Comment tuer le débat

Cette façon de procéder par amalgame est devenue au fil des ans si coutumière qu’elle empêche tout bonnement que se tiennent des débats rationnels sur bien des questions qui agitent nos sociétés, estime l'auteur. 
Photo: Getty Images Cette façon de procéder par amalgame est devenue au fil des ans si coutumière qu’elle empêche tout bonnement que se tiennent des débats rationnels sur bien des questions qui agitent nos sociétés, estime l'auteur. 

Dans Le Devoir du 24 novembre dernier, Alexie Labelle réplique au texte d’Ève Séguin et Julius Grey paru l’avant-veille, qui, selon elle, « détournent [sic] complètement les réalités étudiantes », « proposent des amalgames fallacieux » en plus d’entretenir « un préjugé dangereux à l’égard des plus jeunes générations ». Le présent texte n’a pas pour but de prendre la défense d’auteurs qui sauront bien le faire eux-mêmes. Son objectif est plutôt de montrer comment une certaine rhétorique à la mode « tue » le débat et contribue à engendrer un discours manichéen dont le rapport avec la réalité devient de plus en plus problématique.

Rappelons pour commencer que le texte d’Ève Séguin et Julius Grey portait sur ce qu’on doit malheureusement appeler l’« affaire Sicotte », du nom de ce professeur d’art dramatique récemment accusé par certains de ses anciens étudiants de « harcèlement ». Les deux auteurs y faisaient l’hypothèse que cette triste histoire avait pour ressort une « socialisation désormais pathologiquement surprotectrice des enfants », pathologie dont découle « la demande de ces adultes infantilisés […] d’être validés par les professeurs […] exactement comme ils l’ont été par leurs parents ». Cette tendance expliquait, selon eux, ladite « affaire Sicotte » et d’autres phénomènes analogues un peu partout dans les universités et collèges nord-américains.

Or, dans sa réplique qui n’en est pas une, Alexie Labelle parle presque exclusivement de « harcèlement sexuel », accusation qui, à ma connaissance, n’a jamais été portée contre Gilbert Sicotte. Étrange amalgame de la part de quelqu’un qui reproche justement à Ève Séguin et Julius Grey de réaliser eux-mêmes « des amalgames fallacieux » ! La thèse que ces deux auteurs présentent n’a évidemment rien à voir avec le « harcèlement sexuel » et il serait parfaitement ridicule d’affirmer que ce dernier résulte de l’« infantilisation » de celles ou ceux qui en sont victimes ! Au lieu de caricaturer ainsi leur pensée, il aurait donc été plus honnête de discuter l’argument qu’ils avancent et d’expliquer pourquoi il s’agit, aux yeux de leur contradictrice, d’un « préjugé dangereux ».

Procéder par amalgame

Il convient de faire remarquer que cette façon de procéder par amalgame est devenue au fil des ans si coutumière qu’elle empêche tout bonnement que se tiennent des débats rationnels sur bien des questions qui agitent nos sociétés. On se rappellera par exemple la réplique cinglante que s’était attirée François Legault de la part de Philippe Couillard, le premier ministre l’accusant de « souffler sur les braises de l’intolérance » parce qu’il osait s’interroger sur la proposition du gouvernement de hausser les seuils d’immigration. De la même façon se verront taxer d’antiféminisme l’impudent qui osera s’opposer publiquement à l’écriture dite « inclusive », d’islamophobie ou de racisme le défenseur d’une laïcité que l’on qualifiera de « fermée » pour les besoins de la cause, etc. Ce manichéisme dénonciateur est partout et il entrave le discours public, bannissant ou stigmatisant toute opinion qui ne se conforme pas aux normes édulcorées de ce nouveau discours dominant ; il finit par tétaniser la pensée.

Outre une conversation authentiquement démocratique, ce qui se perd dans cette multiplication des hyperboles de mauvaise foi, c’est le rapport entre ces mots et le réel qu’ils sont censés décrire. On use ainsi de locutions assenées comme des évidences, qui deviennent autant de pures pétitions de principe jamais expliquées, encore moins prouvées : « système patriarcal », écrit Alexie Labelle (demandez donc à un immigrant si le Québec est « patriarcal » et il y a bien des chances pour qu’il vous éclate de rire au nez) ; « montée de l’extrême droite », répètent depuis des jours certains médias (combien au juste ont d’adhérents ces quelques groupuscules ?). Méfions-nous des mots… ils ne sont pas la réalité.

Peut-être faudrait-il apprendre également à se méfier de toutes ces statistiques qui illustrent nos échanges polémiques. Outil de recherche fondamental, les statistiques souffrent aussi de travers méthodologiques bien connus. Dit en clair : il est facile de leur faire dire n’importe quoi. Pas plus que les mots, les chiffres ne sont garants d’objectivité.

Crier au harcèlement

Alexie Labelle allègue ainsi que 58 % des étudiants de l’Université Laval aux cycles supérieurs ont déjà subi du « harcèlement psychologique » de la part de leur directeur et que 33,5 % d’entre eux ont en outre été victimes de « harcèlement sexuel ». Franchement, j’ai un peu de peine à imaginer que de très nombreux professeurs de cette institution intimident ou insultent leurs étudiants, voire — pire ! — qu’ils profèrent des menaces à leur encontre et qu’un nombre significatif d’entre eux sont des satyres qui les harcèlent sexuellement. Si c’était le cas, il s’imposerait de faire un grand ménage et de renouveler dans les plus brefs délais un corps enseignant aussi peu professionnel et aussi immoral.

Mais attention ! Si on se penche sur ce sondage, on découvre qu’il a été réalisé par l’Association des étudiants de l’Université Laval (et non par un institut de sondage professionnel) et que seuls 10 % des étudiants consultés ont répondu au questionnaire (quelle est alors la marge d’erreur d’un tel résultat ?), 74 % d’entre eux ayant dit avoir déjà vécu « de la vulnérabilité » dans leurs rapports avec leurs enseignants. Ces réserves remettent alors en perspective ces chiffres accablants et donnent peut-être même raison à Ève Séguin et Julius Grey quand ils affirment ceci : « Il ne faut pas s’étonner que des étudiants infantilisés crient au “harcèlement” quand un professeur leur donne trois mauvaises notes consécutives ou les critique ouvertement. »

10 commentaires
  • Sylvie Lapointe - Abonnée 30 novembre 2017 07 h 29

    Bonne réplique!

    Il serait pertinent de garder en tête les points que vous soulevez lorsque nous prendrons connaissance de ce qui se publie ou se dit sur la place publique.

  • Gisèle Filion - Inscrite 30 novembre 2017 07 h 48

    tuer le débat avant qu'il ne commence...

    M. Patrick Moreau, vous avez tout à fait raison.
    Ce que vous dénoncez tue bel et bien le débat.

    Ne retrouve-t-on pas une autre façon tout aussi efficace de tuer le débat, lorsque à l’Assemblée Nationale, un élu, un ministre, voire même un premier ministre, non seulement ne répond pas à une question, mais pire encore, substitue à une réponse réclamée, un procès d’intention à celui qui pose la question, en affirmant par exemple “ce que le chef de l’opposition veut c’est...” et là on y va , on relève des intentions malveillantes que l’adversaire aurait.

    Je m’étonne toujours que certains mots soient bannis à l’Assemblée Nationale, alors qu’un tel procès d’intention soit permis.

    Cette façon d’attribuer, des intentions à quelqu’un d’autre, au lieu de répondre aux questions, me révulse. Cela tue le débat car la population au lieu de recevoir les informations qu’elle est en droit d’attendre, reçoit une incitation à disqualifier l’adversaire avant même d’entendre ses propos.

    • Solange Bolduc - Inscrite 30 novembre 2017 10 h 16

      Votre dernier paragraphe, Mme Filion, il faudrait l'attribuer à notre démagogue prrofessionnel: notre PM Couillard !

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 30 novembre 2017 08 h 27

    La marchandisation du féminisme

    Mes commentaires concernent la dernière partie de ce texte (Crier au harcèlement).

    Dans le texte ‘Doit-on fermer l’université Laval?’, j’écrivais hier : “Aucun parent digne de ce nom ne peut confier ses enfants à une institution où sévit une violence tellement généralisée qu’on peut la qualifier de systémique.”

    Quand 20,000 victimes de violence sexuelle se concentrent dans un territoire aussi restreint que le campus de Laval, ce lieu doit être immédiatement investi par les forces policières et interdit au public.

    Après avoir fait l’analyse de cette étude-bidon, j’en arrive à la conclusion que l’université peut demeurer ouverte.

    Parce qu’il s’agit bien d’une étude _totalement dépourvue_ de valeur scientifique.

    Rédigée en écriture inclusive (parce que ça fait BCBG], l’étude est le fruit de la marchandisation du féminisme. Parce que pour certaines universitaires, le féminisme est une business. Quel organisme subventionnaire oserait couper les vivres à des pionnières qui documentent l’étendue de la violence faite aux femmes?

    Donc on réalise des sondages présentées comme des études, dans lesquels le viol et la quête amoureuse maladroite d’adolescents ou de jeunes adultes sont également présentés comme de la violence sexuelle.

    Et voilà Laval transformée en repaire de violeurs et d’abuseurs sexuels.

  • Robert Bernier - Abonné 30 novembre 2017 08 h 46

    Débats dans Revue Argument

    À lire dans la revue Argument: Savoir débattre, comme illustration du propos de l'auteur. Plusieurs débats contradictoires sur des sujets d'actualité. On en ressort tout à fait privés de position absolutiste sur quoi que ce soit, chaque intervenant sachant bien présenter ses arguments. Qu'est-ce à dire? Qu'on s'embourbe et n'arrive à aucune décision sur quoi que ce soit? Je dirais plutôt qu'on en vient à se représenter cette qualité du débat démocratique qu'on attribue aux pays scandinaves, son pragmatisme: les choses doivent être débattues longtemps mais, à la fin, on développe des stratégies qui font consensus, ce qui manque à mon avis au Québec.

    C'est une mise en pratique de la maxime des pragmatistes de Charles Sanders Peirce: regarder le concept sous tous ses apects, et, surtout, en regard des conséquences pratiques, vérifiables ( http://philosophiesciences.centerblog.net/rub-prag ).

    Robert Bernier
    Mirabel

  • Bernard Terreault - Abonné 30 novembre 2017 08 h 48

    Il fallait le dire

    J'en ai particulièrement contre les étiquettes "gauche" et "droite" qu'on colle généralement aux gens avec qui on est en désaccord sur un point ou un autre. On peut être à "droite" sur des questions économiques et à "gauche" sur la place de la religion et vice-versa. Et qui est le plus authentiquement à "gauche" parmi ces deux "féministes", la Marie-Josée élevée à Outremont qui défend le port du voile ou la Fatima élevée à Tunis qui le condamne?