Les illusions perdues

«La question environnementale ne s’est pas arrimée dans le cerveau humain», croit l'auteur. 
Photo: Orlando Sierra AFP «La question environnementale ne s’est pas arrimée dans le cerveau humain», croit l'auteur. 

J’enseigne l’économie de l’environnement à l’Université de Sherbrooke. Il y a deux ans, j’ai invité l’ex-commissaire au développement durable du Québec, Harvey Mead, à donner une conférence dans un de mes cours et j’ai souri d’un air condescendant quand il a lancé à mes étudiants qu’il était trop tard pour la lutte contre les changements climatiques et qu’ils devaient arrêter de faire des enfants. Toute la classe était sonnée et les applaudissements furent polis, sans plus.

L’année suivante, j’ai invité celui qui allait devenir l’émissaire pour les changements climatiques du gouvernement du Québec, Jean Lemire, à donner une conférence similaire. Son constat fut moins abrupt, mais hélas sans appel : il n’y croyait plus.

Récemment, le chroniqueur vedette Patrick Lagacé nous a expliqué qu’il ne parlait jamais de réchauffement climatique, car il était trop tard pour renverser la vapeur. « Nous sommes cuits », lançait-il. Une position un tantinet irresponsable, pensai-je, pour un chroniqueur influent.

Comme collaborateur du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), j’ai refusé de baisser les bras face au défi climatique, a fortiori devant mes étudiants, envers lesquels je me suis toujours senti la responsabilité de ne pas les décevoir, devant leur regard pétri d’espoir. C’était avant la récente démission de Nicolas Hulot, ministre français de la Transition écologique, qui « n’y croit plus » et qui est frustré de s’« accommoder des petits pas alors que la situation mérite qu’on change d’échelle ».

Les commentateurs d’ici ont surtout parlé de la manière dont il a démissionné (à la radio, en direct, sans avoir prévenu Emmanuel Macron au préalable), comme si cela avait une quelconque importance devant la gravité du problème.

La question environnementale ne s’est pas arrimée dans le cerveau humain. Trop loin dans le temps, trop distante de soi, trop immense pour qu’on puisse individuellement y faire quoi que ce soit.

Les gouvernements, ces « despotes bienveillants », protecteurs du bien commun, auraient dû en principe se porter à la défense de la planète, mais ils sont toujours prisonniers de leur « court-termisme ». On a bien essayé de les convaincre, nous, scientifiques, qu’une des premières voies à privilégier était de mettre un prix conséquent sur la pollution, un b-a ba de l’économie de marché, mais on assiste malheureusement à un déficit de courage politique. Et plus on attend, plus les mesures correctrices devront être radicales.

Urgence de la situation

En date d’aujourd’hui, plusieurs économistes évoquent une taxe sur le carbone de 200 $/tonne au minimum comme mesure d’atténuation. Une telle taxe aurait pour conséquence de majorer le prix du litre d’essence de 47 ¢ le litre. Pour information, la taxe carbone fédérale est de 10 $/tonne (2 ¢/litre) et le marché du carbone Québec-Californie nous donne un prix de 17 $/tonne (4 ¢/litre). On est loin du compte ! Et en plus, une molécule de carbone a une durée de vie de 100 ans, alors avant que ça baisse…

Devant l’urgence de la situation, plusieurs scientifiques ont proposé, pour accélérer le mécanisme d’atténuation, une taxe sur le méthane, un gaz 86 fois plus puissant à réchauffer l’atmosphère que le carbone sur un horizon de 20 ans. Mais voilà, cela nous obligerait à transformer de façon radicale toute la chaîne de production agroalimentaire et de taxer la viande en conséquence.

Et même là, Hulot n’y croit plus. Le problème est à la racine, nous dit-il, et cette racine, c’est l’économie de marché. La recherche constante du profit, la magnification perpétuelle de la concurrence, ce modèle dominant du libéralisme débridé où le consumérisme fait office de religion, tout cela se révèle un cancer pour l’environnement. Et alors que nous devrions subordonner toutes nos décisions à l’état de l’environnement, nos politiciens se complaisent dans de lamentables arbitrages qui ne visent qu’à gagner une poignée de votes dans une circonscription. Le Québec subit cinq canicules en un seul été et nous nous extasions devant la bonification des chèques à la naissance d’enfants ou devant les lunchs promis dans les écoles. Dérisoire électoralisme. La Colombie-Britannique brûle pendant que cinq provinces canadiennes remettent en cause la tarification du carbone comme mesure d’atténuation des changements climatiques. Lamentables reculs.

Hulot n’y croit plus. Moi non plus. « On a besoin d’une profonde introspection sur la réalité du monde », disait-il. Je regarde mes étudiants, dont certains proposent la voie de la décroissance économique ou d’une croissance limitée comme seule planche de salut au plus grand défi auquel le monde est confronté. Et on les traite d’utopistes quand c’est notre monde actuel qui incarne l’utopie de la satisfaction illimitée des besoins dans un monde aux ressources limitées.

Pourtant, ce sont ces jeunes qui portent l’avenir. Et j’ose espérer qu’ils sauront investir ce qui nous reste d’institutions démocratiques pour imprimer le virage radical dont nous avons urgemment besoin. Cédons-leur donc la place !

À voir en vidéo