Le potentiel danger à surveiller du nucléaire aux États-Unis

Selon l'auteur, il est peu probable que le gouvernement Trump puisse remédier au déclin de l’État américain, d’autant que ses erreurs d’appréciation stratégique risquent d’accélérer le renforcement de la Chine. 
Photo: Jim Watson Agence France-Presse Selon l'auteur, il est peu probable que le gouvernement Trump puisse remédier au déclin de l’État américain, d’autant que ses erreurs d’appréciation stratégique risquent d’accélérer le renforcement de la Chine. 

Le débat sur le nucléaire est le parent pauvre des préoccupations citoyennes. Et pourtant ! La nouvelle approche américaine marque un changement de paradigme, rompant avec l’orthodoxie en place à Washington depuis les années 1950. Elle envisage en effet l’impensable, soit le développement d’armes nucléaires à portée limitée, opérationnelles lors de conflits localisés, ainsi qu’en réponse à des menaces étrangères non nucléaires.

Contrairement aux apparences, la Nuclear Posture Review 2018 (NPR), soit l’évaluation du dispositif nucléaire, puisqu’il propose d’élargir le recours à la dissuasion et d’empêcher la dépréciation de « l’environnement stratégique » favorable aux États-Unis, ouvre la voie à la mésentente et aux conflits.

Parmi le concert des nations, la possession de l’arme atomique est réputée être une source de prestige. C’est pourquoi Churchill s’est refusé à en communiquer les codes à la France en 1945. Il ne pouvait se permettre de réduire le rapport de force du Royaume-Uni. Et quand Paris a entrepris ses recherches pour acquérir la bombe, c’était en partie pour cette raison ; être à même de se différencier de Bonn (République fédérale d’Allemagne).

Mais l’armement nucléaire est surtout réputé avoir refondé les bases du pouvoir politique et de l’éthique militaire, en rendant moins vraisemblable, grâce à sa capacité de dissuasion, l’enlisement dans la guerre (pensons aux batailles de Verdun, de la Somme et de Stalingrad, notamment). Il ne s’agit pas de nier l’éclosion des conflits intervenus lors des soixante-dix dernières années, mais notons que les (potentiellement) plus funestes ont pu être étouffés lorsque les intérêts fondamentaux des pays détenteurs de la bombe étaient menacés — ou quand ceux-ci démontraient d’une façon crédible leur volonté à déployer leur arsenal nucléaire (la crise des missiles de Cuba, par exemple).

C’est du moins l’avis de la NPR, qui considère le stock d’armement des États-Unis comme un garant de la sécurité de l’Amérique et de ses alliés. Si elle contraint à une révision, c’est pour permettre aux capacités nucléaires américaines de s’adapter à la complexification et à la diversification des menaces extérieures. Son inconvénient, en ce sens, est de s’interdire toute forme de vulnérabilité. L’intention affichée demeure la dissuasion, mais il n’y a pas lieu de se méprendre : moderniser sa triade nucléaire et acquérir des « minibombes atomiques » dans l’optique « d’élargir [sa] gamme d’options crédibles », en plus d’être belliqueux, signifie une conception élargie et musclée de la dissuasion. À court et à moyen terme, le potentiel interventionnisme américain s’en trouve rehaussé.

À la défense des intérêts américains

Compte tenu de ses accents thucydidiens — la NPR met amplement en garde contre la réassurance de la Russie et la montée de la Chine —, il vise aussi, comprend-on, à enrayer le déclin des États-Unis.

La Chine est à la tête de la première économie mondiale. Et puisqu’elle détient la plus grande part de la dette américaine, les États-Unis sont impuissants à contenir efficacement ses progressions stratégiques et diplomatiques, tel qu’en atteste le récent aménagement d’une base navale chinoise à Djibouti, à proximité de l’Afrique de l’Est et de l’océan Indien.

Il est peu probable que le gouvernement Trump puisse remédier au déclin de l’État américain, d’autant que ses erreurs d’appréciation stratégique risquent d’accélérer le renforcement de la Chine — pour ne rien dire du cas des Russes, des Nord-Coréens et des Iraniens. Le dernier rapport du National Intelligence Council (2017) est limpide : « Pour le meilleur ou pour le pire, le paysage mondial qui émerge pousse à sa fin une ère de domination américaine, après la guerre froide. »

La NPR découle de ce postulat. C’est pourquoi l’un de ses objectifs consiste à couvrir les États-Unis « contre un avenir incertain », en élargissant le rôle joué par le nucléaire dans leur stratégie de défense. Cette approche revient à asseoir le leadership américain là où il est chancelant, en complément des politiques américaines d’endiguement exercées aux portes de la Russie et de la Chine. Elle ne peut donc manquer de cautionner une nouvelle course aux armements nucléaires, et non d’inciter à la dissuasion, comme le permettraient une diplomatie pragmatique et une meilleure lecture des intentions adverses. Le drame est qu’elle impliquera, cette fois, plusieurs nations, au-delà des superpuissances de la guerre froide, ce qui rehaussera les risques d’une conflagration généralisée.

La NPR est le produit d’un géant aux pieds d’argile — dont la supériorité militaire demeure incontestée, entendons-nous. En proposant la paix par un renforcement des outils offensifs américains, c’est autant la sécurité des États-Unis qu’il cherche à assurer que la cristallisation de l’ordre international, tandis qu’il ne dissuade en rien le renforcement de puissances révisionnistes (Russie, Chine, etc.). Pour celles-ci, la NPR représente un défi ; il y a tout lieu de penser, n’en déplaise à notre sécurité collective, qu’elles tenteront de le relever.

2 commentaires
  • Pierre Robineault - Abonné 5 mars 2018 10 h 30

    Mon appréciation

    Vous avez écrit le texte le plus cairvoyant qu'il a été donné de lire à ce sujet, et je ne peux donc que vous en remercier!
    Tant pis et dommage pour ceux et celles qui l'auront raté.

  • Daniel Bérubé - Abonné 5 mars 2018 16 h 29

    Le problème...

    Est que la paix... n'a pas une grosse influence sur l'économie À COURT TERME. Considérant qu'aujourd'hui, l'industrie, les marchés et l'économie à court terme dominent presque partout, sauf pour certains peuples pacifiques (comme le Tibet), qui s'effacent tranquillement en étant avalé par les super puissances : peuple pacifique, il ne représente AUCUNE valeurs pour les dit grands du monde, sauf en ce qui concerne leur pays même, leurs minéraux, pétrole et autres...

    C'est un peu ça le problème, la paix de réponde pas au besoin des marchés, la paix n'est pas rentable à court terme, pour ce qui est du long terme ils ne veulent pas en parler, et cette paix pourrait même représenter à leurs yeux des dépenses inutiles (aider les pays en difficultés par exemple). L'Amour se dissout, rejeté par l'humain et ceux que les humains ont choisi comme chef, et qui portera de plus en plus vers un monde sans amour, ou en d'autre terme: l'enfer !

    J'ai un peu souris, quand j'ai vu un jour (il y a plusieurs années) que le savoir de l'homme, de par ses sciences, le mènerait à sa perte... aujourd'hui, voyant la situation de la planète, entendre les scientifiques sonner l'alarme sur la chose depuis combien de décennies, et aujourd'hui, lire ce texte... ceci démondre que l'homme aura choisi de lui-même sa destinée, et les générations à venir en paieront le prix...