Pour la nationalisation de l’infrastructure d’Internet

Une part importante des câbles de fibre optique sont construits et installés à grands frais à l’aide de fonds publics, pour ensuite être utilisés par des fournisseurs d’accès Internet privés, souligne l'auteur.
Photo: Djordje Rusic Getty Images Une part importante des câbles de fibre optique sont construits et installés à grands frais à l’aide de fonds publics, pour ensuite être utilisés par des fournisseurs d’accès Internet privés, souligne l'auteur.

Voilà longtemps déjà qu’Internet est assailli par de puissantes forces étatiques et économiques. Nos échanges prennent place dans des espaces de plus en plus centralisés où nos publications sont épiées, nos données vendues et nos lectures filtrées de manière à accaparer notre « temps de cerveau disponible ».

L’élection de Trump et la décision récente de la Federal Communications Commission (FCC), le régulateur étasunien des télécommunications, d’abolir le principe de neutralité du Net, ont ajouté au sentiment d’urgence : la collusion entre les fournisseurs d’accès Internet (FAI) et les conglomérats culturels (Disney, Time Warner, etc.) menace les fondements même d’Internet. Cette « convergence » médiatique (selon la formule du baron local Pierre Karl Péladeau, qui possède justement le FAI Vidéotron et « des tonnes de contenu ») découle directement du fait que l’infrastructure du réseau est gérée par le privé. Bien vite, l’Internet étasunien — canadien et québécois, si nous n’y veillons pas — aura parachevé la transition d’un « réseau de réseaux » se voulant décentralisé et constitué d’espaces communs de partage et d’échanges vers un ensemble de « jardins fermés » dans lesquels le public retournerait à sa posture de passivité face à des industries culturelles monopolisant la diffusion de contenus.

Internet comme bien commun

On tend à oublier qu’une part importante des câbles de fibre optique sont construits et installés à grands frais à l’aide de fonds publics, pour ensuite être utilisés par des fournisseurs d’accès Internet privés tels que Bell et Vidéotron, qui se trouvent en situation de monopole dans plusieurs villes du Québec. Tout indique que la Stratégie numérique du Québec récemment dévoilée par la ministre Dominique Anglade poursuivra en ce sens.

Or, comme nos routes, notre électricité, notre eau, nos services postaux, nos écoles et notre système de santé, Internet est un service d’utilité publique, une infrastructure que la population se doit d’administrer elle-même, de manière à ce qu’elle lui bénéficie. Une « étatisation » pure et simple ne ferait sans doute pas honneur aux fondements décentralisés d’Internet et à ses potentialités. Les câbles de fibre optique pourraient plutôt être fabriqués, entretenus et possédés par l’État, mais leur utilisation pourrait relever de fournisseurs d’accès Internet municipaux ou coopératifs. L’expropriation des géants que sont Bell et Vidéotron pourrait se faire de manière graduelle : une société d’État pourrait être créée pour exploiter les câbles déjà utilisés par Hydro-Québec et ceux installés à l’avenir. Les FAI ne seraient plus que locataires de cette infrastructure physique, qui pourrait ainsi être à la fois commune et décentralisée.

Une appropriation pleine et entière

Étant donné la centralité de ce réseau de communication dans notre vie sociale, politique et économique, comment éviter que l’État en vienne à filtrer les contenus et à épier les citoyennes et les citoyens ? En réalité, la question est plus ou moins à propos ; non parce que l’enjeu n’est pas important, mais parce qu’un Internet privé tel qu’on le connaît aujourd’hui ne protège en rien contre de tels risques. La surveillance de nos communications est depuis longtemps un partenariat public-privé : les grandes firmes de la Silicon Valley collectent les données personnelles et les agences de renseignement s’abreuvent à partir de leurs serveurs (avec ou sans leur consentement).

Il faut donc répondre à ces justes préoccupations en abordant le contrôle populaire d’Internet de manière large et ambitieuse. La propriété publique de l’infrastructure ne doit pas être envisagée comme une fin en soi, mais comme un moyen en vue d’une meilleure appropriation du réseau. Une instance composée de citoyennes et de citoyens de divers horizons élus pour des mandats limités pourrait surveiller l’action de l’État sur Internet et s’assurer que ce dernier réponde bien aux besoins et intérêts de la population. Que ferait-on des bénéfices qu’empochent actuellement les FAI privés ? Cette instance pourrait être amenée à établir des priorités. Les choix ne manquent pas : assurer un accès Internet plus abordable et de qualité, notamment dans les régions éloignées et les communautés autochtones ; financer la production culturelle québécoise tout en éliminant la criminalisation du partage de fichiers musicaux et cinématographiques ; subventionner des médias d’information sans but lucratif ; développer la littératie numérique et l’éducation critique aux médias ; investir dans des plateformes coopératives pouvant rivaliser avec Uber, Airbnb et les autres…

Un tel Internet, populaire et sous contrôle démocratique, n’adviendra pas sans lutte. Cela suppose un rapprochement entre la gauche et les « hacktivistes », qui militent pour une appropriation libertaire du Net, et l’inscription de cette lutte dans le cadre plus large du dépassement du capitalisme néolibéral et de sa dérive autoritaire.

Des commentaires ou des suggestions pour Des Idées en revues ? Écrivez à rdutrisac@ledevoir.com

Des Idées en revues

Chaque mardi, Le Devoir offre un espace aux artisans d’un périodique. Cette semaine, nous vous proposons un texte paru dans la revue Relations, avril 2018, no 795.

1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 10 avril 2018 08 h 23

    J'aurais aimé

    que l'auteur ait élaboré son affirmation selon laquelle les réseaux de fibre optique sont en partie payés par le public. À quel niveau, 5% ou 80%? Par quel(s) gouvernement(s)? Au nom de quel principe? De quelle manière? Cela m'aurait aidé à me faire une opinion sur les propositions de l'auteur.