Pour une loi anti-compressions en éducation

La vice-chef du Parti québécois, Véronique Hivon, et le chef du Parti québécois. Jean-François Lisée
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La vice-chef du Parti québécois, Véronique Hivon, et le chef du Parti québécois. Jean-François Lisée

Extraits du discours prononcé le 26 avril sur la tribune du Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)

Si on devait revenir 60 ans dans le passé du Québec et choisir — dans le foisonnement de l’ensemble des chantiers ouverts et des réformes introduites — le principal levier de progrès de notre société, l’immense investissement collectif en éducation ressortirait comme la clé maîtresse de tous nos succès.

Investir en éducation était, à l’époque, la décision la plus porteuse. Culturellement, elle allait provoquer des générations de nouveaux créateurs et de nouveaux publics ; économiquement, elle allait générer une population active mieux formée et plus productive ; politiquement, elle allait poser les jalons d’une société qui sait à la fois débattre et, pas toujours mais assez souvent, trouver des consensus. Il existe un autre bénéfice à cet investissement dans l’éducation. Un bénéfice moins immédiatement visible mais aussi — sinon plus — important, pour la qualité de nos vies à tous et pour la cohésion sociale : une plus grande mobilité sociale.

On ne réalise pas à quel point le maintien de la mobilité sociale est précieux. Il signifie que chaque jeune fille et chaque jeune garçon ont autour d’eux, dans leur vie familiale, dans leur communauté, la preuve tangible que l’avenir n’est pas figé. Que les études, le travail, la détermination comptent réellement. Que chacun a une vraie chance de réaliser ses rêves, quel que soit son point de départ social ou économique.

Ce sentiment d’avoir un avenir ouvert est capital. Il fait reculer le sentiment d’injustice et d’exclusion, la rancoeur et l’isolement, ultimement la criminalité et la violence. Il est l’indispensable carburant de l’espoir. Et l’espoir, c’est beaucoup, surtout quand on a peu. Ça peut même être tout, quand on n’a rien. La réussite de chacun, un projet collectif, d’enrichissement collectif, ça signifie faire passer le Québec à une vitesse supérieure pour offrir à toutes et à tous la chance de prendre l’ascenseur social tout au long de leur vie.

Une loi bouclier

Nous avons été atterrés de constater que des compressions très lourdes de conséquences ont frappé les budgets relatifs à ces missions, ces dernières années. Puisque ces budgets ne sont pas une réalité désincarnée, ces compressions ont frappé de plein fouet les tout-petits, les enfants, les élèves, les étudiants et, au premier chef, les derniers qui devraient être frappés : les enfants qui présentent des vulnérabilités et des difficultés. Ils ont été privés des services, de l’accompagnement, de la bienveillance dont ils ont tant besoin. Nous voulons tracer une ligne claire et définitive. Il y aura, au Québec, une loi « anticompressions » en éducation. Une loi bouclier contre les compressions qui affectent la protection, le développement et la réussite des jeunes.

Nous allons protéger, dans une loi, les budgets des services de garde éducatifs, de l’éducation et de la protection de la jeunesse. Nous allons exiger que ces budgets soient reconduits en les ajustant chaque année pour assumer minimalement l’évolution normale des coûts – les coûts de système. Et un tiers indépendant, comme le Vérificateur général, sera chargé de s’assurer de son respect par tous les gouvernements qui se succéderont.

À l’intérieur de ces sommes protégées, les aménagements et les innovations seront, bien entendu, possibles. Il ne s’agit pas de figer les choses. Mais plus jamais les jeunes ne paieront le prix des compressions. Plus jamais un gouvernement ne pourra jouer impunément au yoyo avec les budgets qui les concernent. Plus jamais il ne pourra jouer à la loto avec les enfants. Plus jamais nous n’accepterons l’inacceptable, l’inacceptable de voir des rêves brisés, des capacités d’épanouissement, de développement, de réussite sacrifiées par des compressions aux effets dramatiques, pour l’avenir de nos enfants et pour notre avenir collectif.

Plus jamais « compressions » ne rimera avec « éducation ».

La décennie de l’alphabétisation

Depuis deux ans, une vingtaine d’organisations québécoises réunies dans le Réseau de lutte contre l’analphabétisme réclament une stratégie nationale québécoise. Nous pensons que le temps est venu, non seulement d’élaborer cette stratégie, mais également de mobiliser la société québécoise au grand complet dans ce grand projet collectif.

Un gouvernement du Parti Québécois lancera la Décennie québécoise de l’alphabétisation. Dans la première année de notre gouvernement, début 2019, nous ouvrirons un grand chantier devant nous mener, à l’automne, à un rendez-vous national de l’alphabétisation. Nous adopterons alors un plan de travail sur dix ans et fixerons un objectif réaliste, mais ambitieux.

On pourra s’inspirer de ce qui se fait de mieux ici, pour le généraliser, et des expériences étrangères. Il faudra mobiliser les experts et l’extraordinaire réseau actuel de lutte contre l’analphabétisme. Il faudra engager concrètement dans cette grande corvée les entreprises, les associations de travailleurs, les partenaires des médias La réussite de chacun, un projet collectif, c’est la vision que nous proposons aux Québécois. Choisir vraiment la qualité pour chacun de nos enfants d’âge préscolaire. Protéger tout notre système d’éducation et d’aide à la jeunesse des dangers de futures restrictions budgétaires. Engager toute notre société dans un grand effort d’alphabétisation qui nous enrichira tous. Permettre aux citoyens, à tous les citoyens, de trouver les moyens de leur épanouissement.

C’est à la fois le moyen et l’objectif, à la fois le chemin et la destination.

8 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 1 mai 2018 07 h 03

    … humaniser ?!?

    « Un gouvernement du Parti Québécois lancera la Décennie québécoise de l’alphabétisation. » ; « C’est à la fois le moyen et l’objectif, à la fois le chemin et la destination. » (Jean-François Lisée et Véronique Hivon, PQ)

    De ce « lancement » possible, et selon des volontés « probables » de changements en cours, le merveilleux Monde de l’Éducation mérite de revisiter ses origines (Rapport Parent, Législation … .), de les moderniser, et de gérer, d’accessibilité et de mobilité durables universelles compétentes et incompressibles, son mandat-mission !

    En attendant que se réalise cette « Décennie », apprendre-enseigner, s’éduquer ou …

    … humaniser ?!? - 1 mai 2018 -

  • Yvon Bureau - Abonné 1 mai 2018 10 h 39

    Partage d'une utopie

    Que le budget de l'Éducation soit égal ou supérieur à celui de la Santé !

    Merci pour ce texte. Il honore l'Éducation!

  • Michel Gélinas - Abonné 1 mai 2018 11 h 35

    Le règne de la vertu!

    C'est à qui en ferait le plus dans tous les domaines, vu l'élection d'octobre.
    "Nous allons protéger, dans une loi, les budgets des services de garde éducatifs, de l’éducation et de la protection de la jeunesse. Nous allons exiger que ces budgets soient reconduits en les ajustant chaque année pour assumer minimalement l’évolution normale des coûts"

    Pas d'accord avec ça. Bientôt, on n'aura plus besoin de politiciens et de leur jugement. Tout se fera automatique, comme la loi empêchant tout déficit budgétaire et bien d'autres lois qui gèrent de façon automatique les missions de l'État. Et là, encore une autre loi automatique.

    Et ce Chef du PQ toujours accompagné de sa Vice-chef, en photos et en écrit, ce qui l'affaiblit comme personne autonome et décideur. (Voit-on le Premier ministre toujours accompagné de la Vice-Première ministre quand il fait une déclaration? Chacun demeure autonome.)

    • Paul-Marie Bernard - Abonné 1 mai 2018 14 h 37

      La Vertu versus la Fumisterie!

      Monsieur Gélinas, je préfère de beaucoup le règne de la Vertu que proposent monsieur Lisée et madame Hivon au règne de la Fumesterie que vous proposez. Comment peut-on concevoir une société dirigée par des algorithmes autrement qu'une société de robots? Il m'apparaît que certaines intelligences sont déjà un peu trop artificielles.

  • Paul-Marie Bernard - Abonné 1 mai 2018 15 h 03

    Bravo

    Bravo, monsieur Lisée et madame Hivon!
    Je remarque que cette nouvelle n'a aucunement été rapportée par un quelconque journaliste du Devoir.
    Je regrette que notre journal Le Devoir ne parle du PQ qu'en termes d'anecdotes en évitant soigneusement de mettre en évidence des propositions importantes qui viennent de ce parti.

    • Michel Gélinas - Abonné 1 mai 2018 20 h 05

      M. Bernard, je ne propose pas la fumisterie mais de ne pas cadenasser les politiciens par des lois qui s'appliquent automatiquement, sans que les politiciens puissent utiliser leur jugement pour décider, en fonction des circonstances budgétaires, sociales.... Les politiciens doivent voir au bien commun, ce ne sont pas des portes-paroles des syndicats.

  • Cyril Dionne - Abonné 1 mai 2018 18 h 33

    Tout simplement bravo!

    Quel texte crédible et visionnaire. L'éducation est l'avenir du Québec. Les coupures du présent gouvernement ont fait très mal aux élèves québécois. Et malheureusement en éducation, on voit toujours les conséquences de cette fureur à vouloir un budget basé sur l’austérité seulement plusieurs années plus tard.

    Nous en sommes à la 4e révolution industrielle et le secteur d’éducation deviendra dès plus importants afin de former une main d’œuvre axée sur les industries du savoir et de la communication. Vous savez, la programmation s’enseigne aussi naturellement que les mathématiques dans les écoles primaires. Dans un monde futur de robots, de voitures électriques sans conducteur, d'intelligence artificielle, quels seront les emplois de demain? Comment pouvez-vous expliquer à un enfant de six ans qu'il ne pourra peut-être pas suivre les traces de son père parce que les conducteurs ne seront plus nécessaires? L'impact de la technologie a des répercussions non seulement dans le monde industriel, mais aussi dans les activités humaines. Nous vivons dans un monde connecté. Maintenant, dans une communauté d'apprenants interconnectés, nous sommes en mesure de résoudre les problèmes les plus complexes qui se présentent dans tous les domaines. L'intrication quantique de la robotique et de l'intelligence artificielle n'augmentera que de façon exponentielle dans les années à venir et le défi pour les énergies vertes et l’eau potable sera de plus en plus présent. Alors oui pour l’alphabétisation classique et pour alphabétisation numérique.

    Le Québec et les Québécois ont su relever beaucoup de défis en terre d’Amérique. Seront-ils au rendez-vous de l’automatisation, de la programmation, de la robotique et de l’intelligence artificielle dans toutes les sphères de l’activité humaine? On l’espère bien en tout cas et c’est pour cela que le 1er octobre, les Québécois doivent choisir le Québec et le Parti québécois. Ensemble, nous sommes et nous serons.