Réaffirmer la mission de l’école, valoriser le travail des enseignants

La difficulté de la tâche d’enseignant, et la fatigue qui en découle, en amène plusieurs à prendre congé de l’école, à se tourner vers le privé ou tout simplement à partir, déplorent les auteurs. 
Photo: iStock La difficulté de la tâche d’enseignant, et la fatigue qui en découle, en amène plusieurs à prendre congé de l’école, à se tourner vers le privé ou tout simplement à partir, déplorent les auteurs. 

Ces derniers jours, Le Devoir a consacré deux éditoriaux et quelques articles à l’éducation obligatoire ; nous ne pouvons que nous en réjouir. Quatre problèmes ont retenu l’attention : 1) la nécessité de trouver des personnes qualifiées pour remplacer le personnel enseignant malade ou en congé ; 2) la pénurie de suppléantes et suppléants à la journée pour effectuer les remplacements ; 3) le difficile travail des enseignantes et enseignants au quotidien ; 4) l’annulation des formations faute de suppléants. Nous, signataires de ce texte, avons enseigné à l’école publique, soit durant les années 1967-1980, soit durant les années 1990, soit nous y enseignons encore. Nous souhaitons proposer quelques explications à ces quatre problèmes et des solutions à long terme qui tiennent compte de la mission de l’école.

Qui connaît la réalité de l’enseignement au primaire et au secondaire sait que ce travail est de plus en plus épuisant, souvent désespérant, et de moins en moins conforme à l’idéal de l’enseignante ou enseignant qui arrive frais et dispos dans une classe et en ressort avec le sentiment du devoir accompli. Ainsi, fatigue, maladie, exil vers les écoles du réseau privé ou décrochage amènent plusieurs à prendre congé de l’école pour un temps ou définitivement, d’où la nécessité de les remplacer. Ce phénomène qui date de plusieurs années, faut-il le rappeler, n’est qu’un épiphénomène, mais il a pris une telle ampleur qu’il occupe l’actualité. Il faut bon nombre de personnes qualifiées pour effectuer ces remplacements, mais il y a pénurie. Le miniboom démographique (qui a dû être prévu par les démographes du Ministère), l’arrivée d’immigrants, somme toute minime, et la baisse progressive des ratios maître-élèves sont cependant loin d’expliquer l’ampleur de ce phénomène.

Les quatre problèmes évoqués s’expliquent bien davantage par les compressions nettes d’un milliard de dollars faites par le gouvernement libéral au cours de la dernière décennie ; la lente destruction d’un système scolaire unique avec la création d’écoles et de parcours séparés ; l’attrait de plus en plus faible des facultés d’éducation pour qui connaît un tant soit peu le travail et la rémunération inadéquate du corps enseignant, et enfin par les très difficiles conditions du travail d’enseignant, auxquelles il faut ajouter un certain mépris de la population pour qui y oeuvre. Dans les années 1965-1980, enseigner était considéré au Québec comme un noble métier et nous étions respectés. En 1982, le gouvernement du PQ a adopté une loi spéciale qui, entre autres, réduisait les salaires des enseignants et montrait ainsi le peu de respect qu’il avait pour eux, si bien que, peu à peu, on a vu ou entendu dans les médias des propos de plus en plus offensants : « Des gens qui se plaignent pour rien, qui ne travaillent pas fort et qui ont deux mois de vacances… ».

Un bien fondamental

Or, quelles sont les mesures prises par le ministre et les derniers gouvernements du PLQ relayées par les médias ? Comme d’habitude, des solutions à la pièce et à court terme, sans que nous puissions avoir la preuve qu’elles seront en vigueur : embauche de 2000 enseignants et professionnels l’an prochain (sans préciser si ce seront des postes permanents ou non et si on trouvera des personnes pour les occuper) ; signature de milliers d’autorisations d’enseigner et de tolérances d’enseignement ; injections de nouveaux millions ; incitations des universités pour qu’elles diplôment plus d’étudiants, etc. Mais tout cela ne peut tenir lieu de vision de l’éducation, dont la mission, on doit le rappeler, est d’instruire, c’est-à-dire d’élever la conscience des jeunes par la connaissance et ainsi leur permettre d’avoir une réflexion critique sur le sort du monde.

Ce qu’il faut avoir le courage de faire, de toute urgence, c’est valoriser l’institution scolaire publique, dont la mission est en péril. Pour cela, il faut améliorer les conditions d’exercice du métier, ce qui implique des ratios maître-élèves moins élevés, une plus grande autonomie professionnelle, une meilleure formation initiale jointe à une plus grande sélection des inscrits et la possibilité d’activités de formation continue pertinentes pour le corps enseignant, une meilleure rémunération, ainsi que l’établissement d’équipes-écoles comme lieux d’entraide et de solidarité. Aux politiciens et administrateurs comptables, nous disons : l’éducation n’est pas une marchandise dont il faut calculer les coûts de production ; c’est un droit fondamental, et sa finalité est de former des êtres capables de contribuer à une société plus juste. Il en va de l’avenir.

À voir en vidéo