Une première édition du Monde Festival au Québec

Les équipes des rédactions du journal «Le Monde» et du journal «Le Devoir» collaborent pour réaliser une version montréalaise du festival.
Photo: Mattieu Alexandre Agence France-Presse Les équipes des rédactions du journal «Le Monde» et du journal «Le Devoir» collaborent pour réaliser une version montréalaise du festival.

Dans un monde en perpétuel changement, où les communications et les médias sociaux occupent une place de plus en plus prépondérante dans la vie des citoyennes et citoyens, un événement comme « Le Monde Festival » revêt un caractère essentiel. Le Monde Festival est un événement exceptionnel et prestigieux qui offre une ouverture à quiconque souhaite réfléchir sur les grands sujets qui touchent, voire affectent, nos sociétés contemporaines.

Mon ministère a donc répondu favorablement à l’invitation des médias Le Devoir et Le Monde de s’associer à la tenue d’une première édition du Monde Festival en sol québécois, qui sera le fruit d’une collaboration étroite entre les équipes des rédactions du journal Le Monde et du journal Le Devoir sur le thème englobant « ENSEMBLE ».

L’événement rassemblera un large public pour « appréhender le monde qui change sous toutes ses facettes, culturelles, politiques, scientifiques ou économiques, et lui apporter un éclairage singulier et tourné vers l’avenir ».

Qu’ont en commun plus de 25 000 personnes ayant participé à la plus récente édition à Paris ? L’ouverture sur le monde et le souci de débattre et de proposer des solutions aux défis mondiaux de l’avenir. En marge des tables rondes, des débats et des conférences, Le Monde Festival se veut également un lieu de rassemblement culturel et festif qui propose des spectacles inédits et uniques.

Depuis sa création, Le Monde Festival, c’est plus de 75 000 participantes et participants, plus de 200 articles qui y ont été consacrés et sept millions de visites à la rubrique lemonde.fr/festival, seulement pour l’édition 2017, et plus de 650 tweets à l’heure pendant l’événement pour chacune des éditions.

À la lecture des archives des éditions précédentes, j’ai rapidement réalisé toute la richesse de la programmation offerte et imaginé les multiples sujets auxquels la réflexion québécoise peut contribuer.

Notre participation active à ce festival nous permettra de promouvoir dans l’ensemble de la grande francophonie notre créativité, notre engagement, notre culture, notre savoir-faire ainsi que la spécificité du Québec. Cela s’inscrit en lien direct avec notre toute nouvelle politique internationale qui nous motive à toujours nous investir, à agir et à prospérer collectivement.

Nous entrevoyons ce partenariat comme une solide occasion à saisir et pour mutuellement établir des réseaux de contacts et d’influenceurs de calibre mondial. Pensons au monde de l’intelligence artificielle, à la culture à l’ère du numérique, à l’égalité entre les femmes et les hommes, à l’éducation, à l’économie mondiale et à la mobilité durable, aux rôles des médias dans l’univers des réseaux sociaux, et j’en passe. Bref, la mission de ce festival s’inscrit directement dans l’ADN de mon ministère.

Les défis actuels qui nous sont posés sont diversifiés, nombreux et complexes, mais, collectivement, nous avons les ressources et la créativité pour y faire face. Dans notre contexte nord-américain, la coopération avec nos partenaires européens prend une signification toute particulière et présente un caractère à la fois stratégique et porteur d’un avenir économique et social à fort potentiel. Cela est encore plus vrai avec la France, avec qui non seulement nous entretenons une relation directe, privilégiée et stratégique, mais aussi une volonté de « faire ensemble ».

En mon nom personnel et au nom du gouvernement du Québec, je souhaite le plus grand des succès aux organisateurs et vous invite à participer en grand nombre au Monde Festival. Soyons de ceux et celles qui relèveront les défis qui s’imposent et qui bâtiront conjointement le monde de demain.

1 commentaire
  • Réjean Martin - Abonné 4 juillet 2018 13 h 05

    quel nom bizare

    quel nom bizare tout de même pour ce festival qui, néanmoins, promet. Souhaitons qu'en région (Trois-Rivières) , on en ait des manifestions...