«Le Devoir» réalise un plan ambitieux de recapitalisation

Éric Desrosiers, journaliste et administrateur, Guillaume Bourgault-Côté, président du syndicat, et François Desjardins, vice-président du syndicat, posent avec André Ryan, président du conseil, et Brian Myles, directeur du «Devoir». 
Photo: BCF Éric Desrosiers, journaliste et administrateur, Guillaume Bourgault-Côté, président du syndicat, et François Desjardins, vice-président du syndicat, posent avec André Ryan, président du conseil, et Brian Myles, directeur du «Devoir». 

Pour la première fois depuis 1993, Le Devoir inc. a procédé récemment à une recapitalisation inventive, grâce à l’apport d’investisseurs patients issus des secteurs institutionnel et privé. Ces transactions procurent au Devoir les fonds nécessaires pour mener à bien son plan stratégique 2020, axé sur le numérique, tout en préservant l’indépendance du quotidien. L’imprimé n’est pas pour autant en reste puisque Le Devoir continue d’être livré à ses lecteurs dans ce format six jours par semaine.

Trois partenaires historiques du Devoir, le Fonds de solidarité FTQ, le Mouvement Desjardins et Fondaction, ont fourni une part substantielle des 2,2 millions de dollars en capitaux recueillis dans le cadre d’une série de transactions privées menées en conformité avec les exigences de la Loi sur les sociétés par actions, sous les conseils juridiques du cabinet BCF.

En additionnant les investissements en immobilisations déjà prévus par Le Devoir, la société disposera d’une somme de 5 millions de dollars pour mettre à exécution son plan de transformation numérique, sans tourner le dos à l’imprimé, avec pour objectif de développer un modèle d’affaires fondé presque exclusivement sur l’abonnement d’ici l’horizon de 2020. Le Devoir a confiance d’y parvenir en raison de son positionnement unique sur le marché et grâce à l’apport des nouveaux investisseurs.

Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Le syndicat de la rédaction croit en l’avenir du journal, à tel point que ses membres ont accepté de participer à la recapitalisation.

Dans notre modèle, les revenus de publicité seront toujours les bienvenus, en complément, dans le cadre d’une stratégie reposant sur la production multiplateforme de contenus d’information à valeur ajoutée. Comme d’autres grands médias de qualité, tels que le New York Times et Le Monde, Le Devoir fait le pari qu’il sera possible de monétiser les contenus auprès des abonnés, pour ses versions imprimées autant que numériques. D’ailleurs, les deux tiers de nos revenus proviennent déjà de nos abonnés, pour qui Le Devoir est un instrument indispensable pour l’avancement de la société québécoise.

Les revenus de sociofinancement provenant des Amis du Devoir et des contributions découlant de notre campagne annuelle « Je soutiens Le Devoir » sont aussi partie intégrante de notre nouveau modèle d’affaires. Cet apport financier fort précieux sera principalement investi dans nos contenus et le développement de nos applications.

Quant au soutien demandé aux gouvernements par les regroupements médiatiques auxquels nous appartenons, il demeure tout aussi nécessaire pour soutenir le virage numérique dont dépend notre pérennité.

D’ailleurs, à ce sujet, Le Devoir inc. a reçu un prêt remboursable sur cinq ans de 526 000 $ du gouvernement du Québec par l’entremise de son mandataire, Investissement Québec (IQ), afin de faire l’acquisition d’outils technologiques sous licence. Il s’agit de la seule participation gouvernementale dans Le Devoir inc.

Les nouveaux actionnaires

Les nouveaux actionnaires qui seront représentés au conseil d’administration du Devoir sont :

  • l’Imprimerie populaire limitée (IPL) ;
  • le Fonds de solidarité FTQ ;
  • le Mouvement Desjardins ;
  • le Syndicat de la rédaction du Devoir ;
  • Fondaction ;
  • Exaclan inc. (Denis M. Sirois) ;
  • Jacques Lamarre Management inc. ;
  • Michèle Lamarre ;
  • Location d’outils Simplex (André Véronneau) ;
  • Gestion de Luz inc. (Louis Véronneau).
 

À l’image des lecteurs et lectrices, les actionnaires du Devoir comprennent la réalité et la mission bien particulières de l’entreprise. Ils souscrivent à des actions en étant animés des mêmes intentions que les quelque 2000 donateurs qui ont contribué à notre campagne de soutien cette année. Ils posent un geste citoyen pour soutenir un média indépendant qui est essentiel à la vitalité du débat d’idées au Québec.

L’indépendance du Devoir et l’autonomie du directeur dans les choix rédactionnels sont entièrement préservées dans la nouvelle convention d’actionnaires qui unit les parties. L’Imprimerie populaire limitée, représentée par le directeur, garde le contrôle du Devoir avec 51 % des votes au conseil. Le directeur, par le contrôle qu’il exerce sur le bloc d’actions d’IPL, nomme 7 administrateurs sur 14 au conseil (dont un poste pour lui-même). Le président du conseil du Devoir, une fonction assumée par André Ryan depuis le décès de Jean Lamarre, sera désigné par un vote majoritaire du conseil, sur recommandation du directeur.

Un double verrou dans la convention des actionnaires empêche les actionnaires de forcer IPL à céder le contrôle de la société et empêche IPL de céder le contrôle de la société de son propre chef. Le Devoir n’est pas à vendre, et il ne le sera jamais. Il demeure le plus grand média indépendant francophone en Amérique du Nord, en conformité avec les volontés de son fondateur, Henri Bourassa.

Une transaction réussie

La recapitalisation du Devoir a été un projet de longue haleine, amorcé par l’ancien directeur, Bernard Descôteaux. S’il est un homme qui a déployé temps et énergie pour amener de nouveaux investisseurs, assainir le bilan financier et les structures juridiques du Devoir, c’est bien notre regretté président du conseil, Jean Lamarre. Celui-ci a consacré des heures incalculables au projet et il a engagé le prestige de sa réputation et de son réseau de contacts pour faire de la recapitalisation du Devoir une réalité.

M. Lamarre a notamment convaincu son oncle, Jacques Lamarre, et sa soeur, Michèle Lamarre, de participer à la recapitalisation. La famille Lamarre sera représentée au conseil par Isabelle Lamarre. Le Devoir compte aussi sur l’apport de deux autres familles. Denis M. Sirois, dont le père, Denis Sirois, fut l’un des principaux actionnaires individuels du Devoir lors de la recapitalisation de 1993, poursuit son engagement avec nous. Une troisième famille (André Véronneau et son frère Louis Véronneau) s’ajoute à l’actionnariat.

Outre le Fonds de solidarité et Fondaction, le Syndicat de la rédaction du Devoir a également investi dans la relance du Devoir. Il s’agit là d’une importante marque de confiance de la part du principal syndicat actif au sein de la société. Le représentant du syndicat siégera au comité exécutif et au conseil d’administration. À ce titre, il participera aux décisions stratégiques importantes sur les affaires courantes du Devoir.

Cette convergence d’actionnaires issus des grandes institutions québécoises, du secteur privé et du giron syndical atteste du caractère rassembleur du Devoir.

Des transactions en amont

En amont de la recapitalisation, Le Devoir a procédé à une série de transactions bilatérales. Ainsi, la société a procédé au rachat des actions détenues par la SPEQ Le Devoir et la SPEQ des employés du Devoir. Ces deux sociétés ont procédé à leur dissolution respective en 2016 et en 2017. Il est à noter qu’en participant à la recapitalisation du Devoir, le Syndicat de la rédaction a repris le rôle et les responsabilités dévolues autrefois à la SPEQ des employés du Devoir.

Les autres actionnaires de 1993 ont également accepté le rachat sans contrepartie, à des fins d’annulation, de toutes les actions qu’ils détenaient dans la société.

L’ensemble des transactions, de même que l’apport de nouveaux capitaux, permettra au Devoir de poursuivre sur sa lancée et de conforter sa position, sur le marché québécois, comme média de niche et carrefour d’idées.

Le nouveau conseil d’administration du «Devoir»

Administrateurs nommés par les actionnaires

Normand Chouinard, Premier vice-président aux investissements, Fonds de solidarité FTQ;

Éric Desrosiers, Journaliste, représentant du Syndicat de la rédaction du Devoir;

André Forgues, Conseiller stratégique au Mouvement Desjardins;

Isabelle Lamarre, Avocate, représentante du groupe Lamarre;

Michel Rioux, secrétaire, Retraité de la CSN, représentant de Fondaction;

Denis M. Sirois, Vice-président des investissements chez Télésystème ltée;

André Véronneau, Président de Location d’outils Simplex, représentant du groupe Véronneau

Administrateurs nommés par le directeur, pour L’Imprimerie populaire limitée

Michèle Fortin, Administratrice de sociétés;

Anne Joli-Coeur, Administratrice de sociétés;

Suzanne Moquin, Vice-présidente, Médiagrif;

Brian Myles, Directeur, Le Devoir;

Lucie Rémillard, Présidente, LR Stratégie;

André Ryan, Président par intérim, associé chez BCF;

Alain Saulnier, Professeur invité, Département de communication, Université de Montréal

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

4 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 22 décembre 2017 02 h 24

    Félicitations aux journalistes et au directeur du journal pour un effort colossal de sauvegarder la survie de notre journal bien aimé. Bien que, j'ai peur que l'amalgame de gens d'affaires avec le conseil d'administration, puisse compromettre l'indépendance indispensable à la qualité de l'information du Devoir.

  • Jean Breton - Abonné 22 décembre 2017 11 h 06

    Pour mieux connaître le C.A.

    Pourrait-on nous dire si le président de l'actuel Conseil d'administration (choisi par le Directeur Bryan Myles) est le fils de Claude Ryan, l'ancien directeur du Devoir et ancien chef du camp du non lors du référendum de 1995 ?

    • Colette Pagé - Inscrite 22 décembre 2017 13 h 27

      Extrait du site À Bon Droit

      Un petit air de famille …
      Par : Natacha Mignon | Le : 2010-04-15 16h54

      Au fait, qui est Me André Ryan, l’ avocat choisi par Jean Charest pour poursuivre Marc Bellemare ?

      - Mais, mais … qui est cet André Ryan, vous demandez-vous ?
      Avant de répondre aussitôt :

      - Oh ! Sûrement un hot shot lawyer puisqu’il a été choisi par le Premier ministre dans une affaire compliquée à forte exposition médiatique, au point que ce dernier délaisse un de ses plus proches conseillers, l’avocat Marc-André Blanchard, grand patron de McCarthy et ex-président du parti libéral québécois.

      Rassurez-vous, le Premier ministre est un ami fidèle et Marc-André Blanchard est toujours dans le coup. Au moins par alliance.

      Expliquons-nous.

      André Ryan est le fils de Claude Ryan, l’ancien chef du parti libéral du Québec et le frère de Patrice Ryan, président de la commission du PLQ et un lobbyiste proche de Jean Charest.

      Marc-André Blanchard dans tout cela ? Et bien c’est son beau-frère … puisqu’il est marié à Monique Ryan, la sœur d’André.

      Small world we live in...

  • Colette Pagé - Inscrite 22 décembre 2017 11 h 14

    Excellente nouvelle visant à assurer la pérennité du Devoir !

    Étant donné que dans cette crise des médias l'argent demeure le nerf de la survivance il s'imposait pour le Devoir de prendre ce virage avec l'apport d'argent neuf de personnes et d'institutions convaincues de l'importance d'assurer sa pérennité sans affecter l'indépendance du journal.

    En revanche, il s'impose que les Gouvernements donnent suite aux demandes des médias visant à les accompagner dans cette crise.

    Et pourquoi pas, quitte à le redire, de s'inspirer de la politique d'aide du Gouvernement français envers un journal comme le Monde diplomatique ou la Revue Marianne en permettant la déduction fiscale des dons.