Le «mobbing» menace la liberté universitaire

Les universités subissent depuis trois décennies des transformations susceptibles d’encourager très fortement le «mobbing» de professeurs par d’autres professeurs, déplore l'auteure. 
Photo: iStock Les universités subissent depuis trois décennies des transformations susceptibles d’encourager très fortement le «mobbing» de professeurs par d’autres professeurs, déplore l'auteure. 

Le mobbing [harcèlement de groupe] en milieu de travail est une pathologie organisationnelle qui obéit à la dynamique des procès de Moscou : un employé, qu’on appelle la cible, est d’abord condamné, puis les preuves de sa « culpabilité » sont fabriquées. Une campagne de mobbing est lancée par quelques individus mais, à terme, la plupart des collègues sont recrutés. La cible est collectivement transformée en Autre Absolu qui menace l’organisation, ce qui justifie le cortège d’agressions incessantes qu’on fait subir tant à sa personne qu’à son travail.

Plus qu’une forme de harcèlement psychologique, le mobbing en milieu de travail peut être qualifié de « terrorisme organisationnel » parce que l’employeur participe à la campagne de destruction de son employé. La cible finit généralement par être éliminée de l’organisation selon une modalité variant de la retraite anticipée à la mort. Le suicide de la chercheuse réputée Justine Sergent, neuropsychologue à l’Université McGill, est connu internationalement.

Les universités subissent depuis trois décennies des transformations susceptibles d’encourager très fortement le mobbing universitaire, c’est-à-dire le mobbing de professeurs par d’autres professeurs. Soulignons que ces transformations sont le produit d’évolutions sociales liées au néolibéralisme qui affectent négativement l’ensemble de nos sociétés. On peut en recenser six.

L’hégémonie du mode de gestion managérial a atteint les universités, où deux de ses manifestations favorisent le mobbing. Avec le principe de hiérarchie qui se superpose maintenant à la collégialité réellement existante, il est plus facile pour l’élite professorale de « mobber » les collègues qui se mêlent de ce qui les regarde. Et la fidélisation des professeurs qu’exige l’adoption d’une persona, le « university branding », peut certainement inciter l’organisation à « mobber » ceux qui exercent leur liberté de parole.

La socialisation pathologiquement surprotectrice des enfants débouche à l’université sur une ahurissante (auto) infantilisation des étudiants, qui se manifeste par la multiplication des « traumatismes » dont ils revendiquent d’être protégés par l’administration universitaire. Les étudiants sont généralement recrutés dans le mobbing universitaire et il sera de plus en plus facile de trouver dans cette population infantilisée des adjuvants zélés s’estimant brimés par de terrifiants professeurs.

La rectitude politique, qui assure l’intégration de la gauche identitaire à la gouvernementalité néolibérale, a maintenant corseté la plupart des universités, où elle génère un mobbing politiquement correct qui consiste à lancer contre les collègues ciblés des rumeurs d’islamophobie, de LGBTphobie, et autres sexismes. Le pouvoir destructeur de ce mobbing est démultiplié parce qu’il fournit une justification « morale » à la violence exercée contre des « bourreaux ».

Le désengagement de l’État du financement des organisations publiquesentraîne un sous-financement chronique des universités. S’ensuit une importante réduction de l’offre de postes de professeurs lors même que continue de croître le nombre de docteurs formés. Le ressentiment ainsi créé peut facilement se transformer en incitatif à participer à des campagnes de mobbing, tant parmi les étudiants des cycles supérieurs que parmi les docteurs qui vont grossir les rangs des nouvelles bureaucraties universitaires.

Le néomoralisme sexuel transforme le sexe en danger qu’il faut expurger de tous les espaces sociaux. A l’université, où les agresseurs sexuels sont la plupart du temps des étudiants, si l’on en croit l’enquête ESSIMU, il engendre néanmoins une nouvelle figure de croque-mitaine : le « professeur-prédateur » qui harcèle et agresse les étudiantes. Le néomoralisme va de pair avec la « justice transformatrice », qui tire son nom de ce qu’elle transforme l’accusation en culpabilité. Brandir l’« inconduite sexuelle » est ainsi devenu la méthode la plus efficace pour détruire un collègue.

Enfin, avec la valorisation de la précarité de l’emploi, la possession d’un poste permanent est perçue comme une anomalie par beaucoup de gens, ce qui rend socialement acceptable le renvoi des professeurs d’université. De fait, plusieurs ont été congédiés ces dernières années lors de campagnes de mobbing, sans que cela suscite de réaction. Cette accumulation de congédiements crée une brèche inquiétante dans le principe de la permanence qui garantit la liberté universitaire. En s’adonnant collectivement à une forme de barbarie que certains comparent au viol et au génocide, le corps professoral nuit à son propre intérêt corporatiste. Mais l’ensemble de la société en pâtit, car le mobbing affecte sérieusement, et menace même d’anéantir, la liberté universitaire, qui demeure un mécanisme essentiel pour que des points de vue discordants puissent s’exprimer contre les certitudes doxiques de l’ordre établi.


Des commentaires ou des suggestions pour Des Idées en revues ? Écrivez à rdutrisac@ledevoir.com.​

Des Idées en revues

Chaque mardi, Le Devoir offre un espace aux artisans d’un périodique. Cette semaine, nous vous proposons une version abrégée d’un texte paru dans la revue Argument, printemps-été 2018, volume 20, no 2.


À voir en vidéo