Le genre en jeu au hockey sur glace à Pyeongchang

La Canadienne Meaghan Mikkelson et la Russe Valeria Pavlova pourchassant la rondelle lors du match opposant le Canada aux athlètes olympiques de Russie lundi, à Pyeongchang
Photo: Brendan Smialowski Agence France-Presse La Canadienne Meaghan Mikkelson et la Russe Valeria Pavlova pourchassant la rondelle lors du match opposant le Canada aux athlètes olympiques de Russie lundi, à Pyeongchang

Interrogé sur l’autorisation donnée aux Norvégiennes et aux Suédoises d’effectuer des mises en échec au tournoi olympique de hockey sur glace féminin à Pyeongchang, le président de la Fédération internationale de hockey (IIHF), René Fasel, a soutenu lundi que « c’est une très mauvaise initiative » et que « l’erreur qu’il ne faut absolument pas faire, c’est quand les femmes essaient de jouer comme les hommes. Les femmes devraient plutôt jouer comme des femmes ».

Réaffirmant tous les stéréotypes sexués associés à la pratique du sport, Fasel s’est par la suite justifié en ajoutant que le hockey est « perdu » si on autorise les charges, car « la technique et la rapidité font la beauté du hockey féminin ». Pas besoin donc de mise en échec au hockey féminin selon Fasel. Ce qu’il faut protéger, « c’est l’attractivité et la beauté ».

Loin de prendre position dans le débat autour de l’interdiction ou non des mises en échec au hockey (tous sexes confondus), notre propos vise ici à montrer comment les représentations du masculin et du féminin inculquées de façon durable dans les rites et les imaginaires, comme l’ont mis au jour Françoise Héritier et Pierre Bourdieu, placent les femmes sportives devant l’obligation de faire la preuve de la construction sociale de leur féminité.

Les mots choisis par Fasel en sont des exemples éloquents : « attractivité », « beauté », « technique ». Les hockeyeuses doivent miser sur ces qualités réputées féminines pour sauver leur sport. Reléguant ainsi les femmes dans une logique du paraître, Fasel va encore plus loin en séparant les hockeyeurs des hockeyeuses par un coefficient symbolique négatif : « Les femmes n’arriveront jamais à jouer comme les hommes, a-t-il poursuivi. Il leur manque la force. Il leur manque la rapidité. Il leur manque le physique. »

Stéréotypes hommes-femmes, sources d’inégalités dans le sport

À l’instar de toute pratique sociale, le sport, en particulier le hockey sur glace, fait l’objet d’un marquage sexué. Il contribue à la formation et à la reproduction de l’opposition binaire masculin-féminin, qui s’appuie, pour reprendre Bourdieu, sur les schèmes de perception dominants (actif/passif, rapide/lent, force/fragilité) et conduit ainsi à considérer les femmes comme le « sexe faible ».

Ce système de pensée, qui fonctionne de manière évidente, comme naturelle et allant de soi, explique notamment pourquoi le sport masculin est mis en valeur, voire glorifié, dans les médias et le sport féminin dévalorisé et laissé en marge. Soulignons d’ailleurs que, dans la presse écrite ou à la télévision, il suffit de parler de « sport » en général pour désigner le masculin alors qu’on doit constamment préciser « sport féminin » pour faire référence aux femmes.

Les stéréotypes à peine voilés véhiculés par Fasel pour établir que les mises en échec n’ont pas leur place au hockey sur glace féminin relèvent d’une logique argumentaire qui ne repose que sur des constructions mentales reproduisant les inégalités de genre. La tenue de propos infondés de cet acabit ne saurait avoir d’autre conséquence que l’accentuation de la dimension normative du sport pour les femmes (exigences spécifiques de beauté, de grâce, de finesse, de discipline, de performance technique), qui tendent à cantonner les femmes dans une fonction d’objet esthétique.

Il est navrant que le débat sur la mise en échec au hockey soit réduit à une question de féminin et de masculin par des personnes en situation d’autorité, alors même que l’on passe sous silence le véritable problème, qui est celui des conséquences à court et à long terme de l’introduction des mises en échec sur la santé des sportifs. Celles-ci peuvent en effet être la cause de blessures physiques graves et de séquelles psychologiques tenaces, des maux qui refusent, eux, de faire la distinction entre les hommes et les femmes.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

4 commentaires
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 20 février 2018 14 h 57

    Le sport au féminin

    La Coupe du monde de football féminin suscite moins d’intérêt (même chez les femmes) que son pendant masculin parce que la prestation masculine est de meilleur niveau que celle féminine, essentiellement. L’homme étant physiquement plus fort que la femme, cela se traduit forcément par des tirs au but et des coups de tête plus puissants, des courses et des jeux de pieds plus rapides, des départs et des arrêts plus fulgurants, etc., ce qui rend plus palpitante la compétition. Ce qui saute aux yeux quand on voit un match de foot féminin, c’est la lenteur générale de l’exécution en comparaison du masculin.

    Ce n’est pas particulier au foot. Il en va ainsi de tous les sports d’équipe. Au Canada, où on ne jure que par le hockey, celui féminin est pratiquement méconnu, bien que nous possédions des joueuses parmi les meilleures au monde, qui ont gagné toutes les médailles d’or aux JO d’hiver.

    Une Québécoise a déjà joué dans la Ligue nationale de hockey, la plus prestigieuse au monde. Une première. Elle a été gardienne de but. Nous avons su après coup que l’opération relevait de la mercatique (elle était très jolie); l’équipe était nouvelle et voulait se faire connaître. Bien que la meilleure dans son sexe, la gardienne ne valait pas d’autres excellents gardiens de but masculins laissés en plan par le directeur de l’équipe.

    Seul le tennis féminin semble trouver grâce aux yeux du large public. À cause de la beauté de plusieurs joueuses, comme Eugenie Bouchard? Peut-être parce que la supériorité physique de l’homme y est moins apparente que dans les autres sports. En effet, un match de tennis entre deux femmes de haut niveau paraît curieusement se dérouler tout aussi vivement qu’un match entre deux hommes, bien que cela ne soit pas le cas (il faut revoir «La bataille des sexes»).

    Cette rivalité est bien malheureuse, car si les sports d’équipe féminins étaient valorisés, il se trouverait plus de femmes à pratiquer des activités sportives, ce qui est une excellente cho

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 20 février 2018 15 h 01

    Inventer des sports d'équipe propres aux seules femmes

    Il faudrait inventer des sports d'équipe propres aux seules femmes afin que la comparaison ne puisse se faire avec l'équivalent masculin.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 20 février 2018 15 h 08

    Les Barbie-foots

    En 2015, je me souviens avoir vu hier à RDS un match de soccer opposant les États-Unis et le Japon, en finale du Mondial féminin. Ma foi, les caméras vancouvéroises n’en avaient que pour les belles États-Uniennes, toutes fardées comme des poupées Barbie. Quelle catastrophe cela aurait été si le Japon avait gagné!

  • Marc Therrien - Abonné 20 février 2018 20 h 38

    Après le roller derby, pourquoi pas le hockey derby?

    Le souvenir que j'ai du "roller derby" me laisse penser que le hockey féminin avec mises en échec, bien que moins violent que le sport brutal qu'il est devenu chez les hommes, pourrait être plaisant à regarder, car je n'ai aucun doute que les femmes peuvent prendre elles aussi beaucoup de plaisir à se bousculer dans une douce violence contrôlée.

    Marc Therrien