À Montréal, un désastre annoncé ou évité?

Dans les plans originaux du projet de la Gare Viger, il y avait 800 places de stationnement, mais le projet actuel n'en comporte plus que 400, souligne l'auteur.
Photo: iStock Dans les plans originaux du projet de la Gare Viger, il y avait 800 places de stationnement, mais le projet actuel n'en comporte plus que 400, souligne l'auteur.

Nous fondions de grands espoirs dans les promesses de l’administration Plante de gérer autrement. Qu’en est-il ?

Deux projets importants se sont accélérés au cours des derniers mois dans le secteur du Vieux-Montréal.

Le premier est le projet parachuté de Toronto par la Société immobilière du Canada (SIC) concernant le Vieux-Port dans un objectif de rentabilité du site. Dans le secteur du quai de l’Horloge, on prévoit un stationnement étagé en surface avec vue imprenable sur le fleuve (pour les automobiles…), un hôtel, un musée autochtone et un plateau événementiel. On fait fi dans le plan proposé de l’achalandage dans les avenues menant au Vieux-Port et du fait que lesdites avenues soient déjà complètement paralysées lors d’événements.

Le second projet concerne le site de la gare Viger (rue Saint-Antoine entre Berri et Saint-Hubert), un si bel édifice construit par le CP à la fin du XIXe siècle par le même architecte qui a dessiné le Château Frontenac à Québec. Un site patrimonial situé dans la zone historique protégée du Vieux-Montréal. Bien que ce site mérite une attention particulière, le projet proposé par la firme Jesta tombe à plat par son manque d’originalité, par le fait que, de toute évidence, le profit est le critère dominant pour le développer et par l’effet d’écrasement qu’il aura sur la gare Viger, avec sa tour de 19 étages et un bâtiment de 12 étages. Viendrait-il à quelqu’un l’idée de construire une tour de 19 étages dans le stationnement du Château Frontenac ?

[…] On a peine à croire que le ministère de la Culture et des Communications (MCC) et le Comité d’urbanisme de la Ville ont autorisé un tel gâchis. Rappelons que c’est aussi le rôle des élus municipaux et provinciaux de s’assurer que ces projets s’inscrivent dans leur milieu et mettent en valeur le patrimoine historique. Cacher des monuments historiques avec des écrans bâtis, tour ou stationnement étagé, n’est pas mettre en valeur. Au contraire !

Dans les plans originaux du projet de la gare Viger, il y avait 800 places de stationnement. Si on compte les 334 logements locatifs, les 175 chambres d’hôtel et les quelque 200 places de stationnement qui desserviront les bureaux et les commerces promis par le Groupe Jesta, on comprend mal que le projet actuel ne comporte que 400 places de stationnement. Ainsi, la Ville aurait négocié une réduction du nombre d’espaces de stationnement dans le projet de la gare Viger pour « limiter » l’achalandage dans le secteur, dit-on, alors que la SIC propose à 300 mètres de là des stationnements étagés sur le Vieux-Port qui vont causer des bouchons réguliers en plus de bloquer la vue sur le fleuve. On nous dit également que le projet de Jesta a été autorisé par l’administration précédente et qu’il a fait l’objet d’une consultation. Cette consultation a eu lieu en 2007 et portait sur une proposition d’immeubles à sept étages. Il est malhonnête de dire en 2018 que le projet a fait l’objet d’une consultation publique ! Une étude d’impact sur la circulation est planifiée dans le secteur. Malheureusement, nous serons devant le fait accompli quand les résultats seront connus.

On est en droit de se demander alors pourquoi on a pu annuler à grands frais la Formule électrique, un événement d’un week-end, et qu’on ne pourrait pas remettre en question le projet de Jesta qui fera de l’ombre en permanence à la gare Viger et qui portera la signature de l’administration Plante.

Ce que l’on dénote dans ces deux projets est qu’ils ont été conçus sans se soucier du milieu dans lequel ils vont s’inscrire et qu’ils ont été planifiés en autarcie. Nous croyons que l’administration Plante peut tout au moins exiger une augmentation substantielle du nombre de stationnements souterrains proches des voies rapides dans le projet de la gare Viger plutôt que laisser la SIC construire un stationnement étagé dans un secteur déjà congestionné. La situation actuelle pose déjà un risque sécuritaire pour les résidents et les visiteurs du Vieux-Port. Quant aux tours et édifices, une révision des plans s’impose, de même qu’une consultation publique sur ce projet révisé.

La ville de Québec est réputée pour la beauté de son quartier historique, ça ne s’est pas fait sans effort. Il faudrait que le MCC ait le même souci pour Montréal et que le service d’urbanisme de Montréal se retrousse les manches.

Un désastre annoncé ou évité ? Deux projets importants en développement, soit le quai de l’Horloge et le site de la gare Viger. Trois défis de taille, soit la sécurité et la fluidité de la circulation, la protection du patrimoine et finalement la mise en valeur de manière durable de celui-ci en dégageant les vues sur ces sites exceptionnels.

Nous appuyons l’administration Plante pour qu’elle prenne en main le plan de développement urbain de l’arrondissement de Ville-Marie afin de corriger ce gâchis et d’éviter de se retrouver dans la situation de Griffintown, qui a l’air de tout sauf d’une ville où il fait bon vivre. La mobilité, c’est bien. Dans un bel environnement, c’est encore mieux.

13 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 3 août 2018 04 h 28

    ne sommes nous pas dans le debut du transport collectif

    autre époque autre approche peut être a l'époque pouvoir stationner son auto a proximité était la norme, mais qu'en est- il aujourd'hui n'alons nous pas utiliser de plus en plus le transport collectif, peut être serait- il temps de réaliser que l'ère de l'auto achève surtout pour les grandes villes enfin, c'est ce que je crois

  • Guy Mathieu - Abonné 3 août 2018 07 h 50

    Circulation automobile dans le Vieux-Port

    Le carrefour automobile est bien comme vous le décrivez et est navrant à voir même lorsque l’on est à vélo.

  • Bernard Terreault - Abonné 3 août 2018 08 h 23

    Le gros bon sens

    Ce serait dommage de cacher avec des bâtiments modernes, hauts et massifs, le Vieux-Montréal ''à échelle humaine'', de l'Hôtel de Ville à la Tour de l'Horloge, en passant par la Place Jacques-Cartier, l'ancien Marché Bonsecours, les anciens siège sociaux des banques, le Palais de justice....

  • Yves Côté - Abonné 3 août 2018 08 h 32

    Mais...

    Mais Monsieur Des Rosiers, par définition, tout ce qui vient du Canada est bon !
    En particulier quand cela part de Toronto, la ville où les Québécois n'ont que des amis(es) et des admirateurs(trices)...

    Salutations républicaines, Monsieur.

  • Michel Héroux - Abonné 3 août 2018 09 h 49

    La « Gare » Viger ?

    Dans tous ce débat bien nécessaire, n'oublions-nous pas un autre élément ? Il semble de plus en plus clair que la Gare centrale va étouffer avec l'augmentation du traffic ferroviaire et l'arrivée du REM. Déjà les usagers de la ligne Mascouche-Centre-ville devront transférer avant de tunnel sous la montagne. Il est peut-être temps de s'ouvrir à l'idée qu'une seule gare ferroviaire pour Montréal n'est plus et ne sera pas suffisant. La Gare Viger pourrait-elle retrouver une partie de son ancienne vocation de terminus ferroviaire pour mieux servir l'est de MOntréal et les trains arrivant de la Rive-Nord ?