Il faut mieux protéger les défenseurs des droits de la personne

La police algérienne procède à des arrestations lors d'une manifestation anti-gouvernementale.
Photo: Farouk Batiche Agence France-Presse La police algérienne procède à des arrestations lors d'une manifestation anti-gouvernementale.

Comme le montre l’actuelle profusion d’arrestations de défenseurs des droits de la personne en Arabie saoudite, en Algérie et ailleurs dans le monde, les pays qui y procèdent semblent pouvoir agir en toute impunité.

Human Rights Watch et Amnesty International dénoncent actuellement le gouvernement saoudien, qui a demandé la peine de mort contre cinq militants des droits de la personne, dont une femme qui a documenté des manifestations antigouvernementales. « Le reste du monde ne doit pas continuer de détourner le regard pendant que se poursuit cette persécution incessante exercée contre celles et ceux qui défendent les droits de la personne en Arabie saoudite », affirmait récemment la directrice des campagnes pour le Moyen-Orient à Amnesty International, Samah Hadid. En Algérie, Merzoug Touati, qui vient de suspendre une grève de la faim de 38 jours, a pour sa part été condamné à sept ans de prison pour des textes publiés sur Internet qui ne montrent ni incitation à la violence ni appel à la haine selon Amnesty International. Le gouvernement algérien reste sourd aux demandes de libération que lui font plusieurs organismes de la société civile algérienne qui ont organisé de nombreuses manifestations.

Des mesures insuffisantes

Il est actuellement évident que les mesures de protection des défenseurs des droits de la personne sont insuffisantes dans ces situations. Depuis l’adoption à Paris de la Déclaration universelle des droits de l’homme par l’Assemblée générale des Nations unies en décembre 1948, ses défenseurs sont pourtant centraux à son application. En dénonçant les violations que commettent les pays, ils alertent l’ONU et méritent donc, à ce titre, une protection spéciale. Pour tenter de la leur donner, une Déclaration sur les défenseurs des droits de la personne a donc été adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies en 1998. Cette déclaration ne donne cependant pas aux défenseurs de nouveaux droits. Elle tente de faciliter l’application de ceux existant déjà, de créer des synergies sur le plan de la collecte d’informations et d’aider des organisations de défenseurs des droits de la personne.

Avoir les outils nécessaires

Le Nouveau manuel de protection pour les défenseurs des droits humains, publié par Protection International en 2009, est éloquent à ce sujet. Cette publication soutenue par de nombreux groupes, incluant l’Initiative européenne pour la démocratie et les droits de la personne, montre combien désarmés sont ceux qui défendent ces droits. On y parle de la méthode pour protéger ses sources et ses informations ainsi que des procédures à prendre pour ne pas être arrêté. Le chapitre « Détention, arrestation, enlèvement et capture d’un défenseur » se résume à trouver la manière de ne pas se faire capturer ou d’informer le plus rapidement possible ses proches et organismes de défense des droits de la personne que l’on vient d’être arrêté. Si des mécanismes de protection ont été créés, comme le Rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des défenseurs, le problème fondamental vient de la Déclaration universelle des droits de l’homme elle-même, qui n’a que la valeur d’une proclamation de droits. D’ailleurs, dès son adoption, l’Arabie saoudite contestait l’égalité homme-femme qui y était inscrite. Or, comme l’affirme la ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström, les droits des femmes sont des droits de la personne. Le royaume saoudien et de nombreux autres pays continuent cependant à les violer impunément et à emprisonner ceux qui les dénoncent.

En ce début de XXIe siècle, la communauté internationale doit avoir les outils nécessaires pour empêcher les dirigeants de pays de faire de la répression ciblée contre les militants des droits de la personne. L’ONU doit de toute urgence adopter une panoplie de règlements pour empêcher qu’ils soient agressés dans quelque pays que ce soit. Ils sont ceux qui sont sur la ligne de front et doivent se battre pour une charte qui a été dûment adoptée par les Nations unies. Elles devraient leur offrir une protection internationale suffisante pour que tout pays y réfléchisse à deux fois avant de les attaquer. L’Arabie saoudite doit non seulement savoir que ces emprisonnements sont dénoncés par les pays du monde entier qui respectent les droits de la personne, mais aussi qu’il y aura des conséquences internationales à ces actions intolérables. Emprisonner, torturer ou exécuter une personne pour des activités liées à la défense des droits de la personne devrait entraîner une punition internationale si forte que tous les dirigeants de pays n’osent pas le faire.

5 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 31 août 2018 09 h 52

    Lentement...

    Une idée fort intéressante, bien nécessaire. Encore faut-il vaincre les réticences, les oppositions de plusieurs États (leurs dirigeants). L'ONU ne peut faire plus que ce que ses États membres lui permettent de faire. Disons qu'en ce qui concerne le respect et la promotion des droits de la personne bien des États avancent fort lentement. De même aussi forcément l'ONU. Mais comme dit l'expression, '' Rome ne s'est pas faite en un jour''!

    M.L.

    • Nadia Alexan - Abonnée 31 août 2018 11 h 00

      «Rome ne s'est pas faite en un jour!» Monsieur Lebel, mais entre-temps les gens innocents qui revendiquent la justice sociale, sont condamné à mort.
      L'hypocrisie des pays occidentaux est palpable. On pourrait facilement boycotter l'Arabie saoudite par le biais du commerce, par exemple, mais les dirigeants de ces pays, dits avancés, défendent les droits humains au bout des lèvres. La volonté de résoudre le problème n'est pas au rendez-vous.

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 31 août 2018 17 h 20

      « L'ONU ne peut faire plus que ce que ses États membres lui permettent de faire. » (Michel Lebel)

      Tout-à-fait !

      De plus, il est comme important de se rappeler que la Déclaration des Droits de l’Homme repose sur des concepts liés au Siècle des Lumières, une Déclaration susceptible de malaises, ingérables ?!?, notamment lorsqu’elle rencontre, soudainement ou régulièrement, d’autres Systèmes de Droits (Ex. : celui de la Charia, celui des Totalitaires … .) qui, légitimes ou selon, relèvent d’autres VISIONS !

      Bref ! - 31 août 2018 -

  • Paul Gagnon - Inscrit 31 août 2018 10 h 56

    Serpent appelé à se mordre la queue

    Autant exiger que l'ONU appelle la majorité de ses membres à s'autoflageller, à commencer par la Chine et la Russie (menbres permanents du Condeil de sécurité), par l'Arabie saoudite et à ses semblables qui ne respectent qu'eux-mêmes, les dictateurs en tous genres qui pullulent de par le monde, etc.

  • Loyola Leroux - Abonné 1 septembre 2018 21 h 30

    Les défenseurs des droits de la personne sont-ils au dessus des lois?

    A chaque époque, des groupes influents ont exigés d'etre considérés comme étant au dessus des droits des autres. C'est le fameux concept des hiérarchisation des droits mis de l'avant par les Chartes québécoises de 1977 et canadienne de 1982. La Cour suprême du Canada en s'appuyant sur le multiculturalisme a placé certains droits au dessus des autres.
    Nos dirigeants politique comme PET ont pris soin de ne pas faire voter démocratiquement tous les changements apportés par les Chartes. Ils ont demandé aux tribunaux de s'en charger.
    Nous constatons depuis 1982, les errements dans lesquels nous ont conduit la Chartisme, cette idéologie placant les droits individuels au dessus des droits collectifs. Combien de criminels ont échappé a la justiec en invoquant notre fameuse Charte des droits?
    Il faut tenir compte des droits de la personne, mais sans chambarder la société.