrais Québécois et je baye aux corneilles. Cette dialectique entre de prétendus « urbains » — invariablement montréalocentrés, multiculturalistes, anglophiles et de gauche — et de prétendus « campagnards » — amants de la langue française et du patrimoine, défenseurs de la nature, fiers descendants des patriotes — repose à mon avis sur des postulats périmés.

D’abord, Montréal n’est pas une chose autoportante. J’y ai vécu 25 ans et, parmi les gens que je connais, je compte sur les doigts de ma main ceux qui y sont nés. Je n’ai eu pour voisins que des natifs de l’Abitibi, de la Gaspésie, de la Beauce, du Lac-Saint-Jean, des Innus du Nitassinan… Montréal est en grande partie faite des gens de toutes les régions du Québec. Elle n’est pas ce lieu hors du « Québec véritable » que l’on dépeint souvent.

J’habite maintenant le Bas-du-Fleuve. Ici, la plupart de mes amis ont vécu, travaillé, étudié à Montréal ou à Québec. Puisque nous sommes de plus en plus universitaires et de plus en plus nombreux à travailler dans le secteur tertiaire et aussi bien parce que nous sommes un pays d’immigration, ce phénomène ira en s’amplifiant. Grâce au don d’ubiquité que confère le Net, nous nous déplacerons souvent au cours de nos vies. Et nous travaillerons de plus en plus depuis l’hinterland. Nous sommes en mouvement.

Nous serons des métis, nous serons multiples, nous serons hybridés. Notre identité ira en se complexifiant. On dit que la génération de mes enfants changera de métier, de territoire, de vie, d’amoureux, de vocation, voire de sexe quatre fois durant son existence. C’est parfait. L’homogénéité m’angoisse terriblement, moi. Et je ne me sens jamais autant en sécurité, parmi les miens, que lorsque je suis entouré d’altérité.

Je dirais que j’appartiens également et fièrement à Montréal et au Bas-du-Fleuve. Ces deux manières d’être, ces deux qualités de vie, je les marie. Pour moi, le Québec véritable est autant le Punjab Palace de Parc-Ex que la fosse aux bélugas entre Gros-Cacouna et la pointe ouest de l’île Verte. Ma fierté de Québécois tient autant au malstrom de Côte-des-Neiges qu’à Fred Pellerin. Et je n’ai pas l’intention de choisir. Je suis un Montréalais du Bas-du-Fleuve ; je suis un Bas-Laurentien de Montréal. Je ne me passerai ni de l’un ni de l’autre. J’aime mon pays au complet.

Vision d’État

Comment court-circuiter les oppositions apparues dans nos discussions depuis Bouchard-Taylor ? Comment éviter que les fossés se creusent entre les camps et que l’on bascule dans de graves conflits où « métropolitains » et « provinciaux », « nationaux » et « étrangers » s’affrontent ? Comment reléguer rapidement au cadet de nos soucis les détails ethniques qui distraient tant les Européens ?

Je pense qu’il faut travailler plus activement à rapprocher les gens. Géographiquement, je veux dire. Pour nous assurer de prendre le virage de la postmodernité et faire corps comme peuple ; fabriquer du commun avec tout ce que nous avons été, tout ce que nous sommes et tout ce que nous serons. Je pense qu’il faut développer une vision d’État fondée sur l’occupation du territoire. Car la mobilité géographique n’est pas également accessible à tous ; je pense en particulier aux nouveaux Québécois.

S’il est facile pour les jeunes de Rimouski de migrer vers Montréal, les immigrants devraient pouvoir s’installer aussi harmonieusement dans le Bas-du-Fleuve. À mon avis, c’est ça le vrai secret pour torpiller les peurs et les ignorances. Se voir. Vivre et faire des choses ensemble. C’est ça, le vrai secret pour bâtir de quoi. On en parle depuis longtemps. Ça doit à mon avis devenir une priorité nationale.

Les premiers Canadiens envoyaient certains des leurs vivre en éclaireurs parmi les autochtones : les truchements. Ils avaient pour mandat, le temps d’un hiver, d’apprendre leur langue, leurs coutumes, de décrypter leurs lois et leurs savoir-faire pour ensuite en instruire (ou en faire profiter) la France.

La beauté de l’histoire est, comme on le sait, que beaucoup d’entre eux, séduits par la vie sauvage, ne sont jamais revenus. Les religieux disaient, non sans mépris, qu’ils s’étaient ensauvagés. Ces gens sont nos ancêtres cosmiques. Je partage leur détestation instinctive du colonialisme et des diktats, leur goût de la transgression, leur amour de la forêt, de la vie, de l’aventure. Je reconnais leur bravoure.

De la même façon, je pense que les nouveaux héros du Québec sont cette Aminata arrivée récemment du Congo et devenue fonctionnaire à Rouyn-Noranda ; ce Moustafa qui a ouvert un petit resto extraordinaire à Carleton-sur-Mer ; ce Boucar venu du Sénégal pour nous apprendre ce que le poisson de la baie des Chaleurs mange en hiver ; cette Naomi née à Uashat et devenue écrivaine-phare de sa génération ; cet Amir né en Iran devenu député du Plateau-Mont-Royal pour notre plus grand bien ; ce Patricio né au Chili devenu l’un des grands réalisateurs de films documentaires du Québec.

Ils sont les truchements des temps modernes. Ils méritent notre respect. Ils sont beaux. Ils sont courageux. Ils sont notre avenir. Et tous les jours, ils m’inspirent ces questions : à quel moment suis-je le premier à ouvrir une porte ? Quelle part de truchement y a-t-il dans ma vie ? Suis-je à la hauteur de la bravoure et du sens de l’aventure de mes ancêtres sang-mêlé ?

Ce texte fait partie du dossier « Le Québec conscient », de Nouveau Projet, recensant 18 questions, grandes absentes du débat électoral, qui méritent notre attention.

Des Idées en revues

Chaque mardi, Le Devoir offre un espace aux artisans d’un périodique. Cette semaine, nous vous proposons une version abrégée d’un texte paru dans la revue Nouveau Projet, automne-hiver 2018, no 14.


À voir en vidéo