Internet haute vitesse, une occasion pour les municipalités

Des solutions pour l’accès à l’Internet haute vitesse existent maintenant pour les municipalités non desservies par les grandes compagnies, soulignent les auteurs. 
Photo: Toby Talbot Associated Press Des solutions pour l’accès à l’Internet haute vitesse existent maintenant pour les municipalités non desservies par les grandes compagnies, soulignent les auteurs. 

Devant la négligence des grands câblodistributeurs de desservir la population des municipalités de petite taille, le gouvernement a décidé de subventionner ces premiers pour qu’ils puissent ensuite garder les profits des abonnements à Internet haute vitesse dans leurs poches déjà profondes.

Une telle boulimie est proprement scandaleuse pour les entreprises qui ont toujours refusé de servir ce qu’ils appellent les petits marchés, dispersés sur tout le territoire rural du Québec.

C’est un peu comme si Maurice Duplessis avait confié l’électrification rurale à des compagnies privées en les subventionnant pour ensuite engraisser leurs profits après avoir fait payer les infrastructures par le gouvernement à même les impôts.

Heureusement, des solutions pour l’accès à l’Internet haute vitesse existent maintenant pour les municipalités non desservies par les grandes compagnies. En effet, dix municipalités de la MRC de Montcalm dans Lanaudière, avec à sa tête le préfet Louis-Charles Thouin, sont actuellement à déployer le projet Luciole, qui utilise l’effet de levier d’une MRC pour déployer son propre réseau, dont les profits feront, à terme, baisser les taxes municipales.

Avant la décision des ministres Anglade et Coiteux de subventionner les câblodistributeurs, les maires de cette MRC, avec l’appui des compétences de Desjardins, ont décidé de fonder leur propre entreprise de distribution du signal Internet haute vitesse, un projet encore unique au Québec. L’organisme sans but lucratif investira près de 12 millions pour desservir 7600 foyers de sa région. Les contribuables des dix municipalités de la MRC Montcalm n’auront aucun sou à débourser pour bâtir les infrastructures, les abonnements à Internet suffiront à rembourser le règlement d’emprunt de la MRC. Qui plus est, après une période de cinq ans, les revenus et les profits serviront à réduire le compte des contribuables de la MRC Montcalm.

Des précédents

En fait, le modèle n’est pas entièrement nouveau. En effet, la Ville de Sherbrooke ou encore la petite municipalité de Rouville possèdent leur propre réseau de distribution électrique en lieu et place d’Hydro-Québec, et les profits retournent dans les goussets des contribuables. Ces compagnies municipales bénéficient des interconnexions avec le réseau d’Hydro-Québec. Ce sera le cas pour l’interconnexion avec les grands réseaux de câblodistribution pour les ruraux du projet Luciole, comme l’oblige le CRTC.

Plusieurs administrations ont déjà flairé ce modèle d’avenir pour les municipalités de petite taille sur tout territoire du Québec. Dès le début de cette année, elles entendent se familiariser avec les fondements de cette approche, qui représente une occasion unique de bien desservir les populations rurales avec des profits qui retourneront dans les goussets des citoyens. Une rencontre de type webinaire est d’ores et déjà à l’ordre du jour pour inviter les municipalités regroupées dans les 87 MRC du Québec à saisir ce modèle d’économie sociale qui s’est matérialisé dans le projet Luciole pour les dix municipalités de la MRC Montcalm.

Ce modèle participatif d’accès à Internet haute vitesse s’apparente d’ailleurs au modèle de révolution solaire de Brooklyn à New York. Le projet Brooklyn Microgrid est un miniréseau qui alimente des centaines de consommateurs à partir de la production d’électricité par des panneaux solaires de particuliers. Le modèle Luciole pour Internet haute vitesse de Lanaudière pourrait bien s’étendre à la production électrique.

S’il faut se réjouir bien sûr du fait que le gouvernement ait décidé de soutenir des projets d’infrastructures pour l’accès à Internet dans les 14 régions administratives du Québec, pour une première vague de projets totalisant 290 millions, il importe de se demander immédiatement à qui profiteront ces subventions. La ministre Anglade, responsable de ce programme de subventions, aurait aussi avantage à se questionner sur les effets qu’auront ces programmes sur les contribuables municipaux qui bénéficieront de ces services.

Soutenir les municipalités

À défaut de pouvoir exiger des promoteurs qu’une partie des profits dégagés par les subventions du gouvernement puisse aussi bénéficier aux contribuables, la ministre pourrait s’engager à modifier son approche pour les projets à venir. C’est dans ce contexte aussi que le gouvernement, pour sa deuxième vague de projets, devrait confier à des organismes comme la FQM ou l’UMQ le mandat de soutenir les nombreuses municipalités qui seraient en mesure de mettre au point leur projet de type Luciole sur leur territoire et en faire bénéficier les contribuables municipaux.

Le gouvernement de M. Couillard a reconnu ce besoin des temps modernes pour les communautés rurales du Québec. Ces dernières sont d’avis que le gouvernement devrait également les soutenir, à même son enveloppe de 400 millions dédiée à cette fin, pour qu’elles implantent l’Internet haute vitesse. Le gouvernement ayant reconnu les municipalités comme des partenaires privilégiés, l’implantation des réseaux d’accès à Internet haute vitesse par les municipalités elles-mêmes — comme le montre le projet Luciole dans la région de Lanaudière — offre une occasion concrète pour le ministre Coiteux d’intervenir auprès sa collègue pour passer de l’engagement aux actes.

Contrairement à ceux qui affirment que ces millions pour Internet haute vitesse dans les régions rurales constituent des bonbons à saveur électorale, nous aimons mieux penser qu’il s’agit plutôt d’une réponse qui fait écho à la voix des nombreux députés de tous les partis qui ont répercuté celles de leurs compatriotes ruraux.

2 commentaires
  • Patricia Beloin - Abonnée 11 janvier 2018 08 h 35

    Et les petites sections....?

    Je demeure dans le bout d'un rang, un secteur où les les câblodistribueurs ne sont pas intéressés à nous donner du service. J'ai internet par coupole. Ça apprends à être patient. Luciole viendra t'elle dans ces petits bout de territoire. Où se sera ceux qui sont déjà câblés qui auront encore les avantages? Pourtant la haute vitesse internet c'était pour tous les canadiens.

    • Danielle Houle - Abonnée 11 janvier 2018 09 h 54

      Je vis la même chose. Dans le village de St Denis sur Richelieu il y a internet haute vitesse, mais là où nous sommes, quelques citoyens, environ 12 maisons n'avons toujours pas accès à internet haute vitesse.

      La demande d'internet à haute vitesse a été faite à quelques reprises par le passé, mais bien sûr sans résultat et des promesses de ''on va y voir'' sans que rien ne se passe réellement. Il faut d'abord qu'il y aie une RÉELLE volonté politique venant de la municipalité et ça, au delà des mots et toujours des mots et des maux qui font trop souvent font en sorte que la citoyenne que je suis s'écoeure de la politique!