Je rêve à une société où tous les élèves ont accès à la culture

Je rêve à une société où tous les élèves peuvent avoir accès aux œuvres d’art, aux pièces de théâtre, aux spectacles de musique et de danse sans qu’il y ait de discrimination, trace l'auteure.
Photo: Stephane de Sakutin Agence France-Presse Je rêve à une société où tous les élèves peuvent avoir accès aux œuvres d’art, aux pièces de théâtre, aux spectacles de musique et de danse sans qu’il y ait de discrimination, trace l'auteure.

Lettre adressée au ministre de l’Éducation

Je vous écris par le truchement des médias afin de m’assurer d’être lue. Depuis que je vous ai entendu à RDI expliquant vos directives sur les frais facturés aux parents, je me questionne. Je tente en vain de comprendre vos objectifs. Vous affirmiez que les sorties culturelles qui ont un lien avec le programme ne peuvent pas être facturées aux parents. Vous disiez aussi que le ministère de la Culture investirait davantage dans ces sorties. Il semblerait que vous souhaitez que votre ministère donne une certaine somme d’argent également.

Je demeure perplexe et comme enseignante en art dramatique, je m’inquiète. Allez-vous vous assurer que les sorties culturelles sont réellement accessibles à tous ? La sortie pour voir des oeuvres professionnelles est une continuité significative et nécessaire pour l’éducation artistique. Il ne nous viendrait pas à l’esprit de faire rédiger un texte à des élèves sans leur avoir fait lire des auteurs significatifs et reconnus auparavant. Tous les élèves doivent apprendre à apprécier les oeuvres selon l’art dans lequel ils sont inscrits. Dois-je vous rappeler que les cours d’arts sont obligatoires du premier cycle du primaire à la dernière année du secondaire ?

Les jeunes comprennent mieux certaines notions vues en classe et apprennent à aimer leur travail en création et en interprétation quand ils ont des références, quand ils peuvent se projeter, quand ils ont des modèles. Ces sorties vont au-delà de l’apprentissage, elles aident à ouvrir l’esprit, à s’imaginer un monde autrement, à développer son esprit critique.

Épanouissement fragilisé

Vos directives risquent de toucher la qualité de l’enseignement artistique, certes, mais elles fragiliseront l’épanouissement de l’enfant par la perte de découvertes des richesses culturelles de notre milieu. Si vous empêchez les écoles de facturer aux parents ces activités qui sont directement liées au Programme de formation de l’école québécoise (PFEQ), allez-vous subventionner des sorties pour tous les élèves ? Si c’est le cas, je m’en réjouis, Monsieur le Ministre, mais mon expérience me laisse douter que l’argent investi par les ministères couvrira tous les frais. Pour l’instant, les subventions, quand elles sont octroyées par le programme « La culture à l’école », ne couvrent qu’un maximum de 75 % des frais de sortie. Il faut donc que quelqu’un paie le reste. Jusqu’alors, la facture était refilée aux parents. Que ferons-nous maintenant, puisqu’il s’agit clairement d’une sortie pédagogique (les enseignants qui présentent une demande doivent démontrer les liens à tisser avec leur programme pour qu’elle soit acceptée) ?

En vous écoutant, je me rends à l’évidence que nous sommes devant une consigne confuse qui mène nos directions au statu quo et je m’en désole. Plusieurs enfants pourraient ne pas avoir accès à cette culture. Vos directives font mal à l’éducation, Monsieur le Ministre, elles font mal au milieu culturel également et par conséquent, à l’enrichissement de toute notre société.

Je rêve à une société où tous les élèves peuvent avoir accès aux oeuvres d’art, aux pièces de théâtre, aux spectacles de musique et de danse sans qu’il y ait de discrimination. Je crois à la gratuité de l’école publique. Je souhaite que tous puissent avoir accès aux sorties culturelles.

2 commentaires
  • Diane Dwyer - Inscrite 29 juin 2018 16 h 43

    Nos rêves

    Bonjour Madame Lanoue,
    Je tiens tout simplement à vous dire que je suis tout à fait d'accord avec votre cri du coeur. Et malheureusement, je doute de la volonté de ce gouvernement de rendre accessible la culture à toutes et tous; sans compter qu'avec la CAQ, cela ne sera certainement pas mieux!

  • France Charbonneau - Abonné 29 juin 2018 17 h 09

    Pour l'art

    Chère enseignante
    J'espère que le ministre de l'Éducation va entendre vos propos qui vont droit au coeur, qui soulèvent les contradictions entre le discours et les consignes confuses qui font mal à l'éducation.
    Merci de travailler ainsi pour que tous les élèves aient accès à la culture
    France Charbonneau
    retraitée de l'enseignement