QS plus pressé que le PQ pour l’indépendance

Le programme électoral de Québec solidaire prévoit que le processus d’accession à l’indépendance sera enclenché dès l’accession de ce parti au pouvoir, souligne l'auteur.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le programme électoral de Québec solidaire prévoit que le processus d’accession à l’indépendance sera enclenché dès l’accession de ce parti au pouvoir, souligne l'auteur.

« Quand on lit la plateforme du PQ, on n’y trouve presque rien qui soulève la question centrale des rapports Québec-Canada […] C’est une plateforme qui aurait pu être celle de l’aile québécoise du NPD. C’est un programme de stricte gouvernance provinciale. »

Ce constat triste mais lucide ne provient pas d’un sympathisant à tout crin de Québec solidaire. Il vient d’être fait par un des plus fervents partisans du parti des René Lévesque et Jacques Parizeau, l’ex-ministre péquiste Joseph Facal, dans une chronique intitulée « PQ : un étrange silence », publiée récemment dans Le Journal de Montréal.

Le programme de QS prévoit, au contraire, que le processus d’accession à l’indépendance sera enclenché dès l’accession de ce parti au pouvoir. En effet, le nouveau gouvernement lancera en priorité une démarche constituante, c’est-à-dire un processus politique visant à amener le peuple québécois à se doter d’une constitution. Cette démarche comprendra notamment la mise sur pied d’une assemblée constituante chargée d’élaborer un projet de constitution d’un Québec indépendant, ainsi que la tenue d’un référendum sur l’indépendance et le projet de constitution. Cette assemblée constituante constitue en quelque sorte la clef de voûte de la stratégie indépendantiste de Québec solidaire.

Les membres de l’assemblée constituante, élus au suffrage universel, auront le mandat d’effectuer une vaste consultation populaire qui permettrait des échanges en profondeur entre les citoyens de toutes les régions du Québec et même au niveau des municipalités et des quartiers dans les villes. Cette démarche de démocratie participative permettra de mettre de la chair autour du projet de pays et d’en dessiner les contours. En définitive, la participation citoyenne constituera l’épine dorsale de ce processus constituant qui sera basé sur la souveraineté populaire.

De plus, l’Assemblée constituante sera indépendante des partis politiques. Le programme de Québec solidaire est clair à ce sujet : la question nationale n’appartient pas à un seul parti politique ni même à l’Assemblée nationale. Elle appartient à toute la population du Québec. C’est pourquoi notre parti propose que le débat sur l’avenir du Québec se fasse au moyen d’une vaste démarche de démocratie participative. Toute la population pourra ainsi se prononcer sur des changements politiques et constitutionnels, de même que sur les valeurs qui y seront associées.

À noter que les OUI Québec (Organisations unies pour l’indépendance du Québec), un organisme indépendant des partis politiques, font aussi campagne de façon intensive en faveur de l’adoption d’une démarche constituante qui « remettrait les citoyens au coeur de l’action politique ».

À voir en vidéo