L’avenir des musées du pays est en jeu

Plusieurs musées canadiens ne bénéficient d’aucun soutien gouvernemental pour acquérir des œuvres et dépendent presque uniquement de la générosité de donateurs, soulignent les auteurs.
Photo: Yuri Arcurs Getty Images Plusieurs musées canadiens ne bénéficient d’aucun soutien gouvernemental pour acquérir des œuvres et dépendent presque uniquement de la générosité de donateurs, soulignent les auteurs.

Lettre adressée à Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme

À la suite de la récente décision de l’honorable juge Manson dans l’affaire Heffel Gallery Limited c. le Procureur général du Canada (2018 CF 605), c’est avec une immense inquiétude pour l’avenir de notre patrimoine canadien que nous faisons appel à vous : les conséquences de ce jugement sont graves.

L’interprétation très restrictive de la Loi sur l’exportation et l’importation de biens culturels par la Cour fédérale constitue une menace directe pour l’enrichissement de notre culture canadienne, universaliste et multiculturelle, car elle ne considère que la dimension strictement canadienne comme étant d’importance nationale.

Mais comment bâtir notre patrimoine commun en évaluant de manière très limitative la pertinence d’inclure les maîtres comme Rembrandt ou Chagall ? Les oeuvres des artistes d’Afrique, des Amériques ou d’Asie ne seraient pas considérées comme exemplaires de notre histoire collective ? Comment exclure d’emblée les cultures du monde de l’édification de notre société canadienne alors qu’elle se caractérise par sa diversité ? Devons-nous expliquer aux futures générations que les oeuvres internationales pourraient être exclues de l’imaginaire canadien ? Une sculpture de Grèce ou d’Égypte ancienne ? Une collection de calligraphies japonaises ou chinoises ? Des oeuvres contemporaines de Warhol ou de Basquiat ? Comment construire un Canada inclusif quand nous refusons — au plus haut niveau de la nation — les dons d’oeuvres de maîtres universels ? Quand nous nous refusons à en protéger désormais l’exportation ?

Cette décision a une incidence grave sur la réputation du Canada en tant que société ouverte, alors que nos multiples origines sont notre source de fierté. Selon le recensement national, nos immigrants constituent 21,9 % de notre population. Trois enfants canadiens sur dix sont des immigrants de la deuxième génération. Nos musées doivent exposer le meilleur du patrimoine universel pour tous nos publics canadiens issus — ou non — de la diversité.

Cette décision met en péril les dons aux institutions canadiennes ayant pour objectif d’enrichir notre culture commune. Rejeter ces oeuvres, objets d’art ou artefacts pour la raison qu’ils sont sans lien direct avec l’histoire canadienne impose des restrictions dramatiques à notre patrimoine collectif et décourage nos donateurs potentiels. Nul doute que ces oeuvres, objets et artefacts, tant convoités à l’international, iront facilement s’exporter et se vendre ailleurs, ou seront offerts à d’autres musées. En acceptant l’exportation de toutes les oeuvres non canadiennes et en refusant de les considérer comme biens d’importance nationale, le Canada perdrait son leadership sur le plan culturel et multiculturel.

Plusieurs musées canadiens ne bénéficient d’aucun soutien gouvernemental pour acquérir des oeuvres et dépendent presque uniquement de la générosité de donateurs. Ainsi, de nombreuses collections des plus importants musées canadiens se sont bâties grâce à des dons d’oeuvres à caractère encyclopédique et international.

Selon l’interprétation du juge Manson, la donation de Kenneth Thomson de sa collection d’objets d’art de la Renaissance à l’Art Gallery of Ontario et celle des tableaux hollandais du XVIIe siècle de Michal Hornstein au Musée des beaux-arts de Montréal — les deux donations les plus importantes de collections d’oeuvres d’art à ce jour dans l’histoire canadienne — ainsi que la donation de Ben Weider des objets de Napoléon auraient pu être déclinées, engendrant une perte énorme pour notre patrimoine canadien en plus de porter atteinte au paysage culturel canadien.

Urgence d’agir

Depuis plus de quarante ans, la Loi sur l’exportation et l’importation de biens culturels a permis l’enrichissement de notre patrimoine collectif en plus d’inciter les donateurs à choisir le don plutôt que la vente de leurs oeuvres. Cette décision de la Cour fédérale met en péril les incitatifs fiscaux liés à des dons majeurs d’oeuvres d’art et, conséquemment, entrave la préservation de la richesse multiculturelle de nos collections.

Il est urgent d’agir : déjà, les dons en cours sont bloqués, empêchant nos institutions d’acquérir des oeuvres majeures… et même provenant de collections canadiennes reconnues. La situation est également alarmante parce que les examens liés aux exportations sont stoppés, risquant d’expulser l’histoire de la culture du monde par-delà nos frontières.

Au nom de l’ensemble de nos institutions au service des besoins éducatifs et du vivre-ensemble des Canadiens, nous faisons appel à l’esprit d’ouverture qui forge la réputation d’excellence du Canada dans le monde. Nos héritages universels — canadiens ou non — sont aussi précieux que variés. Le Canada n’est pas un îlot culturel : il participe à la culture universelle en la gardant vivante.

Nous demandons au gouvernement d’accélérer le processus en appel, car chaque jour compte : la situation est très urgente.

* Cette lettre est signée par :

Kathleen S. Bartels, directrice, Vancouver Art Gallery; Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef, Musée des beaux-arts de Montréal; Stephen D. Borys, directeur général, Winnipeg Art Gallery; Christiane Germain, présidente, Musée national des beaux-arts du Québec (Québec); Stephan F. Jost, directeur Michael et Sonja Koerner, et p.-d.g., Art Gallery of Ontario (Toronto); Stéphan La Roche, directeur général, Musée de la civilisation (Québec); Susanne Sauvage, présidente et chef de la direction, Musée McCord (Montréal) etJohn Zeppetelli, directeur général et conservateur en chef, Musée d’art contemporain (Montréal).

5 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 31 août 2018 09 h 14

    Qui en profite ?

    Qui va au MBA, à l'OSM ou au TNM ? La classe privilégiée et la classe moyenne supérieure. De revenu un peu plus que moyen, j'avoue parfois sentir un malaise de voir mes sorties culturelles subventionnées. N'y a-t-il pas des besoins plus criants ? Je me justifie en me disant que c'est aussi nous qui payons le gros des impôts.

    • Loraine King - Abonnée 31 août 2018 12 h 53

      J’ignore ce qui en est au Québec, mais pour ce qui est de la Galerie d’art de l’Ontario, on peut visiter gratuitement le mercredi soir de 6 à 9, et c’est gratuit pour les 14-25 ans tous les jours après 15 heures.

      Nous avons souvent visité des musées avec nos enfants. C’était définitivement moins dispendieux que le cinéma.

  • Daniel Gagnon - Abonné 31 août 2018 10 h 03

    Encore un déni de l'art

    Nous sommes de plus en plus mis en boîte, muselés (sans faire de jeux de mots) par des positions rétrogrades, des attitudes fermées et prohibitives, par des réactions incultes et répressives, des jugements restrictifs!

    Imaginons cela en France: ne pas garder des Chagall, des Modiano, des Picasso, des Soutine, des Kandinsky! Ce serait l'impensable!

    Sauf qu'ici, c'est encore c'est l'étroitesse d'esprit et le vide, un déni de l'art!

    • Daniel Gagnon - Abonné 31 août 2018 11 h 45

      Des Modigliani!

  • Daniel Gagnon - Abonné 31 août 2018 10 h 43

    Encore un déni de l'art

    Nous sommes de plus en plus mis en boîte, muselés (sans faire de jeux de mots) par des positions rétrogrades, des attitudes fermées et prohibitives, par des réactions incultes et répressives!

    Imaginons cela en France: ne pas garder des Chagall, des Modiano, des Picasso, des Soutine, des Kandinsky! Ce serait l'impensable!

    Sauf qu'ici, c'est l'étroitesse d'esprit et le vide, un déni de l'art!