Un premier test progressiste pour Jagmeet Singh

Âgé de 39 ans, adepte des selfies et d’Instagram, Jagmeet Singh veut séduire la même base électorale jeune et diversifiée que celle qui a propulsé Trudeau à la tête du gouvernement.
Photo: Francis Vachon Le Devoir Âgé de 39 ans, adepte des selfies et d’Instagram, Jagmeet Singh veut séduire la même base électorale jeune et diversifiée que celle qui a propulsé Trudeau à la tête du gouvernement.

Chef du Nouveau Parti démocratique depuis moins de six mois, Jagmeet Singh rencontrera pour la première fois en congrès les membres du parti en fin de semaine. Après s’être fait doubler à gauche dans sa rhétorique en 2015 par les libéraux de Justin Trudeau, le NPD a une pente à remonter d’ici 2019 et doit démontrer ses convictions progressistes.

En effet, trois ans après l’élection et malgré plusieurs promesses brisées, notamment l’abandon de la réforme électorale et le feu vert donné au pipeline Kinder Morgan, l’étoile de Trudeau brille encore sur le monde politique fédéral. Âgé de 39 ans, adepte des selfies et d’Instagram, Jagmeet Singh veut séduire la même base électorale jeune et diversifiée que celle qui a propulsé Trudeau à la tête du gouvernement. Afin de se démarquer de son adversaire, nous croyons qu’il devra présenter des propositions de gauche innovantes pour s’attaquer, entre autres, aux inégalités croissantes et aux changements climatiques.

M. Singh a d’ailleurs répété plusieurs fois vouloir se rapprocher de la population, surtout celle du Québec, grâce à ses valeurs progressistes. Dans ce contexte, le congrès national du parti qui se déroule du 16 au 18 février à Ottawa constitue un premier test auprès des membres pour le nouveau chef.

Des résolutions audacieuses

En fin de semaine, plusieurs résolutions audacieuses seront présentées aux membres qui y participeront. Pour Jagmeet Singh, ce sera l’occasion de réitérer des positions qu’il avait soutenues durant la campagne à la chefferie. L’élimination des droits de scolarité, par exemple, qui avait été défendue par Jagmeet Singh, mais aussi par Niki Ashton et Peter Julian dans la course à la direction, est un enjeu important pour beaucoup de néodémocrates, et plus particulièrement pour nous, la plus jeune génération, qui est aux prises avec une précarité économique grandissante.

Le leap manifesto, qui avait été source de débat en 2016 à Edmonton, reviendra très certainement sur le plancher. Donner son appui aux résolutions découlant du leap, une opposition formelle aux pipelines entre autres, est une position nécessaire pour que le NPD affirme un leadership environnemental dont manquent cruellement le premier ministre actuel et Catherine McKenna. Rappelons à quel point l’opposition floue du NPD envers l’oléoduc Énergie Est lui avait été dommageable en 2015, tout particulièrement au Québec.

Alors que le Canada de Trudeau s’est abutenu aux Nations Unies lors d’un vote crucial visant à dénoncer la position américaine sur Jérusalem, le NPD a l’occasion de se positionner comme chef de file sur l’enjeu des droits de la personne liés au conflit israélo-palestinien. En effet, les membres pourraient voter au congrès pour une interdiction de la mise en marché canadienne des produits fabriqués par Israël en territoires palestiniens occupés. Nous-mêmes, les jeunes néodémocrates du Québec, Alain Deneault, Libby Davies, et plus de 25 associations de circonscription du NPD comptent parmi les signataires de la résolution. Appuyer de telles sanctions diplomatiques et économiques faisant pression sur l’État d’Israël permettrait au NPD de se positionner à l’avant-garde dans ce dossier où Trudeau fait triste figure.

En tant que jeunes néodémocrates du Québec, nous invitons notre chef à profiter de ce congrès pour tendre la main aux nombreux progressistes du Québec qui se cherchent une voix pour les représenter à Ottawa. Une opposition claire aux oléoducs, un soutien aux efforts de résistance du peuple palestinien et un appui à la gratuité scolaire : voilà tant de propositions que Jagmeet Singh devrait soutenir en fin de semaine pour envoyer le signal clair que le NPD est la véritable option de gauche pour les Canadiennes et Canadiens.

* Texte cosigné par NDP McGill, NPD UdeM, NDP Concordia.