Les enfants ont besoin de modèles imparfaits

Par peur de voir les enfants se blesser physiquement ou émotionnellement, des parents et des éducateurs tentent de contrôler la plupart des risques, signale l'auteure. 
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Par peur de voir les enfants se blesser physiquement ou émotionnellement, des parents et des éducateurs tentent de contrôler la plupart des risques, signale l'auteure. 

Dans un récent article d’Isabelle Paré (« Au risque de s’amuser… », Le Devoir, 17 et 18 mars 2018), nous apprenons que des villes et des écoles développent des terrains de jeu « risqués » pour contrer la surprotection des enfants. Ce contexte de jeu permet aux enfants d’apprendre à mieux gérer les risques, tout en développant leur créativité, ce qui les rend plus autonomes et résilients. De manière générale, le but est de favoriser le jeu libre et l’activité physique chez les enfants, activités essentielles à leur développement harmonieux et à leur santé physique et mentale. Il est à espérer que ce genre d’initiatives prendra de l’ampleur au Québec. Néanmoins, comme la surprotection des enfants semble être un phénomène généralisé, il importe de reconnaître la trop grande pression sociale qui s’exerce sur plusieurs parents et éducateurs.

Dans notre société du savoir et de l’abondance, de plus en plus de parents et d’éducateurs se sentent obligés de jouer leur rôle à la perfection ainsi que d’offrir aux enfants un monde de rêve. Mais pourquoi créer et endosser une telle pression sociale au regard du rôle de parent ou d’éducateur, considérant que tout être humain fait des erreurs et que la réalité comporte des failles et des limites ? Les enfants ont avant tout besoin de modèles authentiques et réalistes, et donc imparfaits. Si l’imaginaire est un outil fabuleux pour aider les enfants à appréhender la complexité du réel, leur inventer un monde d’illusions ne fait que restreindre leur entendement et, conséquemment, leur capacité à « faire partie de la solution » aux problèmes de notre siècle.

Par peur de voir les enfants se blesser physiquement ou émotionnellement, des parents et des éducateurs tentent de contrôler la plupart des risques. Par souci pour leur réussite future, d’autres décident presque tout pour eux, même leur jeu dit libre. Par contre, quand on « surprotège » ou « surcontrôle » un enfant, on lui transmet nos malaises, en plus de l’empêcher d’affronter ses peurs et ses défis, de prendre des initiatives, de faire des erreurs, de développer sa créativité, de même que de résoudre ses problèmes par lui-même. Pourtant, tout cela est primordial pour devenir un être humain autonome, ce qui veut dire être capable de faire des choix, d’entreprendre et de mener à terme une activité ou un projet, de s’adapter à différentes situations, de se relever après un échec, et de trouver des solutions appropriées face aux obstacles rencontrés dans un contexte donné. D’ailleurs, permettre à un enfant d’être et d’agir librement par moments, n’est-ce pas une belle preuve de confiance ? En outre, vivre un peu d’adversité, n’est-ce pas nécessaire pour se dépasser et même, se surpasser comme être humain ?

Traités comme des rois ou des reines

Désireux d’offrir ce qu’il y a de mieux aux enfants, des adultes les traitent comme des rois ou des reines. Si se sentir roi ou reine le jour de son anniversaire peut être un baume pour l’âme, traiter un enfant de cette manière toute l’année peut corrompre son humanité, en plus de le rendre égocentrique et incapable de dépasser les apparences. De plus, en gâtant trop les enfants, nous créons des êtres imbus d’eux-mêmes et intolérants à la frustration. Le trop-plein dans l’horaire et l’environnement peut aussi étouffer la curiosité d’un enfant et son sens de l’exploration, qualités essentielles pour jouer, apprendre et tisser des liens. Des adultes trop occupés, fatigués ou isolés achètent également la paix en ne refusant presque rien aux enfants, les empêchant ainsi d’apprendre à accepter les limites et les délais de gratification. […]

Les enfants, petits et grands, n’ont pas besoin de parents et d’éducateurs « parfaits ». Ils ont plutôt besoin de côtoyer des modèles imparfaits, qui font parfois des erreurs. C’est encore mieux si ces modèles sont humbles, astucieux et bienveillants, puisqu’ils sauront leur apprendre à reconnaître leurs erreurs, à en rire, à en tirer profit et à pardonner à soi-même et aux autres. Et c’est remarquable quand ces modèles prennent le temps de communiquer leur ressenti et leurs besoins. Rappelons-nous qu’on apprend beaucoup en observant et en imitant les personnes qui nous entourent. Pour se développer pleinement, devenir autonomes et accroître leur résilience, les enfants ont surtout besoin de se sentir aimés, de même que de vivre des expériences diversifiées, qui mettent au défi leurs capacités et qui donnent du sens à leur existence. Afin de nourrir leur flamme, laissons-leur un peu d’air, c’est-à-dire du temps et de l’espace pour eux, pour être et agir librement.

Enfin, comme « il faut tout un village pour élever un enfant », l’éducation des enfants devrait être partagée collectivement. Pour construire leur identité personnelle, sociale et culturelle, les enfants ont besoin de voir et d’entendre des personnes différentes, et d’interagir avec elles. En effet, aller à la rencontre des autres est un excellent moyen pour apprendre à se connaître. On devrait donc encourager les enfants à entrer en relation avec des personnes de divers milieux socioéconomiques ou culturels et présentant des caractéristiques personnelles variées. Si en plus, cette rencontre a lieu dans un contexte de non-jugement et d’écoute, ils courent la chance de devenir des citoyens ouverts d’esprit, compréhensifs et socialement engagés. À qui la chance ?

2 commentaires
  • Gaston Bourdages - Abonné 20 mars 2018 08 h 36

    Quel apaisant exercice que celui de vous lire...

    ...de vous lire madame Jasmin !
    Très belle description voire définition de l'humanité lorsque vous écrivez : « ...considérant que tout être humain fait des erreurs et que la réalité comporte des failles et des limites » À la lecture de votre fort pertinente analyse, une, parmi d'autres, question m'est montée : « Sommes-nous en train de nous déshumaniser ? » J'appréhende que si. Qu'arrivera-t-il lorsque ces enfants auront perdu leur identité propre et profonde si ce n'est déjà commencé ? Vouloir performer est ligitime. Il existe par contre un prix caché pour la « sur » et super...performance et le 110% « de moi-même » Un jour sur les ondes Radio-Canadiennes, je partageais à monsieur Pierre de Maisonneuve « qu'il y avait, à mon humble avis, dans le 110%, onze ( 11 ) points de trop ». Force est de reconnaître que nous traversons une période où les limites humaines semblent inexistantes. Vivre constamment dans le « sur » ceci ou le « sur » cela comme dans « surprotection » finit toujours par « exploser ». Que de rendez-vous pris avec la souffrance lorsque vivre dans l'abus !
    La recherche indue de la vertu, toutes ses possibles formes confondues, peut si facilement se métamorphoser en vice.
    Savoir, comme être humain, composer avec ses imperfections, les reconnaître et admettre ne peut qu'être modèle d'humanité. Un ingrédient y est, en même temps, requis. J'ose, en ce temps du paraître, mentionner l'humilité. Un problème....il ne s'en vend pas chez le quincaillier du coin ou encore dans les grandes surfaces. Où alors s'en procurer ?
    Merci madame Jasmin pour cette superbe invitation à faire examen et prise de conscience.
    Sans prétention,
    Gaston Bourdages,
    Saint-Mathieu-de-Rioux. Qc.

  • Marc Therrien - Abonné 20 mars 2018 20 h 03

    Cet idéal qui fut pourtant une réalité, jadis

    Les grands principes qui devraient guider l'éducation des enfants que vous décrivez dans votre texte ont été , pour la plupart, ce que j'ai connu dans mon cheminement scolaire et parcours d'éducation sociale hors de l'école entre les années 1972 et 1983. Je me demande donc pourquoi il a tant fallu changer le monde, depuis, si c'est pour devoir revenir en arrière pour accomplir un idéal qui fut pourtant une réalité, jadis.

    Marc Therrien